"Les enfants ne sont ni des vases à remplir, ni un feu à allumer: ils sont un foyer ardent à ne pas éteindre." André Stern
L'Instruction en Famille nombreuse est une aventure formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

mercredi 20 juillet 2016

Je réponds à Aurélie

"Voilà quelques temps que je vous vois ériger un mur entre vous et le reste du monde IEF. Je passe généralement mon chemin, car ce n'est pas une lutte qui m'intéresse. Aujourd'hui, pourtant, je me permets de partager mon avis.
Je me souviens bien, il y a une dizaine d'années, quand nous commencions à nous intéresser à l'instruction en famille avec mon mari, les médias nous présentaient trois types de familles concernées : les familles avec un enfant malade, les familles itinérantes, et les familles cathos. Ces dernières reproduisaient l'école chez elle, avec le même tableau, les mêmes bureaux et la même rigidité. 
Aujourd'hui, heureusement, le profil des parents IEF s'est grandement diversifié. Il y a tellement de familles différentes, avec leurs histoires, leurs aspirations et leurs moyens, qu'il est à présent impossible de sectoriser tout ça. 
Quand je lis cette classification que vous souhaitez entretenir, avec d'un côté ce que vous nommez "formel" ( toi tu fais comme ça, c'est bon, tu fais du formel), et de l'autre " l'informel" ( tu fais comme ça ? c'est de l'informel, n'oublie pas de passer par la case purgatoire), je me dis que c'est une vision bien étriquée des choses !
Moi, ce que je vois dans cette diversité IEF d'aujourd'hui, c'est la promesse d'un avenir plus ouvert et harmonieux. Parce que ces gamins, instruits de mille et une façons, et d'ailleurs parfois de façons qui vous dépassent, ils sont la promesse d'une société plus libre et plus adaptable. Ils sortent des moules étouffants d'une société qui refuse d'évolue, sacrée promesse ! 
C'est triste de toujours vouloir sectoriser, étiqueter de la sorte. C'est annihilant. 
Vous avez convaincu une poignée de familles qui vous ressemblent ( même religion, même emploi, même valeurs familiales...); c'est bien, mais vous n'êtes qu'une goutte d'eau dans l'océan que l'IEF est en train de devenir. C'est pour cette raison que je ne peux comprendre pourquoi vous cherchez à devenir le porte parole d'un monde qui ne vous ressemble pas. En vous autoproclamant gourou de ce mouvement, vous creusez des tranchées entre vous et le monde qui se développe. Peut être la différence vous effraie-t'elle ? Ce qui est normal, c'est ainsi que nous avons tous été éduqués.
Vous être construite dans le moule de l'EN; ce n'est pas une critique, loin de là. Nous avons été instruits à l'école, et vous y avez continué vos études. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi vous cherchez à enchainer les autres familles avec vos propres chaines ?
Ce collectif que vous tentez de mettre en place est un pas en arrière; vous niez la diversité du monde IEF que vous jugez avec des œillères. 
Plutôt que de lutter en votre nom, pour les gens qui fonctionnent comme vous ( et surtout pas autrement, bouh, les vilains...), peut-être auriez-vous dû essayer de vous ouvrir et de dépasser vos principes, le temps de vous apercevoir que la diversité est une richesse et non une source de crainte.
S'agissant de vos propositions, je n'ai rien lu d'exceptionnel à vrai dire. Ce sont des propositions qui vous ressemblent et donc vous conviennent. Ca entérine en quelque sorte votre besoin de vous regrouper entre personnes semblables. Ca manque d'ouverture d'esprit, ça ne colle pas à la réalité, celle qu'on voit quand on accepte d'enlever ses œillères.
J'irai même plus loin, avec un terme plus choquant, j'irai même jusqu'à parler de regroupement "sectaire", tant la différence et les avis divergents n'y ont pas leur place. Et c'est là-dessus que je conclurai. Le vrai danger de l'IEF est là. La dérive sectaire, à plus ou moins grande échelle, c'est l'épine dans le pied de l'IEF."

Bonjour Aurélie,
N'étant pas assez calée en droit, je ne saurai dire si vos propos relèvent de la diffamation, de l'outrage ou de l'injure...
C'est tout à fait désolant ! Rassurez-vous je n'engagerai pas de poursuites, j'ai mieux à faire.

A vous lire, nous comprenons donc que vous détenez la vérité, que vous connaissez les familles dans leur intimité et leurs convictions, que vous savez qui sont les membres du collectif, leur façon de fonctionner, le "profil" de leurs enfants, leur religion, leurs opinions...travaillez-vous pour les services secrets?
Nous sommes une poignée. En êtes vous sûre?

Et j'en viens à certainement la plus grave de toutes vos allégations (parce qu'à ce niveau là, je ne pense pas que nous puissions parler d'arguments), vous supposez et sous-entendez suffisamment clairement pour que cela relève au minimum de l'injure, que les familles engagées dans ce collectif sont dépourvues de jugement, de sens critique et se sont faites manipuler...quelle piètre opinion vous avez des familles qui ne partagent pas vos points de vues!

Je ne m'attarderai ni sur le portrait édifiant que vous brossez de moi et de votre analyse très personnelle de mon parcours (derrière un écran c'est confortable) ni sur votre compréhension des propositions défendues par le Collectif l'Ecole est la Maison, ni sur votre perception du Collectif, de ses valeurs, de ses publications dont vous faites une lecture à charge, ni sur votre respect des familles IEF, ni sur votre ouverture d'esprit, parce que cela est totalement inutile. Il n'est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

J'ai déjà bien assez répondu à tout cela sur les blogs, les forums et autres pages.

Le gourou vous salue bien...

mardi 19 juillet 2016

L'Ecole est la Maison


Je suis très heureuse de vous annoncer la naissance du Collectif l'Ecole est la Maison.
Nous avons créé ce collectif pour mettre en lumière l'instruction formelle en famille et permettre à toutes ces familles de se sentir représentées et accompagnées.

Le Collectif L'Ecole est la Maison regroupe des personnes qui ont une expérience de l'instruction formelle sous quel qu'aspect que ce soit : instruction en famille (IEF), cours par correspondance (CPC), scolaires, enseignants, soutien scolaire etc... Nous pensons en effet que nous pouvons nous enrichir de nos différences.
Les porte-paroles du Collectif l'Ecole est la Maison ont une longue expérience de l'instruction formelle en famille à titre personnel.

Nous voulons :
  • communiquer et d'informer sur l'instruction formelle en famille
  • être force de proposition pour un juste encadrement de l'Instruction En Famille (IEF)
  • relayer et de diffuser tout ce qui a trait à l'instruction en famille et tout particulièrement à l'instruction formelle en famille
  • militer et d'agir pour des relations pacifiées et constructives avec l'Education Nationale, seule voie possible, selon nous pour un IEF durable.

Le Collectif L'Ecole est la Maison est autonome.
Il ne dépend d'aucune association, d'aucun parti politique. Ses membres sont tous bénévoles. Si frais de fonctionnement il doit y avoir, ils seront assurés par des dons exclusivement.

Le Collectif l'Ecole est la Maison est attaché à sa liberté de penser et de parole. Il est apolitique et non-confessionnel.

La première action du Collectif l'Ecole à la Maison est de porter les 17 propositions pour un juste encadrement de l'IEF auprès des instances gouvernementales.

Vous pouvez devenir membre actif ou non. Pour plus de renseignement, allez faire un petit tour par ici

Nous vous y attendons nombreux! L'ambiance y est riche et joyeuse! Le collectif est encore tout jeune et ne demande qu'à s'installer durablement dans le paysage IEF!

vendredi 15 juillet 2016

Travail de vacances


Il est certain que juxtaposer ces deux mots dans un même titre est hasardeux...
Mes poulets n'ont jamais eu de "devoirs de vacances" ni de devoirs tout court d'ailleurs. Nous travaillons bien durant toute l'année et j'aime me dire que laisser l'année se décanter est une bonne chose. Je l'ai constaté à chaque rentrée !

Alors pourquoi cette année sera-t-elle différente?
- ma petite CP n'a pas tout à fait terminé son programme. Il nous reste quelques sons à étudier en profondeur, l'addition posée si possible avec retenue à mettre en place. Elle lit beaucoup et "devine les sons qu'elle ne connait pas" (si bien que les leçons viendront plutôt consolider la découverte et l'orthographe). J'aimerai aussi qu'elle gagne un peu en rapidité d’exécution et en écriture d'ici la rentrée.
- mes CE2 ont terminé tout leur programme mais je trouve que leur orthographe est vraiment trop incertaine pour laisser une friche complète pendant 2 mois.Les mathématiques sont bien solides mais les enfants se suivant et ne se ressemblant pas, ils ont davantage besoin de "footing d'entretien" que leurs aînés.
- mon 5 ans, lui, veut travailler...pourquoi l'en empêcher?

Comment ai-je choisi de procéder?
J'ai d'abord déterminé à quel moment se mettre au travail et combien de temps : pour nous, ce sera environ 1 heure à 1h30 par jour entre le 22 juillet et le 22 août. Raison 1: je serai une partie de cette période en vacances donc très disponible. Raison 2 : nous serons au bord de la mer mais nous n'allons pas à la plage avant 16h00. Donc entre 14h00 et 16h00, ils seront bien occupés...! Raison 3 : je voulais leur laisser un temps de friche avant de se remettre au travail, et un temps de friche avant de redémarrer l'année

Que mettre dans la valise ?
- Pour mon 5 ans, sans aucune hésitation, les petits montessori et le fichier Nathan (visibles ici)

- Pour ma CP : son livre de lecture et son fichier associé, son kit de perles et son tapis.

- Pour mes CE2 : j'ai opté pour Les petits devoirs de La Librairie des Ecoles (avec ce que je leur achète, ils vont bientôt pouvoir me décerner une médaille !)
9782369400912 Les petits devoirs – Grammaire CE2 Les Petits Devoirs Orthographe CE2
Les dictées sont volontairement un "niveau" en-dessous.
Je ferai une sélection dans les exercices des fichiers en fonction des besoin de chaque enfant.

Pour les maths, je m'apprêtais à simplement emporter le livre de la méthode singapour et puis j'ai reçu ça- Tadam 

 

Nous avons déjà testé d'autres supports de Déclic et des Trucs et nous avions vraiment beaucoup aimé ! 
Avec ce cahier de vacances qui n'en est pas un, je crois que les enfants vont finir par réclamer du travail de vacances...!
Cette fois-ci, c'est un format A4, ce qui m'arrange car il faut que deux enfants s'en servent en même temps...en revanche c'est plus difficile à caser dans la valise...Il se met toujours en mode pupitre et la spirale est toujours bien solide, les pages bien épaisses...bref, je pense qu'il servira aussi l'année prochaine aux suivants...!
L'approche est ludique et sur le thème des vacances. L'idée du cahier est de partir d'activités habituelles (plus ou moins) de vacances et d'en tirer un enseignement mathématiques( géométrie, fractions, calculs etc...). 20 défis sont lancés aux enfants.



Et nous retrouvons tout ce qu'on aime chez Déclic et des Trucs : des explications claires, écrites assez gros, la liste du matériel, les rappels mathématiques


Et petit point de détail qui plait particulièrement à Merepoule : il n'y a rien d'autre à emporter...les ustensiles sont tellement courants qu'on les trouve dans n'importe quelle maison et pour le reste, c'est à découper dans le cahier...

Mon bémol-oui, parce qu'il en faut un sinon, vous pourriez penser que je suis carrément achetée par l'éditeur- il est mentionné 6-10 ans mais je trouve que cela ne correspond pas. Je dirais plus volontiers 8-12 ans.

Je vous rapporterai des photos de nos vacances studieuses !


Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec Declic et des Trucs car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.



lundi 11 juillet 2016

Les Petits Montessori #2

Nous avons commencé à les utiliser à la demande d'Hippolyte qui mourrait d'impatience devant ces petits cahiers...
En effet, pour la première fois en 10 ans et demi d'IEF, j'ai prévu un peu de travail pour les grands poulets pendant les vacances (j'y reviendrai dans d'autres billets). Ils n'ont pas encore commencé, pas avant le 20 juillet. Mais p'tit poulet dans les starting-blocks, il a fallu lancer le départ pour lui!

J'ai choisi d'utiliser en simultané les deux premiers volumes: nous étudions le son puis la graphie de la lettre (je ne suis donc pas tout à fait l'ordre)

J'ai ressorti mes lettres rugueuses et je les ai rangées dans dans son chariot.

Nous avons travaillé 3 lettres/sons par séance jusqu'à présent car il maîtrise déjà une grande partie des lettres. Il se promène...
le son mmmm

 la graphie m




Je veille surtout à la phonologie et à la graphie. La main manque encore un peu de maturité.

Il doit "faire le détective" et retrouver la lettre dans la pile des lettres rugueuse. Ensuite, il passe et repasse avec son doigt avant de s'entraîner au tableau.


Je lui ai demandé de tracer la lettre au tableau en petit, moyen, grand, et en changeant les couleurs s'il voulait. Il aime beaucoup faire cet exercice. Je trouve cette étape toute simple essentielle: tout d'abord il le fait avec gourmandise ce qui est moteur essentiel! Il va d'un grand geste à un geste de plus en plus précis sur un support vertical, ce qui est très confortable pour lui. Une fois le geste bien mémorisé, il peut repasser au cahier.



Enfin dernière étape de la séance, à son initiative : travailler le son dans son fichier Nathan (parce que nous avons fini Balthazar). Tous ces cahiers se complètent fort bien!

je lui lis le texte, nous écoutons bien les sons. Nous utilisons le petit texte pour faire des jeux rapides comme "entends-tu au début, au milieu, à la fin?" ou "lève la main si tu entends".Puis il enchaîne avec joie avec le dessin (myrtilles et moustaches de myrtilles pour ceux qui n'auraient pas vu)

un dernier petit tracé pour la route...

J'ai repris le lendemain par une leçon à trois temps avant de poursuivre avec 3 nouveaux sons. Je précise que cette cadence est la sienne pour le moment, il n'y a aucune obligation à étudier 3 sons d'un coup.

Ces petits montessori sont vraiment un bon rapport qualité/prix et il ne faut pas hésiter à sortir du cahier pour proposer des "jeux", des activités pour ancrer l'apprentissage.

dimanche 10 juillet 2016

Je réponds #2

Grandir au nid a dit :

"Parce que ces tests, il faut bien l'avouer, sont complètement inadaptés. Parce qu'ils ne prennent pas en considération les différences de contenus dans les apprentissages. Parce qu'ils sont très scolaires (et que mes enfants ne font pas d'exercices scolaires, ils vivent) et formulés avec des consignes très scolaires."
Dans ce cas, je vous invite, avant de rebouillir à nouveau, à lire ce que j'ai écrit dans la proposition 12 à savoir que les contrôles devraient s'appuyer sur les acquisitions réelles de l'enfant, j'y expose aussi une proposition de déroulement-type. Un déroulement-type clair et écrit permettrait de supprimer une bonne fois pour toutes les disparités qui existent dans les contrôles et qui sont une injustice avérée faite aux familles. Il permettrait également qu'aucune des deux parties puissent interpréter librement les textes, petites phrases et autres virgules. Il y aurait donc moins de démagogie, de passages en force, d'apriori positif ou négatif du côté des inspecteurs comme du côté des familles.
"On nous avait parlé d'un décret (c'est l'annonce faite le 30 mai aux associations). il n'a pas encore été publié car il n'est pas conforme à la loi."
Un décret d'application vient toujours après le vote de la loi, il ne la précède pas.
"Alors oui, le gouvernement a prévu de consulter les associations pour la rédaction de la circulaire. Il n'en fera rien. déjà, les circulaires sont des documents internes au ministère donc théoriquement ne nous concernent pas"
Dès lors que la circulaire est publiée au JO, elle nous devient opposable et applicable au même titre qu'une loi. Ce n'est plus seulement un document interne. C'est aussi pour cette raison que vous avez pu refuser les tests qui seraient illégaux, que vous exigez d'être informée un mois à l'avance de la visite de l'inspecteur etc...oui, ça marche dans les deux sens. Vous ne pouvez pas prendre la circulaire quand cela vous arrange et la rejeter quand ça vous dérange!
Si aujourd'hui j'écris aux sénateurs, si j'ai contacté des journalistes, si j'essaye de retarder les choses, c'est parce que tout cela suit une logique : nous allons, doucement, lentement, tranquillement, vers une interdiction de l'IEF.
En effet nous voyons la même issue malheureuse...mais nous avons choisi des chemins différents pour éviter que cela n'arrive.
Et malheureusement, je ne pense pas que Madame Vallaud-Belkacem soit prête à négocier quoi que ce soit.
Il s'agit là de supposition et de procès d'intention. Mais dans le fond, ça me rassure. Au moins, les lecteurs pourront voir que je ne suis plus la seule à qui on peut le reprocher...

Sandrine a dit
Je suis d'accord avec vous dans les grandes lignes sur les raisons de l'EN.
Mais je voulais réagir à votre dernière phrase : "Notons que je ne connais aucun lycée qui prenne en seconde un élève n'ayant pas eu son DNB"
Il n'y a pas obligation de décrocher le brevet pour intégrer le lycée. Si le conseil de classe a prononcé le passage en seconde, le principal ne pourra pas revenir sur sa décision au prétexte qu'on ne l'a pas obtenu. 
À l'inverse, si le conseil de classe s'est prononcé pour le redoublement, le fait que l'on soit titulaire du DNB ne changera rien à sa décision. 
Les textes sont clairs : "Le DNB est un diplôme qui atteste des connaissances acquises à la fin du collège et qui ne conditionne pas l'accès à une classe supérieure". (Sauf pour certains concours de la fonction publique)
Pour les enfants en IEF ou en établissement privé hors contrat, il faut passer un examen "de vérification des connaissances".
Je vais être plus précise, vous trouverez difficilement un lycée privé sous contrat qui prendra votre enfant IEF ou sans brevet en classe de seconde sans un test d'entrée (souvent plus difficile que le DNB...)

Lilou dit

Vous proposez "autre chose pour les autres" donc vous excluez volontairement une partie des enfants en IEF.
Les associations se battent pour faire respecter les choix de TOUS. Y compris les vôtres.
Ah oui? vraiment? les associations ne sont pas capables de s'entendre entre elles! La proposition de livret de l'UNIE a été accueillie par une fin de non recevoir par LED'A, LAIA, collect'IEF. Le collect'IEF milite, sans rire, pour l'absence de déclaration! Allez sur leur site vous y lirez des choses étonnantes...un article de Camille Buissonnière raconte son refus que l'inspectrice pose la moindre question orale à sa fille parce que ça s'apparente à un test ou un contrôle! Je vous invite tous à lire cet article, c'est très parlant. Et après c'est moi qui affabule, qui accuse à tort, qui amplifie un phénomène qui ne toucherait qu'une poignée de familles? Enfin la poignée est suffisamment large pour former un collectif  et organiser des actions!!!!!!
Les associations ne se battent pas pour mes choix. Elles ont une réelle action intéressante pour faire connaître l'IEF, pour y sensibiliser les gens. Pour le reste c'est plus discutable de mon point de vue. Ce que je constate c'est que pour l'heure : quelles soient leurs actions, cependant les contrôles ne sont pas unifiés sur l'ensemble du territoire, les vides juridiques demeurent et laissent place à des interprétations douteuses d'un côté comme de l'autre,  de ces faits il y a une très grande injustice de traitement des familles: certaines par exemple doivent se déplacer quand d'autres non, et quand elles sont ok pour des tests (qui ne sont pas illégaux) suivant les inspecteurs les temps sont très différents. Le statu quo ne permettra pas de gommer ces injustices.
Nous savons tous que les associations sont plus représentatives de l'informel que du formel ou des cpc, ce n'est pas un scoop et ce n'est même pas un reproche. Les familles "IEF formel" peuvent avoir une autre vision des choses, d'autres souhaits portés par d'autres personnes ou instances. C'est exactement comme la politique. Un parti politique défend des valeurs, des idées, un programme, il ne défend pas toute la population. Il oeuvre pour elle, pensant que c'est bien mais chacun est libre d'adhérer à un parti plutôt qu'à un autre pour faire avancer sa façon de voir les choses.

Pour le reste, je ne répondrai pas. Je suis un peu lasse...que ça déplaise à certains n'est plus mon propos. J'aurais pu ne rien publier, ne pas réfléchir, ne pas proposer et jouer la carte de l'indifférence. Mais ce n'est pas mon genre ! Je crois en ces propositions et je vais les pousser autant que je le peux. Je crois réellement qu'il manque un courant représentant ouvertement l'instruction en famille formelle qui souhaite un juste encadrement des contrôle et des rapports apaisés et durables avec l'EN. Je crois sincèrement que l'IEF est sur un siège éjectable et que si nous ne faisons rien pour stabiliser, nous irons à la catastrophe. Je n'ai pas besoin de l'approbation de tous, de savoir que nombreux sont ceux qui se retrouvent dans les idées que je défends me suffit pour tenir le cap! Je ne classe pas sans suite, bien au contraire!
Tous ces remous des derniers jours m'ont donné une quantité phénoménale de sujets à traiter dans des billets! J'en ai pour deux ans!!
Je tiens aussi à signaler que dans le désordre, sur les réseaux sociaux, j'ai eu à entendre que : 
j'étais complètement folle, que je jugeais, que j'étais intolérante et malveillante, que c'était des bêtises, que j'étais à la botte de l'EN, que forcément c'était une prof, que je n'avais pas réussi à me déformater, que j'étais sans doute trop vieille et que je ne connaissais pas les pédagogies alternatives (sic!), que je n'y connaissais rien puisque je ne pratiquais pas (oui, c'est comme l'héro, faut vraiment que je m'y mette pour vérifier si c'est dangereux ou pas...), que je n'avais certainement jamais lu John Holt (ben si, tous!), que je n'étais pas au courant des avancées de neurosciences, qu'elles n'avaient pas besoin de lire les autres articles du blog pour me cerner, que je ne respectais pas les familles unschooling etc etc... tout ces propos quasiment exclusivement par des mamans qui font du unschooling, qui refusent toutes les tests et qui, cynisme merveilleux, parlent de bienveillance et de tolérance dans les mêmes fil de discussion...

lundi 4 juillet 2016

Je réponds


Petitshomeschoolers a dit :
Une fois n'est pas coutume je ne partage pas ton avis Laurence. 
C'est extrêmement grave au contraire. 

Ce décret donne les pleins pouvoir à l'inspection académique pour organiser les contrôles.
Je trouve normal qu'il y ait des contrôles et il est normal que l'institution en détermine les modalités. Lors d'un contrôle routier, nous ne négocions pas la manière dont il se déroule. Il se déroule de la manière qui a été décidée par l'Etat et telle qu'elle a été écrite dans la loi. Si le policier commet une infraction, alors nous avons la possibilité d'engager une procédure. Personne ne se choque de cela !
Ensuite, je te rappelle que derrière le décret, il y a la rédaction d'une circulaire, en principe, en présence des associations. Mieux vaut donc garder son énergie pour que cela se passe ainsi. Luttons plutôt pour que les associations puissent activement participer à la rédaction de la circulaire.
Enfin, il ne faut tout de même rien exagérer, ce ne sont pas tous des tortionnaires qui nous en veulent à mort !
Je n'ai jamais dit que ce décret me faisait plaisir. J'aurais, bien entendu, préféré que la situation reste telle qu'elle était. Mais ce n'est pas le cas et se morfondre n'y changera strictement rien. Par ailleurs, il y a eu des abus, des dérives aussi du côté des familles IEF. Il n' y a pas juste les gentils  IEF d'un côté et les méchants EN de l'autre, les responsables d'un côté et les pauvres victimes de l'autre ! Je me suis attirée les foudres en mettant en cause certains, en appuyant sur leur responsabilité. Je maintiens qu'elles ont une responsabilité. Je sais que nous sommes très nombreux à le penser, il fallait donc bien quelqu'un pour le dire et faire émerger un autre point de vue, s'exprimer au nom de tous ces autres et supporter critiques et insultes des familles mises en cause.

Absolument rien ne dit que le lieu du contrôle sera dans l'académie. Ils peuvent parfaitement décider demain de faire passer les tests à Paris, trifouillais les oies ou je ne sais où. Ce serait bien commode d'ailleurs.
Absolument rien ne dit le contraire non plus ! Inutile donc d'hurler avant d'avoir mal. C'est un réflexe très français ça, la lutte et la manif en prévention! 
Et non : ils ne décideront pas que les tests auront lieu à Paris parce que justement ce ne serait pas du tout commode pour eux! Ils ne sont pas tordus à ce point !!
En réalité le décret ne fait qu'appuyer ce qui était déjà dans la circulaire :

"La famille est informée par écrit de la date du contrôle, du ou des lieux où il se déroulera et des fonctions de la ou des personnes qui en seront chargées. Cette information lui est adressée au minimum un mois avant la date prévue pour le contrôle. Toute demande de déplacement de rendez-vous par la famille doit être motivée par une incapacité à se rendre disponible à la date prévue par l'inspection académique.

C'est l'inspecteur d'académie qui fixe la date du contrôle. Néanmoins, si l'organisation du service le permet, il peut, à cette fin, prendre contact avec la famille avant l'envoi de la convocation."

ça veut dire quoi ? Cela veut dire que certains inspecteurs se sont plaints que des familles soient de manière un peu trop systématique en "incapacité de se rendre disponibles" pour tout un tas de raisons et qu'ils ne pouvaient procéder au contrôle dans de bonnes conditions. Oui, parce qu'ils n'ont pas non plus que nous à gérer! Tu n'as pas que ça à faire mais eux non plus! Ce sera toujours du donnant-donnant. Par conséquent, ils ne font que reprendre ce qui existait déjà et le cadrer davantage : tu pouvais déjà être contrôlée en dehors de chez toi, tu avais simplement la possibilité de trouver un prétexte pour déplacer la date.

Et non, les familles n'ont pas "qu'à s'organiser", nous ne sommes pas à leur service (ce n'est pas moi le "service public" ;-) ). S'ils veulent vérifier la réalité de l'instruction ils sont les bienvenus, mais c'est sur le lieu de l'instruction, surtout quand ils prétendent vouloir lutter contre les dérives sectaires (ça, ça se voit in situ)
La plupart des contrôles pour les enfants du primaire se passent au domicile et c'est certainement ce qu'il y a de plus efficace. Bien sûr que c'est préférable! Ai-je dit autre chose??? Je demande simplement qu'on relativise : est-ce donc si grave, si compliqué, si dramatique pour la plupart des familles de consacrer deux heures par an à un contrôle dans des bâtiments extérieurs????? Pour moi, c'est une réaction d'enfant trop gâté.

Tu n'es pas le service public en effet. Mais tu souhaites bénéficier d'un droit, d'une liberté, elle ne pourra pas être sans contrepartie. Donc, bien sûr que si! Les familles ont à s'organiser et c'est la moindre des choses. Voilà ce que je pense. Les fonctionnaires sont à notre service mais pas taillables et corvéables à merci non plus. Le service public a un coût. La population française est-elle prête à financer par une augmentation de ses impôts, l'augmentation du nombre d'inspecteurs ainsi que leur formation pour les dédier au contrôle des familles qui ne mettent pas leurs enfants à l'école (et qui représentent 0,3% des enfants entre 6 et 16 ans)? Comment veux-tu qu'on nous soutienne dans ce cas?A ce jeu là, nous perdrons.
Nous voulons la liberté d'instruire à la maison, nous l'avons. La liberté a toujours un prix! Se déplacer éventuellement (car ce n'est même pas sûr, c'est juste une possibilité, comme ça l'est déjà) ne me semble pas cher payé! 

Non je ne me ferai pas une joie de me rendre avec mes quatre enfants et quatre valises de documents juste pour voir leur tête. J'ai autre chose à faire.
Il ne s'agit pas de se réjouir benoîtement de tout! Il s'agit de les prendre aux mots c'est une action dissidente simple à mettre en oeuvre. Voilà tout ! 
Moi, je trouve que si justement, une fois par an, nous n'avons "que ça à faire" (même avec 8 enfants, même avec un boulot, même avec des obligations autres...). 
Nous avons une obligation à remplir dans des conditions définies par l'Etat et, en réalité, raisonnables-quoiqu'on en dise, un point c'est tout.
La circulaire actuelle dit :
"La loi indique que « le contrôle a lieu notamment au domicile des parents ». Par cette disposition, le législateur a voulu que ce contrôle ne se déroule pas exclusivement à leur domicile. S'il est primordial de connaître le milieu où évolue l'enfant, il peut être opportun de ne pas circonscrire le lieu de contrôle au seul domicile des personnes responsables de l'enfant. À cet égard, comme l'a confirmé la jurisprudence (décision du 18 décembre 2007 de la cour administrative d'appel de Paris, Victor Aknine c./recteur de l'académie de Paris), le choix du lieu de contrôle appartient à l'administration.

Lorsque ce contrôle s'effectue en dehors du domicile, sauf impossibilité avérée de la famille de se rendre sur le lieu de contrôle fixé par l'inspecteur d'académie, un refus de déplacement équivaut à une opposition de la famille au déroulement du contrôle".
Oh, ben tiens c'est marrant, la circulaire actuelle et le nouveau décret disent la même chose ! Bon, ben alors il faut peut-être RELATIVISER....

Absolument rien ne précise que ce sera en présence de papa-maman (Aurore Valentin, tu sembles convaincue que ce sera le cas. Or aujourd'hui de nombreuses familles se battent pour que les tests se fassent en leur présence, cela génère déjà d'énormes conflits. Maintenant que l'IA a les pleins pouvoirs quant aux modalités, qui vous dit que vous serez acceptés durant le contrôle?)
Tu peux toujours invoquer l'article 9 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant.
Voilà ce qui est écrit sur le site de l'EN:
"Prévoir explicitement la réalisation d’exercices écrits ou oraux par l’enfant
Le contrôle se déroule sous la forme d’un entretien avec les personnes responsables de l’enfant en présence de ce dernier. Il sera explicitement prévu que l’enfant pourra être soumis à des exercices écrits ou oraux.
Modalité : ajout d’un article D.131-13 au Code de l’éducation."
Ce qu'on en retient est que le contrôle devra se dérouler sous la forme d'un entretien avec les personnes responsables. Donc pourquoi les parents  seraient exclus du contrôle? Et si tel était le cas, c'est illégal et il serait facile de faire un recours.
Ensuite il convient de s'interroger sur le pourquoi avons-nous peur de laisser nos enfants avec des conseillers pédagogiques dans la pièce à côté de la nôtre, porte ouverte?

Rien ne précise non plus que ces contrôles seront informels. c'est à eux de définir les modalités, de manière unilatérale. Ils peuvent proposer un quizz, un devoir sur table de 4h pour un enfant de 7 ans, un grand oral à la chaîne devant une commission de "spécialistes". Absolument tout cela s'est déjà produit, sauf que c'était illégal. Si ce décret passe, ce sera tout à fait légal. 
Voilà ce qui est écrit sur le site de l'EN:
"Prévoir explicitement la réalisation d’exercices écrits ou oraux par l’enfant
Le contrôle se déroule sous la forme d’un entretien avec les personnes responsables de l’enfant en présence de ce dernier. Il sera explicitement prévu que l’enfant pourra être soumis à des exercices écrits ou oraux.

Modalité : ajout d’un article D.131-13 au Code de l’éducation."

On pourra, mais ce ce n'est pas une obligation, donner des exercices à l'enfant. Est-ce grave?
Et voilà ce qui est écrit dans la circulaire actuelle
Entretien et observation des différents travaux de l'enfant 

Le contrôle des connaissances et compétences acquises par l'enfant comporte l'observation de ses différents travaux présentés à l'inspecteur chargé du contrôle lors d'un entretien. Il s'agit en effet de vérifier la réalité de l'instruction dispensée à l'enfant. Les parents, dont la présence peut faciliter l'instauration d'un climat serein, de dialogue et de confiance, peuvent apporter, en tant qu'instructeurs, des explications utiles au bon déroulement du contrôle. Lors de cet entretien, il est souhaitable que l'enfant s'exprime afin de permettre le contrôle effectif de la progression de ses acquisitions, en particulier celles qui concernent les compétences mentionnées aux piliers 6 et 7 du socle commun. 
Exercices individualisés 
L'entretien et l'observation des travaux de l'enfant peuvent parfois suffire à apprécier les progrès des acquisitions de l'enfant. Toutefois, afin de mieux évaluer ses acquisitions et ses progrès, des exercices individualisés adaptés, dans la mesure du possible, aux choix pédagogiques effectués, peuvent lui être demandés. 
Il convient de veiller à ce que la durée du contrôle ne soit pas disproportionnée, au regard de l'âge de l'enfant et des buts du contrôle.
Qu'est ce qui change ? RIEN en fait ! Ah, si, il y avait une espèce de tout petit vide juridique dans lequel se sont engouffrées de nombreuses familles argumentant que les tests sont illégaux, donc ils rectifient pour que cela ne soit plus possible. Jamais ce ne serait arrivé si des familles n'avaient pas refuser les contrôles et les tests depuis plusieurs années! Je maintiens. La lutte contre les tests est une lutte vaine depuis le départ. Il faut lutter pour une mise en oeuvre cohérente des tests, pour qu'ils soient adaptés.


Non, les familles qui assurent ne sont pas à l'abri. Elles sont au contraire encore plus vulnérables qu'avant.
Pourquoi sont-elles plus vulnérables qu'avant ? Je ne sais pas ce qu'est une famille qui assure et je ne me range pas dans cette catégorie de toute façon.

Je crois Laurence que tu fais partie du sérail, et que tu as à leurs yeux la plus parfaite légitimité. 
Ce serait bien trop simple. Non, je ne suis pas légitime à leurs yeux. C'est à double tranchant : je suis aussi vue comme "une traître à la cause" pour certains inspecteurs...et mes contrôles ne sont pas toujours faciles et confortables loin de là ! J'ai eu des inspections à charge.

Si le reportage sur ta famille reflète la réalité tu as une véritable salle de classe chez toi et tu es totalement dans ton rôle de maîtresse. Comment te reprocher de ne pas être qualifiée alors que l'éducation nationale t'a elle même formée? Ce serait un comble!
Et bien, ils ne se sont pas gênés pour le faire certaines fois ...et oui...certains m'accusent de parler sans savoir, de juger sans connaitre...et bien ils se trompent...J'ai accumulé une vraie expérience, une expertise dans bien des domaines touchant de près ou de plus loin les pédagogies, l'instruction, l'éducation, l'institution EN...
Il y a plusieurs années que je n'ai plus de salle de classe (j'en ai parlé dans un billet d'ailleurs) car ça ne me sert à rien, je n'ai pas d'affichages, peu de matériel, les inspecteurs voient tout ça et me le reprochent chaque année...
Les inspecteurs ne reprochent pas de ne pas être qualifiée mais ils peuvent te reprocher d'être incompétente ou déconnectée de la réalité de l'enseignement...

Tes inspections ne peuvent pas mal se passer.
Si si, elles le peuvent. Et cela dépend avant tout du comportement de mes enfants.

Je ne suis pas sûre que cela reflète la réalité des familles home-scolarisantes. La condescendance à l'égard des parents "non diplômés de l'éducation nationale" est bien réelle ;-) . Beaucoup d'inspecteurs ont un côté "c'est un métier, il faut être formé pour ça, on ne s'improvise pas enseignant..."
Oui, c'est vrai. Mais c'est un choix. Nous avons toujours tous le choix. Et chacun de nos choix a un impact. Aucun choix n'est sans conséquence. On a le choix de se former ou non, on a le choix de faire du unschooling ou non, on a le choix de programmer un minimum les apprentissages, concevoir un emploi du temps, adapter son discours à la personne qu'on a en face ou non, on a le choix de préparer son contrôle pour mettre des chances de son côté ou non, etc...Ensuite, il est vrai, nous pouvons tomber sur un dur de dur, cela arrive mais ce n'est pas la majorité des contrôles.

Enfin j'aimerais avoir ta confiance en notre justice et en notre système éducatif, et croire qu'une personne qui n'a rien à se reprocher peut dormir tranquille. Ce décret n'a évidemment pas pour objet de limiter le taux d'illettrisme (si c'était un problème pour le gouvernement il serait résolu depuis longtemps) ni de limiter la montée de l'islamisme (sinon on commencerait par fermer certaines mosquées ouvertement radicales). Il s'agit de remettre un maximum d'enfants à l'école. En dissuadant les familles qui hésitent et en emmerdant les autres.

Je ne suis pas naïve, je sais bien quelles sont les réelles motivations de l'Etat! Mais je sais aussi que dans de nombreux pays, l'IEF est à présent interdite ou soumise à autorisation. Alors que fait-on? On s'aigrit? On se radicalise? On campe sur nos positions? Ou on leur en donne un peu, on reste ferme sur l'essentiel et on compose pour le reste? 
Bien sûr que j'ai confiance en la justice. L'EN a toujours perdu ses procédures face aux familles IEF et ils le savent bien! 
Je ne dis qu'il ne faut pas se battre. Je ne dis pas non plus que tous les contrôles seront tops et que certains n'auront pas à batailler dur contre les abus de pouvoir. Je dis qu'il faut se battre à bon escient.

Bref, entièrement d'accord avec Myriam Dubocal: plus de contrôles? Pourquoi pas! Mais avec des modalités définies à l'avance et pour tous les enfants. Par exemple un examen national à 10 ans pour vérifier que tous les enfants savent lire, écrire et compter, et éviter qu'on se retrouve avec des analphabètes au collège.
Cela se rapproche des propositions que je fais pour faire évoluer l'IEF.
Cependant, jouer la carte de "vous voulez qu'on parle du niveau des enfants scos? Vous voulez qu'on parle des problèmes dans les écoles de la République? Bon, donc nous ne sommes pas le problème, laissez nous tranquilles" est une mauvaise stratégie. Avant d'engager une bataille, il faut cerner le camps d'en face afin d'ajuster ses armes et sa stratégie...et parfois, il faut savoir perdre une bataille pour gagner la guerre...
Lâchez du leste sur certains points et vous garderez durablement l'IEF. Il n'existe pas d'autre issue.

En attendant non, je ne me réjouirai pas, et je ne dédramatiserai pas non plus.
Mais moi non plus, je ne me réjouis pas !Je m'adapte pour ne pas tout perdre, voilà tout.

Carine a dit…
Méconnaissances et préjugés concernant les apprentissages autonomes quand vous dites " cela ne posera un réel problème qu'aux familles ayant fait le choix de l'informel pur ou des apprentissages autonomes ou aux enfants ayant une difficulté avérée, un handicap, une phobie", c'est sûr que c'est plus simple de nous mettre dans le même sac nous qui faisons du unschooling!

Vous vous méprenez, je ne mets personne dans des sacs d'une part et d'autre part je n'assimile pas le unschooling à un handicap.  Ce n'est pas ce que j'ai dit! Donc merci de lire correctement ce qui est écrit. Il ne faut pas surinterpréter tout ce qui est écrit et chercher la petite bête partout. 
Je reformule donc: les changements actuels (mais sont-ils de vrais changements?)-comme la possibilité d'exercices oraux et écrits- vont, et c'est évident,  poser un problème à certains plus qu'à d'autres. Les certains sont : les unschoolers, les enfants ayant une difficulté avérée (handicap, phobie etc).

En informel, les enfants apprennent énormément et durablement, notre inspecteur a été très impressionné et ravi, et en acceptant sans soucis notre refus des tests, car pour lui " cela n'avait plus de sens"!!! Ce serait bien de ne pas donner son avis et juger quand on ne connait pas ;-).
Comme je connais et plutôt pas mal, je juge et je donne mon avis. Rappel au passage : juger c'est donc dire " je pense que ce que tu fais est bien/pas bien". En un mot utiliser sa conscience et son discernement pour juger les actes et non les personnes. Oui, voyez, c'est un peu comme quand j'écoute un disque. Je ne joue pas de tous les instruments, je ne chante pas, mais je peux émettre un avis sur la qualité du disque et de l'interprétation (je n'ai pas dit de l'interprète)...
Je n'ai pas dit que les enfants en informel n'apprenaient rien (même si j'ai vu de ces cas où sincèrement, il vaudrait encore mieux que les enfants aillent à l'école...). Des propositions d'exercices, tests écrits ou oraux dès lors qu'ils sont fondés sur les acquisitions réelles de l'enfant ne sont pas incompatibles avec l'informel. Un inspecteur qui interrogerait un enfant à l'écrit ou à l'oral sur qu'il a appris depuis le dernier contrôle serait en mesure de vérifier que l'enfant progresse sans contredire à la liberté d'instruction des parents. Car il faudrait tout de même qu'on m'explique comment un inspecteur que nous ne voyons que quelques heures par an peut valider qu'il y a progrès de l'enfant sans l'interroger! Il ne peut pas se contenter d'une déclaration d'intention.
Je suis ravie que votre inspection se soit bien passée, preuve donc que tous les inspecteurs d'horribles méchants bornés et incompétents!

samedi 2 juillet 2016

Mes propositions pour faire évoluer l'IEF

Je m'attends à des réactions...! 
Vous trouverez en lien 17 propositions pour faire évoluer l'IEF. Vos commentaires sont les bienvenus !


Bonne lecture !
mes 17 propositions

Je souhaite rassembler autour de ces propositions et les faire remonter à l'EN. Ceux et celles qui le veulent peuvent donc se manifester par mp, commentaires ici ou sur fb afin de réunir des signatures. Merci aussi, à ceux et celles qui adhèrent, de partager au maximum. La communication autour de l'IEF est essentielle.
Personnellement je préfère le décret suivi d'une circulaire dont nous aiderons à la rédaction plutôt qu'un amendement Ciotti (qui est toujours dans les cartons). Le décret est aussi une façon de couper l'herbe sous les pieds d'Eric Ciotti....