Avertissement

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation .

vendredi 27 mai 2016

Les dîners-voyages


Et voilà, nous avons presque terminé notre tour d'horizon de nos semaines de classe...il me restera ensuite à vous parler des fournitures, du cahier des étendards et des blasons, des modifications qui ne vont pas manquer d'arriver et de bien d'autres choses encore !

Le lundi après-midi, après l'histoire, nous consacrerons un temps à l'organisation des dîners-voyages des enfants. Cette séance est placée en 2ème partie de l'après-midi, ce qui nous permettra de déborder si nous le souhaitons. Volontairement, je ne les place pas à la suite de la géographie pour ne pas risquer de lasser. 
Nous avons beaucoup pratiqué le dîner-voyage avec les aînés puis peu à peu faute de temps, de moyens, défaut d'organisation, progrès insuffisants dans les autres matières, nous avons cessé de voyager...
Le principe est très simple : chaque enfant choisit le pays qu'il souhaite visiter. Il a, comme pour les exposés, une grille fixe de questions auxquelles il doit répondre- la base. Il peut ensuite choisir d'étoffer certains points supplémentaires. A l'occasion d'un dîner typique, il nous fait un compte-rendu de son voyage immobile.
 L'organisation concrète : 
Il prépare un livret ou un document simple qui circulera pendant le dîner et il devra être capable de parler de son voyage pendant le dîner.




En Amazonie
Il prépare la nappe du dîner. L'enfant pioche dans nos trésors, mais aussi à la bibliothèque ou sur internet (avec moi) les photos qu'il collera sur la nappe en papier (elle-même recouverte d'une toile cirée transparente). Il y ajoute des dessins de son cru en rapport avec le pays.
Au Mexique
En Bretagne (pour mon GS de l'époque)


Il établit un menu avec mon aide qui permettra de goûter des plats typiques. Nous faisons les courses et il m'aide à la préparation.
guacamole maison

Chaque fois que cela est possible, nous essayons de trouver en bibliothèque un CD de musique du pays, des petites décorations à fabriquer, des timbres, des cartes postales, une carte, des décors etc...L'objectif est de rendre le dîner le plus vivant possible.
Nous avions enregistré des bruits de la jungle sur internet
 Dans notre forêt amazonienne reconstituée grâce aux bambous du jardin qu'il fallait supprimer !

Où trouver des ressources ?
Les livres et internet sont amplement suffisants ! Parfois, à la fin du dîner, nous regardons en famille une petite vidéo sur le pays en question en prolongement.
Je profite des trésors des vide-greniers, Emmaüs et autres pour compléter la bibliothèque. Les livres que j'utilise en géographie nous sont fort utiles bien entendu! J'en ai beaucoup d'autres, je ne pourrais pas tous les citer.
Je glane aussi des magazines pour les photos notamment mais aussi des hors-séries pour enfants du style "les pays d'Europe", "les monuments du monde" etc...indispensables pour les livrets.
Nous utilisons aussi de jolis guides touristiques.

Que mettre dans le livret ?
La base est très simple : capitale, monnaie, langue parlée, ressources principales, éléments géographiques et sites remarquables, monuments célèbres, drapeau. 
Ensuite nous cherchons en général, les plats et les costumes traditionnels, l'histoire du drapeau, dates et événements historiques importants, habitat traditionnel, les caractéristiques typiques du mode de vie, comment dire bonjour, au revoir et merci dans la langue du pays. L'enjeu est plutôt de limiter un peu pour ne pas y passer des mois!

Bon Voyage !






FOCUS SUR...les étiquettes

Afficher l'image d'origine

J'utilise pour ranger l'épicerie des bocaux en verre, type La Parfait. Pour étiqueter mes pots, histoire de ne pas confondre la farine de riz avec celle d'épeautre ou le sucre avec le sel, je dois étiqueter. Cela n'a l'air de rien mais comme je suis un brin perfectionniste, je voulais que mes étiquettes soient jolies, peu coûteuses, en quantité  et facilement disponibles et enfin et surtout qu'elles se décollent facilement au lavage.
Et, oui, les étiquettes autocollantes du supermarché ne se décollent que partiellement des pots, c'est pâs beau! Ou alors, il fallait faire tremper pendant des heures, renouveler l'eau pour qu'elle reste bien chaude - Bref ! ça ne convenait pas à Merepoule maniaque.

A présent j'ai dans le tiroir de ma cuisine :
Afficher l'image d'origine- des bandes de papier recyclé (facture, impressions diverses, courriers obsolètes etc...) qui me servent pour mes étiquettes et pour faire ma liste de course. Le format A4, coupé en 2 devient un format A5 que je recoupe une nouvelle fois dans la longueur. Je fais souvent des étiquettes à l'avance.
- une petite paire de ciseaux cranteurs pour faire des jolis bords à mes étiquettes.
 - un stylo
- un petit pinceau brosse (on peut aussi prendre le pinceau à pâtisserie)
Mais la colle ? Pas de colle ! Parce qu'un peu de lait appliqué au pinceau sur le bocal suffit à coller l'étiquette !
Pour ne pas gaspiller de lait, je verse un peu de lait dans le bouchon de la bouteille (évidemment si vous achetez le lait en brique, ça se complique !). Je trempe mon pinceau dans le dit-bouchon. Je passe un peu de lait sur le verre à l'endroit où l'on veut placer son étiquette en débordant un peu. J'applique ma belle étiquette bien écrite et tout et tout. Je repasse le pinceau imbibé de lait sur les bords (pas sur l'écriture). Je laisse sécher 5 minutes et c'est réglé ! Tant que le pot n'est pas mouillé, c'est solidement collé. Dès qu'on mouille, c'est décollé en 30 secondes sans laisser de traces !

Ah, sinon, j'ai aussi dans le même tiroir un feutre pour ardoise pour marquer sur les pots qui me servent à conserver les restes (mes tupperware sains et pas chers) la date ou le nombre de blancs d’œufs...

On n'est pas obligé de réserver cette technique à la seule cuisine...!




jeudi 26 mai 2016

Préparer la rentrée 2016 #17


Afficher l'image d'origine

L'histoire a toujours un grand succès chez nous! Les enfant attendent ces séances comme une récompense ! C'est pourquoi je les ai placées, il y a plusieurs années maintenant, le lundi après-midi. Ainsi nous commençons la semaine avec enthousiasme !



"L'histoire ne s'apprend pas par cœur, elle s'apprend par le cœur" E. Lavisse


L'histoire en dehors des séances :
Une part non négligeable de l'enseignement de l'histoire se fait indépendamment des séances du lundi après-midi. Il y a les lectures offertes historiques et les disques que les enfants aiment écouter le soir.

Il y a aussi ce qui fait écho aux séances d'histoire durant d'autres séances de classe : littérature, living-books, histoire des arts, vie de saints, musique, les projets, les lapbooks, etc...
L’histoire des femmes célèbres grandshommesnoeuds 9782916788821 je le destine aux lectures personnelles primaire (CM1). Living book / histoire. bien écritje le destine aux lectures personnelles primaire (CE2-CM1). Captivant et très bien écrit: je le destine aux lectures personnelles primaire (CM1-CM2). Living book/histoire: je le destine aux lectures personnelles primaire (CM1-CM2-6ème). Living book /histoire:

Enfin, il y a sur internet de bonnes vidéos documentaires pour apprendre l'histoire ! 

Lecture offerte, l'histoire du monde:
J'ai commencé cette année et je compte poursuivre les années suivantes, une lecture offerte quotidienne et récurrente (comme pour les mythologies et contes) de l'Histoire du Monde. Tous les après-midis, nous commençons par la lecture d'une double page du livre. Lorsque nous serons arrivés à la fin du livre, nous reprendrons depuis le début à une autre période de l'année (nous alternons avec les contes et les mythologies). Ce livre sera donc lu 2 à 4 fois dans l'année, chaque année de primaire. Les enfants connaîtront ainsi très bien l'histoire du monde. Cela me permet aussi d'alléger certaines séances d'histoire.
L’histoire du monde


les séances d'histoire CE2-CM1-CM2 :
1. Comme à mon habitude, j'utilise quelques ouvrages de référence pour raconter aux enfants la leçon de la semaine. Ensuite, nous regardons des photos, des documents dans divers supports accumulés au fil du temps et nous échangeons.
2. Vient après le temps de la narration orale, assez courte en général. J'aime que les enfants restituent l'essentiel uniquement. Je les oblige à être concis dans une optique d'apprentissage plus large du résumé et de la synthèse.
3. Puis nous terminons par la trace écrite qui se fait sous forme de résumé à copier s'il est court, à coller ou à copier sur 2 séances si c'est long ou encore un résumé à trous à coller à et à compléter. Je ne demande jamais aux enfants d'imaginer un résumé à rédiger dans le cahier. Je trouve ce travail trop long, fastidieux et ingrat pour eux. Toute leur concentration est placée dans le français et plus dans l'histoire. Ils ont fait leur narration orale, cela me suffit. S'il y a lieu, ils complètent leur page de chronologie où nous notons les dates à apprendre par cœur ainsi que leur livre des siècles.
4. Enfin, nous prenons le temps de l'illustration. Les enfants font un dessin résumant ce qu'ils ont retenu ou ce qui leur parait essentiel dans leur cahier et/ou dans leur livre des siècles.
Mon trépied est donc toujours là, fidèle au poste ! 

Ce qui change à la rentrée :
Pour cette nouvelle rentrée, nous abandonnons définitivement et sereinement les grands classeurs au profit de petits cahiers. Les enfants auront donc pour cette matière un petit cahier de travaux pratiques.
Deuxième changement : j'exigerai cette année que les illustrations inachevées le soient en fin de semaine au plus tard. Charge à eux de mettre à profit leur temps disponible. Ils n'ont pas de devoirs le soir mais ils auront parfois du dessin !

Avant le CE2 ?
A partir du CP, je fais de l'histoire avec les enfants. Cette année j'aurai un CP et un CE1, je vais donc regrouper pour eux les séances.
Au cours de leur scolarité primaire, ils referont donc plusieurs fois les mêmes leçons mais chaque année, nous partons de ce qu'ils connaissent déjà et nous approfondissons et détaillons davantage. 
Pour le CP/CE1, j'utilise comme ouvrages de référence à lire aux enfants : pour l'histoire de France les deux livres de la librairie des écoles ainsi qu'un manuel ancien (notamment pour les illustrations)
Ma Première Histoire de France L’histoire de France de LavisseAfficher l'image d'origine

Mais avant l'histoire de France nous voyons dans un premier temps les outils qui mesurent le temps, le métier d'archéologue puis la naissance de la Terre, les ères, la Préhistoire
Montessori grands recits

Frise chronologique de l'évolution de l'homme


Comme pour les plus grands, les séances se partagent entre leçon, narration orale, trace écrite adaptée à leur âge et illustration.

A partir du CE2 :
J'utilise comme supports de référence les deux ouvrages de la librairie des écoles que je complète avec tous les livres  et manuels accumulés au fil du temps.
9782916788029  9782916788432

L'étude se fait sur le cycle entier, c'est à dire que j'attribue à chaque niveau une période d'étude. Le sommaire est partagé en 3 parties, une pour le CE2, une pour le CM1, une pour le CM2.

Comment gérer plusieurs niveaux ?
Vous avez sans doute remarquer que dans mes emplois du temps, CP, CE1, CM2 ont leur séance d'histoire en même temps or ils n'étudient pas tous les mêmes périodes...pourquoi et comment faire?
J'ai placé la séance de cette façon parce que c'est plus simple pour moi à gérer. Je sais que le lundi après-midi tout le monde a histoire sur les mêmes horaires, je n'ai pas le sentiment de sautiller en 30 minutes d'une matière à l'autre sans lien entre elles. En quelques sortes, je "repose mon cerveau".
Pendant que je raconte la leçon aux CP/CE1- ce qui prend environ 5 à 10 minutes guère plus- j'aurai donné aux autres des questions sur la leçon du jour (chercher les réponses dans le texte du livre ou à partir du document) ou des dates à revoir, un résumé à relire ou un texte à trous à compléter en lisant le manuel etc...Un travail d'histoire à faire en autonomie pendant 5-10 minutes. Puis les CP/CE1 étant en copie et en illustration, je pourrai m'occuper des CM.
Je pourrais être aussi  amenée à faire les leçons "à l'envers" : les enfants lisent seuls, puis me font une narration de ce qu'ils ont compris et enfin je complète avec des informations, des détails, des anecdotes, des documents avant que nous passions à la trace écrite et à l'illustration. Il importe dans ce cas que le texte qu'ils ont à lire soit vivant et bien écrit.

Dans tous les cas, tous les niveaux, je RACONTE l'histoire, je ne la fais pas étudier. Je mets mon costume de conteur, je mets le ton, je fais des gestes, je crée le spectacle...une sorte de living-book en chair et en os...


La formation continue : nous devons avoir à cœur de nous former dans les matières que nous enseignons à nos enfants. Il est important que nous soyons capable de raconter de façon vivante. Cela ne peut se faire que si nous en connaissons suffisamment sur le sujet pour ne pas garder le nez dans ses notes !
Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'originecycle 3-collège: Lu. très bon livre pour réactiver ses connaissances sur le sujet. Mon objectif en le lisant était de ne pas raconter de bêtises aux enfants lorsque nous aborderons cette période:

L'Instruction Civique


Afficher l'image d'origine

Nous n'avons pas fini notre tour d'horizon des après-midis ! Il est bien question ici d'un tour d'horizon pour préparer la rentrée. Les décisions ne sont pas encore totalement arrêtées, il peut y avoir quelques changements d'ici septembre. Il est très probable que je posterai plusieurs billets pour approfondir les sujets au fil de l'année et de mes observations. Il nous reste donc à aborder l'histoire, l'instruction civique, les dîners-voyages et je crois que nous aurons terminé le premier tour de piste...

Je n'aime pas beaucoup l'instruction civique l’éducation civique et morale. Je trouve qu'il est difficile de rendre cette matière enthousiasmante pour des primaires car elle ne correspond en rien à leurs attentes, leurs rêves, leurs intérêts et d'ailleurs elle ne suscite jamais vraiment leur intérêt ! J'aurais pu m'en passer, faire comme si cela n'existait pas avant la fin du collège mais je trouve que par les temps qui courent, mieux vaut donner un peu de leste aux inspections. Alors, j'ai fait comme au lycée avec mes profs : je leur donne de temps en temps ce qu'ils veulent entendre, histoire d'avoir la paix ! 
L'Education Nationale mise beaucoup sur cette matière pour rétablir le sens citoyen et républicain des petits français. Je crois pour ma part qu'elle se trompe totalement . Ce n'est pas en imposant à des primaires des heures de débats et d'éducation civique avec étude de documents "à la sauce grandes personnes" qu'on en fait des citoyens responsables et républicains. 
Premièrement parce que la République n'a jamais été une valeur en soi mais un régime politique. Les valeurs républicaines dont on parle ne sont pas d'abord républicaines mais simplement et surtout des valeurs morales, de vie en société, de vie intègre. Elles peuvent  tout à fait exister en dehors de la République. Si bien que cela ne fait sens pour personne et en particulier pour des enfants et que ces termes sont totalement galvaudés et utilisés à mauvais escient. 
Afficher l'image d'origine
jolie photo ici

Deuxièmement parce qu'avant de débattre dès 8-10 ans sur des sujets qui les dépassent, avant de leur parler du trajet que fait une loi et du fonctionnement des institutions, il faut que les enfants connaissent et aiment leur pays. Sinon d'une part ils ne seront jamais réceptifs aux enseignements citoyens et d'autre part il y a fort à parier que les incivilités seront pour eux monnaie courante. Je sais, ça fait ringard, réactionnaire, populiste, toussâ... mais c'est pourtant une réalité toute simple, un évident constat. Autrement dit, comme à l'accoutumée, l'Education Nationale a mis la charrue avant les bœufs dans sa précipitation pédagogiste et une gesticulation faussement républicaine après les attentats. Créer des réserves citoyennes inopérantes, imposer des séances d'éducation civique et morale quand par ailleurs elle vide les contenus de toutes les autres matières, est une erreur grossière. C'est ce qui arrive lorsqu'on se noie dans les neurosciences et le pédagogisme à tout va et qu'on perd en chemin le simple bon sens...
Je ne nie pas que des séances d'éducation civique et morale ont leur utilité. Mais vous ne pouvez pas construire dans l'esprit des enfants une citoyenneté, un sentiment de destin commun sans la transmission d'une culture commune. Les séances d’éducation civique et morale ne peuvent venir qu'en complément des "matières" qui font le socle commun d'un pays, des citoyens,  à savoir : 

- La littérature, la vraie, dès la maternelle. On n'apprend rien avec des textes édulcorés, pauvres en vocabulaire, à la syntaxe douteuse, aux sujets d'une bêtise à pleurer. Lecture offerte des classiques de la littérature, living-books, lecture silencieuse, lecture à voix haute (tout le primaire), cahier de lecture etc... Mon conseil : brûlez les manuels récents et les rééditions minables des bibliothèques roses !
Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

- Des cours de français en nombre et structurés pour manier et aimer la langue de son pays.  Comme les journées ne font que 24 heures, cela suppose de supprimer les inutiles de l'école primaire, j'ai nommé : l'anglais, l'informatique (ils savent faire sans l'école !), la sécurité routière (les parents sont là pour ça, c'est leur responsabilité), l'éducation à l'environnement (quand on fait des leçons de choses en quantité, sur les temps de sciences, c'est suffisant).
Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine 9782916788173


Des cours d'histoire adaptés aux enfants de primaire. Ras le bol de cette façon absurde d'étudier l'histoire avec des 6-12 ans. ILS NE SONT PAS DES UNIVERSITAIRES. Faites les rêver ! L'histoire, ça ne s'étudie pas, ça se raconte. Notre histoire de France est si riche en personnages hauts en couleurs, en rebondissements, en actes héroïques...un vrai roman à la Dumas ! Racontez-leur l'histoire de leur pays, ils l'aimeront. Nous ne pouvons pas être citoyen d'un pays que nous n'aimons pas et nous ne pouvons aimer ce que nous ne connaissons pas !
"L'histoire ne s'apprend pas par cœur, elle s'apprend par le cœur" E. Lavisse (à graver en lettres d'or sur les cahiers !)
Afficher l'image d'origine

- Des cours de géographie adaptés aux enfants de primaire. Arrêtons là encore cet enseignement inadapté de la géographie, pondu par des technocrates en mal de reconnaissance. La géographie fait aimer la France et s'ouvrir au monde mais certainement pas en étudiant des graphiques, des flux, des foyers de population, des données économiques...en primaire ?!?! Mais ces gens-là ont-ils croisé un jour des enfants en chair et en os ? Enfin, je veux dire des vrais enfants,hein, pas des adultes en miniature! Je me répète, mais mieux connaitre son pays, c'est se l'attacher, l'aimer ; c'est donner envie de l'arpenter, de le découvrir ; c'est comprendre qu'on en fait partie. Des séances de géographie bien conduites sont bien plus efficaces dans ce domaine que tous les cours d'éducation morale et civique de l'école de la République de Madame Najat Vallaud Belkacem !

Bien entendu à ces humanités, s'ajoutent les leçons de choses. Les coccinelles ou les fleurs de cerisier sont les mêmes partout dans le monde me direz- vous ! Quel rapport avec l'instruction civique et la France ? C'est que voyez-vous, les leçons de choses vous font connaitre la nature, les objets qui vous entourent, les métiers et les personnes qui les exercent. Les leçons de choses vous font aimer la terre, votre terre. 
Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

De même les leçons d'histoire des arts sont indispensables ! La France regorge de trésors, de musées et d’œuvres d'art qui contribueront à faire de nos enfants des citoyens éclairés.
Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine
Par conséquent, si l'on y prend garde, nous pouvons finalement faire de l'instruction civique tous les jours !

Malgré tout, nous aurons au Poulailler une séance hebdomadaire d’instruction civique (je préfère cette appellation), 30 minutes tous les mardis pour connaitre sommairement les symboles républicains et le fonctionnement des principales institutions. Pour établir mon programme, j'ai utilisé :
La Classe 268 - Avril 2016à commander ici  9782916788302_Instructionciviqueetmoralecycle3ici

Avec ces deux supports, j'ai ce qu'il faut pour aborder les symboles et le fonctionnement des institutions. J'applique le principe 1 séance = 1 notion = 1 petite trace écrite
Pour être honnête, ce qu'ils en retiendront et en retireront m'est bien égal. Ils vont voir, voir et revoir durant tout le collège toutes ces notions, jusqu'à l’écœurement...vous avez dit  contre-productif ?...