L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

vendredi 24 février 2017

Notre contrôle annuel et sa préparation

Résultat de recherche d'images pour "fifi brin d'acier"
ici
Voilà plusieurs années que ce blog existe et tous les ans je publie sur nos inspections qui se passent toujours bien. Je vous invite donc à vous promener sur le blog et à lire ou relire les billets à ce sujet.
Onzième année d'instruction en famille, onzième contrôle et nous allons tous bien, même notre inspectrice!

On m'a souvent demandé comment je préparais mes enfants...tout simplement en ne les préparant pas! Au poulailler, ils entendent peu de critiques de l'école, des enseignants ou des enfants scolarisés. Je pense que c'est une donnée de la préparation. Je ne parle jamais du contrôle, nous ne travaillons pas dans cette perspective. Et je ne présente pas l'inspecteur comme un danger, une peur, une sanction, un méchant intrusif...
Ils savent qu'ils auront à présenter leur travail. Ils savent qu'ils auront des exercices à faire et que peut-être ils seront à la peine mais ils savent aussi que ce n'est pas grave, que maman gère et que maman n'a pas peur.
L'essentiel de ma préparation des enfants tient dans ces lignes.

Ils sont préparés parce que le travail est régulier, progressif et que dans les grandes lignes nous ne sommes pas éloignés des attendus.
Ils sont préparés parce que nous avons des traces écrites en nombre, parce qu'ils sont enthousiastes, parce qu'ils aiment lire en quantité, parce que les fondamentaux s'ancrent tranquillement. 
Nous ne faisons aucune révision en vue du contrôle. Nous ne mettons pas de coup d'accélérateur parce que le contrôle approche. Rien de tout cela. Nous tenons notre cap, nous maintenons notre rythme, notre programme, notre régularité jusqu'au jour J. Ainsi, les enfants ne subissent aucun stress, aucune pression.

Ils sont préparés parce que maman anticipe, prépare, programme le travail. Ils sont préparés parce que maman entretient de bonnes relations avec l'institution. J'envoie d'ailleurs chaque année un mail ou un courrier présentant notre façon de travailler, comment nous voyons le déroulement du contrôle (en tenant compte de nos obligations légales) et ce que les enfants ont fait entre septembre et le jour du contrôle.
Nous les accueillons avec le sourire, les enfants me voient calme et sereine, je pense que cela compte. J'ai confiance en moi, en mon travail et dans leurs progrès et  leur niveau.

Cette année encore, notre contrôle s'est très bien passé. Un très long entretien pendant lequel les enfants eux-mêmes ont présenté leur travail, tous leurs cahiers, livres, emploi du temps à l'inspectrice et aux deux conseillers pédagogiques (les mêmes que l'année dernière) qui ont semble-t-il beaucoup apprécié notre façon de faire. Puis comme les enfants sont bien non-préparés(!), il ne leur a pas posé de problèmes de rester seuls avec les conseillers pendant une vingtaine de minutes (nous avions déjà échangé presque 2 heures !) pour quelques exercices écrits* et de la lecture à haute voix.
* exercices écrits : une opération, un problème, une phrase dictée, quelques phrases inventées.

"Au revoir et à l'année prochaine"


jeudi 23 février 2017

Exploiter un numéro du Petit Léonard


Je ne sais pas comment cela se passe chez vous mais au poulailler, je m'attache à exploiter un peu les revues auxquelles les enfants sont abonnées sinon les numéros ne sont pas lus par tous ou bien seules les images sont regardées par certains, ou encore ils restent à prendre la poussière...
Nous avons donc appris à en tirer profit dans le cadre de la classe-maison et le résultat est qu'ensuite, tous s'arrachent le magazine pour le lire le soir !

Comment exploiter le dernier numéro du Petit Léonard en histoire des arts?
Nous y mêlerons histoire des arts et arts plastiques comme souvent. 
Bien entendu nous lirons le dossier proposé sur Vermeer qui ira ensuite trouver sa place sous forme de petite photo dans le livre des siècles et sous forme de trace écrite et illustrée dans le cahier d'histoire des arts. Comme toujours il y aura une narration orale ensuite mais aussi des échanges oraux et l'observation d’œuvres dans d'autres livres.

Nous étudierons de près deux tableaux de Vermeer : le jeune fille à la perle et la laitière


Pour ce dernier, je m'appuie sur les indications données par la revue pour les plus petits. Pour les plus grands, ils lisent tous les deux puis c'est eux qui m'expliquent le tableau oralement.

Comment exploiter un numéro du Petit Léonard en arts plastiques?
Nous nous attarderons sur une "technique de peintre" qui pourra leur servir en arts appliqués : le trou d'épingle et le contre-plongée

Dans ce dernier numéro, nous sommes particulièrement gâtés car il y a un dossier passionnant sur la fabrication des différentes peintures, travaillé sous forme de lecture offerte et échanges oraux.



Enfin, nous arrivons aux séances de "faire à la manière de"...cette fois, les enfants participent au concours proposé
réaliser un tronie (nouveau mot au passage)

 
Le mousquetaire apeuré pour mon 11 ans à l'aquarelle

Un monsieur qui tire la langue pour ma 7 ans à la gouache

Les autres n'ont pas encore terminé leur oeuvre.
Il y a de très beaux lots à gagner et vous avez jusqu'au 30 avril 2017 !




Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec les Editions Faton car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.











mercredi 22 février 2017

Ce moment



Mais comment s'occupent les plus jeunes pendant les temps de classe ?
Comme ça par exemple ...


mardi 21 février 2017

Compter jusqu'à 100

Je compte jusqu'à 100

Encore un livre! Je suis une inconditionnelle des éditions Usborne, depuis le temps, vous avez du le comprendre ...!
Bien entendu, on peut faire sans celui-ci mais il est tellement beau...
Mon 5 ans (6 ans depuis hier) aime énormément ce livre mais il faut que je m'arme de patience car une fois commencé, il veut absolument compter jusqu'à 100...page après page...!
Alors? Alors, nous comptons ! 
 




J'en profite pour glisser quelques observations, lui faire faire quelques recherches.
Les illustrations sont très belles et le livre étant cartonné, je le laisse aussi entre les mains de mon 3 ans.

Avec ces jolies illustrations, le matériel des perles et les fichiers petits montessori, nous avançons à grands pas dans la compréhension des quantités et la frise numérique! Comme pour celui des fractions, ce livre complète et diversifie joliment les supports plus "scolaires".

Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec les Editions Usborne car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.

lundi 20 février 2017

Les fractions

Fractions et nombres décimaux


Aujourd'hui je voulais vous parler d'un livre des éditions Usborne que j'ai reçu il y a un petit moment maintenant. Pourquoi avoir attendu ? Tout simplement parce que c'est en ce moment que nous abordons avec la méthode singapour, les fractions et que ce livre trouve donc tout son intérêt.

Je dois vous avouer que dès réception, les enfants se sont précipités dessus. Je leur ai donc laissé pour qu'ils puissent le lire tout leur saoul. Ils ont adoré soulever tous les petits volets et lire les réponses...!Une activité découverte telle qu'on la conçoit à l'école finalement...Passée, la découverte, il est allé rejoindre ses petits camarades sur l'étagère (en libre accès), prenant un peu la poussière....





 Et puis, nous sommes arrivés  au chapitre des fractions. Bien entendu, ce livre ne remplace pas un manuel ni des exercices. En revanche, il permet de visualiser des situations concrètes, de lire le soir toutes sortes de données sur les fractions et ainsi les comprendre et les fixer durablement. Il nous a aussi permis de palier à notre manque de matériel concret dans ce domaine pour effectuer les exercices. Il est devenu notre matériel concret pour résoudre des calculs d'équivalence de fractions.
 

Comme il est entièrement rigide et cartonné, je sais que mes 11,50 euros seront rentabilisés très vite puisque les enfants aborderont tous un jour ou l'autre les fractions. Je sais aussi que l'année prochaine, en 6ème, mon poulet reverra les fractions et qu'il sera certainement opportun de ressortir le livre pour revoir de manière ludique et très visuelle ce qui aura été un peu oublié.

Je ne vais pas prétendre que ce livre est indispensable mais assurément utile et à recommander surtout si, comme moi, vous disposez de peu de matériel concret, de peu de moyens pour en acheter et de peu de temps pour en fabriquer.


Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec les Editions Usborne car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.

mercredi 25 janvier 2017

l'IEF une fin en soi?




De plus en plus souvent (trop?), je lis sur la toile des témoignages et des interrogations sur l'instruction en famille. Des parents se demandent s'ils ne vont pas rescolariser leur enfant car ils s'épuisent, n'y arrivent pas. Soit l'enfant soit le parent soit les deux ne s'épanouissent plus. Interrogation saine me direz-vous? Absolument.

Ce qui me gêne ce sont les réponses...car alors c'est trop souvent un déferlement de:
"non, tiens bon", pourquoi?
"il ne faut lâcher, l'école à la maison, c'est que du positif", oui, ben là tout de suite et depuis 6 mois, je ne le vois pas le positif, moi
" le bien de ton enfant, c'est ça qui doit compter, donc tiens bon", pourquoi? les enfants scolarisés sont tous malheureux?
"l'enfant avant tout!" et le parent? Il n'a pas le droit à son comptant de sérénité?
"pourquoi t'essaie pas d'autres méthodes? Il faut que tu passes au unschooling, c'est plus cool plus fun"...soupirs...
"ton enfant ne veut plus rien faire? Prenez des vacances ! avec la tv et la tablette il apprend aussi bcp"...soupirs...gros gros soupirs...
" et puis au collège, il va être en souffrance. C'est très violent le collège. Les profs sont nuls. Les enfants sont durs. Harcèlement, phobie scolaire etc..." euh...généralisation outrancière, non?

Cet acharnement à vouloir convaincre que l'instruction en famille est LA solution miracle, la panacée m'agace. C'est une aventure formidable, indéniablement! Mais cela ne devrait pas devenir un dogme comme c'est le cas aujourd'hui! L'instruction en famille ne devrait pas être une fin en soi et pour tout le monde!
  Quand je vois des parents qui se demandent s'il est possible de concilier un job à l'extérieur au minimum à mi-temps et instruction en famille avec un enfant de primaire et qu'on leur conseille de se lancer, je trouve cela totalement irresponsable!
  Quand je lis des parents qui demandant quelle solution pour se lancer en instruction en famille "parce que ça les tente" mais ne se sentant ni capable d'enseigner ni de dépenser une fortune en cours par correspondance (ou préceptorat) et qu'on leur conseille d'y aller, je trouve cela totalement irresponsable! Si tu ne peux pas enseigner ni payer, tu laisses tes enfants à l'école
  Quand des mamans se retrouvent au bord du burn-out et qu'on leur dit de poursuivre pour le bien de l'enfant...je frémis! Où est le bien de l'enfant si la maman est au bord de l'épuisement?? Les parents sereins font des enfants sereins. La sérénité du parent instructeur est un préalable à l'instruction en famille, un préalable au bien de l'enfant, un préalable à la bienveillance.
  Quand je lis que l'instruction en famille est plus économique qu'une maman au travail et ses enfants à l'école...c'est faire fi de nombreux critères! C'est aller un peu vite en besogne! Tout dépend du job de la maman, du salaire, du nombre d'enfants, du lieu de vie, trajets ou pas trajets, des horaires de travail, des activités des enfants instruits à la maison, des investissements en matériels et livres que l'on fait dans sa classe-maison, du salaire du parent qui travaille quand l'autre est à la maison, vacances ou pas vacances, études supérieures des enfants, permis de conduire des aînés etc...Non l'instruction en famille n'est pas forcément plus économique ! Et parfois il devient nécessaire d'avoir deux salaires.
  Quand je lis des parents qui sous-entendent qu'une maman qui n'est pas à la maison est égoïste et qu'elle ne cherche pas le bien de son enfant, cela me met hors de moi! D'ailleurs je connais de nombreux adultes qui déplorent aujourd'hui que leur mère n'ait pas travaillé quand ils étaient enfants...eh oui, les situations ne sont pas binaires!

L'instruction en famille n'est pas une solution magique! Elle ne convient pas à toutes les familles ni à tous les enfants. Elle ne répondra pas aux besoins de tous les âges et de tous les profils. L'instruction en famille n'est pas une secte avec des adeptes qui recrutent toujours plus de monde par dogmatisme.
Opposer de manière outrancière l'instruction en famille-qui-serait-formidable et la scolarisation-qui-n'est-pas-bienveillante est stupide et totalement irrespectueux des parents qui font un choix autre que l'instruction en famille et irrespectueux de leurs enfants. Il n'y a pas les parents formidables d'un côté et les bourreaux d'enfants de l'autre!
Les parents qui s'interrogent, attendent de nous de la réflexion, des arguments sensés, une écoute et une prise en compte de leur vie propre et de celles de leurs enfants. Il ne s'agit pas de chercher, tels des témoins de Jéhovah, à les convaincre de l'extrême nécessité de passer l' instruction en famille pour les sauver. 
Il s'agit de les conseiller au mieux, en vérité,  en fonction de leur situation! Et leur situation peut nous amener à leur conseiller l'école, un cours par correspondance ou l'instruction en famille. Et ce n'est pas parce que nous avons choisi l'instruction en famille qu'il faudrait vivre comme un échec de conseiller autre chose à une famille.

L'instruction en famille ne devrait jamais être une fin en soi. C'cst un choix de vie pour un temps donné long ou court. Il devrait d'ailleurs être interrogé chaque année avec objectivité et en tenant compte de tous les membres de la famille: on continue ou pas? Pourquoi?
Et si l'on ne parvient pas à faire cette remise en question régulièrement, parce qu'on a par exemple peur de la réponse des enfants ou du conjoint, alors il faut sans doute faire un petit travail sur soi...

Vérifier que l'enfant a compris

Robert Doisneau

Comment vérifier que l'enfant a compris?
Voilà une question essentielle...ce n'est pas parce que l'enfant vous répond qu'il a compris que c'est le cas! 
1. A-t-il compris la consigne? Avant de lancer un enfant dans un exercice, il est bon de vérifier qu'il a compris ce qu'on attendait de lui, ce qu'il devait faire...trop souvent l'exercice est faux non pas parce que l'enfant n'a pas compris la notion mais parce qu'il n'a pas compris ce qu'il fallait faire. Quelques petits trucs simples peuvent vous aider:
- lorsque la consigne est donnée oralement-et surtout se elle est complexe ou longue- doublez la d'une consigne écrite (tableau, ardoise, feuille de brouillon). Ainsi l'enfant peut s'y référer s'il a oublié dans quel ordre faire les choses, s'il faut souligner ou encadrer, s'il est plus visuel qu'auditif (comme moi par exemple!)
- lorsque la consigne est écrite : demandez à l'enfant de dire avec ses mots ce qu'il a compris qu'il devait faire. Dans le cas d'un problème, demandez lui de lire en silence puis de venir "raconter l'histoire". Cette narration vous permettra de bien situer la compréhension de l'enfant. Parfois, l'enfant ne comprend pas un problème parce qu'il n'a pas su lire le nom de famille de personnage...rien à voir avec la notion de maths en jeu!
- lorsque l'enfant est dyslexique : il est nécessaire de mettre en place des stratégies adaptées. Ici, mon dys surligne au fluo les verbes puis nous comptons combien d'action il aura à effectuer. Je remets au tableau la consigne sous forme de liste et il peut aller cocher quand chaque tâche est exécutée. L'objectif est qu'à la fin de l'année, il parvienne à se débrouiller simplement avec l'étape du fluo.
2. A-t-il compris la leçon?
- La narration est le moyen le plus simple et le plus rapide de s'assurer que l'enfant a compris et de ce qu'il a compris et de ce qu'il faut réexpliquer. La narration peut se faire sous forme de récit, de questions/réponses, de restitution écrite (texte, schéma, dessin), de "cours imaginaire" où l'enfant devient l'enseignant.
- une fois l'étape de la leçon acquise franchie, il reste l'étape ultime de l'application. En donnant des exercices ciblés avec des difficultés progressives, vous pouvez valider que l'enfant a bien compris et qu'il maîtrise (ou non) la notion. Là encore vous pouvez profiter de l'occasion pour travailler l'expression orale: "explique moi le chemin que tu as pris dans ta tête", "dis moi comment tu as fait", "explique moi ton choix"...
- s'appuyer sur la fratrie: lorsque les enfants sont plusieurs, il peut être vraiment enrichissant de s'effacer et de les laisser faire entre eux. "échangez vos exercices", "invente une opération pour ta sœur mais attention, il faudra que tu la corriges" (donc il faut que tu saches l'effectuer toi aussi et voir les fautes), "demande à ton frère de t'expliquer" ainsi vous pouvez observer ce que chacun a compris.

Pour vérifier que l'enfant a compris, il faut mettre en place des moyens tant oraux qu'écrits. Ainsi chacun peut y trouver son compte !


 
Article rédigé dans le cadre des Tutoriels du Collectif l'Ecole est la Maison