"Les enfants ne sont ni des vases à remplir, ni un feu à allumer: ils sont un foyer ardent à ne pas éteindre." André Stern
L'Instruction en Famille nombreuse est une aventure formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

vendredi 24 juin 2016

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans


S'il y a bien un choix de vie que je ne regrette pas, c'est bien celui-ci : nous être installés à la campagne.
Je mesure chaque jour combien ce choix est bénéfique aux enfants tout autant qu'à nous, parents.
Il y a bien sûr l'inconvénient principal: notre voiture est devenue un peu notre deuxième maison pendant la semaine...mais en y réfléchissant bien, pas tant que cela finalement.
A quoi donc s'occupent des enfants libres d'école et d'écrans à la campagne ?
Je suis fascinée de voir tout ce que mes enfants, libres d'école et d'écrans, sont capables de capturer à main nue:mouches, cousins, araignées, lézards, grillons, sauterelles, coccinelles et gendarmes, papillons, fourmis, limaces et escargots, et même musaraignes!
L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, sait à force d'observer. Il sait faire la différence entre une chouette hulotte, une chouette effraie, un petit duc. Il sait reconnaître le vol du faucon crécerelle, du pigeon ramier, du canard col vert, du héron, de la poule d'eau. Il sait distinguer la vipère de la couleuvre, la grenouille du crapaud, le lièvre du lapin, le chevreuil de la biche. Il entend le cri de la buse, celui du faisan, le bruit du pic-vert, le chant de la pie. Il sait bien que les œufs de merle sont bleus-verts. Il sait que les digitales sont très belles mais qu'il ne faut surtout pas les cueillir. Il sait qu'il faut se laver les mains après avoir touché des feuilles de rhubarbe. 
L'enfant de la campagne sait bien différencier le marronnier du châtaignier. Il connait de nombreuses essences. Il sait voir le geai des chênes, la grive et la poule faisane. Avez-vous déjà eu l'occasion de voir une buse chasser une vipère et s'envoler le serpent entre ses serres ? Nous, plusieurs fois.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, sait grimper aux arbres, construire des cabanes, faire du feu avec une loupe.

L'enfant de la campagne élève temporairement toute sorte d'insectes. Nous avons eu des élevages d'escargots, de gendarmes, de grillons, de coccinelles de quelques heures à quelques jours ou quelques semaines.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, fabrique des trucs et des bidules tout droit sortis de son imagination fertile avec ce qu'il trouve dehors.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, rêve et s'ennuie, regarde la forme des nuages, chasse les arcs en ciel.
L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, imagine. Il imagine un tas de chose:qu'il est homme préhistorique, archéologue, soldat, chevalier, princesse, éleveur, marin, indien, explorateur.
L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, marche pieds nus dehors par tous les temps, saute dans les flaques, rentre trempé et couvert de boue, s'excuse d'avoir souillé son pantalon "parce que maman, c'était trop bien le jeu et je n'ai pas eu le temps de rentrer jusqu'aux toilettes".



L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, fait flotter les petits bateaux de sa fabrication dans la mare, salue la rainette, effraie le crapaud, attrape les tétards ("mais on les a remis après, maman") observe  libellules et demoiselles pendant des heures.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, taille des bouts de bois, se roule dans l'herbe, fabrique des lance-pierres.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, s'écorche les genoux, perce ses bottes, déchire ses fonds de culottes, se tord la cheville, s'emmêle les cheveux.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, vide ses bottes remplies d'eau, te rapporte des bouquets, tresse des couronnes de fleurs, te demande d'enlever la vilaine tique dans le pli du coude, l'épine dans le gros orteil.
L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, a toujours un truc à dessiner, dehors ou dedans.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, sait la différence entre un cerisier et un merisier. Il sait reconnaître les traces des animaux de la forêt. Il attend septembre pour aller au brame du cerf en pleine nuit avec papa.
L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, fait tout un tas de collections. Il collectionne les plumes (qu'il sait parfaitement distinguer d'ailleurs), les jolis cailloux, les fossiles, les feuilles, les glands, les marrons.

L'enfant de la campagne, libres d'école et d'écrans, joue au restaurant, à la dînette et à la marchande. Les cailloux sont des rôtis, les feuilles des salades. Il coupe, il écrase, il mixture, il touille, il enveloppe, il sushise, il sauce, il cuit..."on dirait que c'était des haricots et de la purée".

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, essaie d'imiter le cri des animaux.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écrans, a appris à être prudent avec la nature. Il sait qu'il ne faut jamais soulever une pierre avec les mains, ramasser un champignon qu'on ne connait pas, toucher certaines fleurs toxiques. Il sait qu'il faut marcher avec un bâton et des bottes dans les hautes herbes, qu'il faut vérifier la solidité d'une branche avant de grimper, sonder la profondeur de l'eau avant d'y entrer. Il sait qu'il faut prévenir avant de partir loin des yeux.

L'enfant de la campagne, libre d'école et d'écran, part avec "les autres" et tu n'entends plus rien ni personne pendant des heures...il ne te faut pas moins qu'une pibole pour rameuter tout ce petit monde à l'heure du repas "ah, c'était bien !"

Il faut beaucoup de temps, d'espace et de liberté d'action pour qu'un enfant soit heureux. Mais c'est bien tout ce qu'il lui faut. Nous n'avons pas de balançoire, pas de hamac, pas de jouets de jardin, pas de bac à sable, pas de trampoline, pas de piscine, pas de croquet, tout juste un ballon qui ne sert jamais, pas de vélos mais de bonnes chaussures et simplement la nature autour de nous.
En limitant l'écran à regarder un DVD de temps en temps, en remplaçant l'école par l'instruction en famille, en réduisant la quantité de jouets, en choisissant notre lieu de vie en pleine campagne, nous avons rendu aux enfants le temps et l'espace.
En ne sanctionnant pas les vêtements abîmés, déchirés, tâchés, les coiffures défaites, en ne réprimandant pas les enfants crottés jusqu'aux oreilles, trempés jusqu'aux os, en leur accordant toute notre confiance (et en comptant aussi un peu sur leur ange gardien), en partant du principe qu'ils sont les plus capables de dire s'ils ont froid ou chaud, s'ils ont besoin d'un pull, d'un manteau ou non, nous leur avons rendu la liberté d'action.

 Non vraiment, je ne regrette pas d'habiter à la campagne.

Les Petits Montessori #1



J'ai été contactée il y a quelques temps par l'attachée de presse pour tester ces nouveaux petits cahiers. Comme ils me faisaient de l’œil depuis un moment, je n'ai pas hésité à dire oui!
Il faut dire que j'étais déjà un peu mise en confiance : édités par La Librairie des Ecoles dont je dois avoir à peu près tous les livres ou presque (!), conçus et rédigés par Sylvie d'Esclaibes dont j'aime beaucoup la posture, le travail, l'approche qu'elle a de la pédagogie, il y avait de grandes chances que j'y trouve un intérêt !

Je prévois de tester ces cahiers cet été, sur le temps de travail de vacances des grands,  avec mon 5 ans qui débutera un CP à la rentrée et qui a déjà compris le principe de la combinatoire. Il est super motivé - sinon j'aurais attendu. Il y aura donc d'autres billets au sujet de chacun de ces cahiers. Patience, patience...

Que peut-on dire d'ores et déjà de ces cahiers, sans les avoir testés ?
1. Il y en a 4:


   

On peut cependant déplorer qu'une numérotation bien visible n'apparaisse pas sur la couverture. En effet, les cahiers s'utilisent dans l'ordre, ce qui n'est pas nécessairement une évidence pour les néophytes. Il manque, je trouve, volume 1-volume 2-volume 3-volume 4. Petit point négatif.

2. Le format est parfait. Il s'apparente à un cahier petit format 48 pages. Parfait donc pour l'écriture de l'enfant. Pas de fatigue du poignet, pas de difficulté de repérage dans l'espace, faciles à ranger. Bref, Un premier bon point.

3. Les illustrations sont fraîches et de bon goût (bon en même temps, c'est la Librairie des Ecoles, donc on n'en attendait pas moins!). La quantité, la place, les couleurs sont bien gérées, évitant ainsi l'éparpillement. Deuxième bon point.

4. L'approche générale : la volonté affichée est de démocratiser (enfin !) la pédagogie Montessori en France, de la rendre accessible au plus grand nombre - loin des formations coûteuses, donc loin de l'esprit Montessori en fait...Il s'agit donc de proposer des activités progressives, rigoureuses, tout en aidant les parents à comprendre les principes de cette pédagogie pas à pas. Et vous allez voir, le pari est tenu, la cible totalement atteinte ! Troisième bon point.

5. Les contenus : au fur et à mesure de mes "tests" je reviendrai sur le contenu de chacun. Mais ce que l'on peut dire dès maintenant, c'est que c'est du travail de pro, Sylvie d'Esclaibes n'a rien oublié ! 
  • Chaque cahier contient un avant-propos que les parents doivent absolument lire avant de se lancer. Quatrième bon point.
  • On y lit au fil des pages des citations de Maria Montessori qui aident à bien s'imprégner de l'esprit Montessori. Cinquième bon point.
     
  • On y trouve des conseils, des propositions d'activités et de prolongements pour que l'enfant manipule au maximum. Mais nous ne sommes pas noyés de consignes et de conseils !  Sixième bon point.
  

  • On y trouve des modes d'emploi pour fabriquer le matériel nécessaire à chaque cahier ou aux prolongements proposés. Septième bon point.
  

6. Conclusion : les promesses sont-elles tenues ?
"une collection respectueuse de tous les principes Montessori" -oui
"des cahiers adaptés à tous, même ceux qui ne connaissent pas Montessori" -oui
"des cahiers qui favorisent l'autonomie et la confiance en soi" - probablement (pas encore testé)
"une progression rigoureuse et structurée"-oui
"des conseils pour guider les parents"-oui et j'ajouterais faciles à mettre en application.
"des activités de manipulation pour prolonger les apprentissages"-oui et le dosage est bon.
Promesses tenues. Huitième bon point.

7.le prix : 6,60€ autrement dit pas cher. Mais il faudra y ajouter le coût et le temps de fabrication du matériel. Neuvième bon point.

La balance est donc clairement positive. Pour ma part, ces cahiers sont un bon atout qui ne contredit en rien par exemple la pédagogie Charlotte Mason. Ce ne sont que des outils, tout dépend donc de la manière dont nous les amenons et les utilisons. Ils ne détrôneront jamais nos fichiers Balthazar, qui ont d'autres défauts mais que les enfants adorent! Les exercices et les dessins de Petits Montessori ne font pas le poids face à Balthazar et Pépin!
Les cahiers proposent de démarrer à 3-4 ans. Au poulailler, c'est beaucoup trop tôt et j'aime trop l'approche informelle de Charlotte Mason pour faire commencer les enfants si tôt ! La nature, les jeux, les lectures et les échanges suffisent amplement à leur progression. 
A 5 ou 6 ans, juste avant ou pendant un CP, c'est parfait. Je pense aussi que cela conviendrait à des enfants scolarisés en GS qui s'ennuient ou à qui on veut faire contourner l'apprentissage semi-global de la lecture à la rentrée prochaine...
Il faut vraiment saluer la performance de Sylvie d'Esclaibes.

Questions :
Peut-on faire sans matériel? non. La manipulation fait partie de la pédagogie. Si on ne veut pas de matériel alors mieux vaut passer son chemin.
Peut-on faire avec du matériel autre que montessori ? oui, avec un peu de débrouillardise et de bon sens, c'est possible. L'essentiel est la manipulation et la cohérence.
Est-ce que ces cahiers sont indispensables? non, rien n'est indispensable mis à part un stylo et du papier !









lundi 20 juin 2016

Marque-pages à jour

Afficher l'image d'origine
Photo R. Doisneau
Les marque-pages de l'écrivain sont mis à jour. Ils correspondent aux difficultés précises de mes enfants, vous aurez donc peut-être à les réadapter aux vôtres. 
Ils font directement référence aux leçons étudiées avec les poulets. En effet, ils ne doivent pas être mis dans les mains des enfants sans avoir travailler la notion au préalable. Ce n'est ni une leçon ni un exercice mais un pense-bête de notions étudiées, vues et revues par ailleurs.

Pour comprendre de quoi il s'agit, c'est  
Pour imprimer c'est ici

Lorsque vous choisissez de parler de ce document (blogs, réseaux sociaux), je vous remercie de ne pas oublier de créer un lien vers les Chroniques du Poulailler.
Je serai également enchantée d'avoir le lien pour visiter votre blog et lire votre article, n'hésitez pas à vous signaler ! 

samedi 18 juin 2016

Marque-page

Afficher l'image d'origine
Doisneau

L'idée m'est venue en voyant les poulets pris d'une frénésie d'écriture. En ce moment, j'ai trois écrivains en herbe qui me demandent donc à longueur de journée de relire leurs textes pour les corriger. Ce ne serait pas vraiment un problème s'ils n'avaient pas écrit au moins 4 feuilles A4 par enfant et surchargées de fautes.
Les inviter à s'auto-corriger, c'est bien, leur donner des outils efficaces pour le faire, c'est mieux.
Les inviter à se poser des questions avant d'écrire le mot, c'est bien, leur donner des outils pour le faire, c'est mieux.
Ils ont leur cahier-outil bien sûr, mais c'est moins pratique et puis ça "sent" le scolaire, alors quand on est écrivain, ça ne fait pas sérieux. D'autant plus qu'ils écrivent aussi dans leur chambre le soir, sur leur lit, alors retrouver la bonne règle dans son cahier-outil...fastidieux!
J'ai donc créé des marque-pages pour écrivain en herbe et je reconnais être assez fière de ma création. J'ai pu constater qu'elle était très utilisée, c'est déjà un bon point.
Nous pouvons les emmener dans les chambres, en vacances, en promenade, ça  ne prend pas de place (mais ça ne tient pas dans la poche tout de même). 
Je les ai imprimés et plastifiés. J'ai collé une gommette au dos de chacun pour identifier le propriétaire.
Ces marque-pages répondent à leurs besoins en terme de productions d'écrits, il ne s'agit pas d'un condensé de grammaire ou de conjugaison. J'observe ce qui leur manque et je crée en fonction. Il faut néanmoins se garder d'en faire un trop grand nombre car alors les enfants ne les utiliseraient plus. La présentation est pensée d'abord en fonction de mon poulet à tendance dysorthographique mais elle convient à tout le monde.
Ils ont pour l'instant:

un récapitulatif pour mettre au pluriel

une petite liste de mots pour poser des questions

une procédure pour relire son texte ou sa dictée
une petite liste de mots invariables courants

A suivre : quelques repères de conjugaison, une petite liste pour exprimer la manière, le lieu, le temps, comment séparer/couper/détacher les mots (utilisation de l'apostrophe), l'accord du participe passé (celui-ci est déjà prêt mais nous n'avons pas encore travaillé cette règle donc c'est pour plus tard).
Je ne pense pas en faire plus. Le reste des fautes sera corrigé par moi ou avec moi.

Pour obtenir le document, cliquez ici



Lorsque vous choisissez de parler de ce document (blogs, réseaux sociaux), je vous remercie de ne pas oublier de créer un lien vers les Chroniques du Poulailler.

vendredi 17 juin 2016

Ecrire une multiplication posée

Afficher l'image d'origine
ici

Cela ne pose pas de réels problèmes pour la plupart des enfants mais pour certains c'est une autre affaire...
"j'ai oublié de mettre le point (ou le zéro)! Je ne sais où il faut mettre la barre...je me suis trompé, j'ai ajouté les unités avec les dizaines... oh maman, c'est tout cochon..." etc...
Vous avez peut-être ce genre de phénomène à la maison? Au poulailler, nous avons ça en rayon !
Je demande donc à cet enfant d'écrire d'abord la "maquette" de l'opération avant de l'effectuer.
Ainsi s'il a 1235x32 à poser et à effectuer, il commencera ainsi

    1 2 3 5
 x       3 2
 ______
         
+             0
_______

Evidemment, il faut faire un petit effort d'imagination pour voir les carreaux sur l'écran...!Mais vous comprenez certainement l'idée : les barres, les signes, le zéro  sont placés à l'avance, il n'a alors plus qu'à remplir les cases. 
Cette façon de faire, permet à l'enfant de procéder en deux étapes de concentration. Un première fois, il se concentrera principalement sur la présentation qui lui demande un effort (traits bien placés et bien tracés, chiffres bien formés, et zéro installé). La deuxième fois, il se concentrera sur le calcul mental en lui-même (les totaux, les retenues, les tables, etc...) et n'aura pas à se concentrer sur où écrire quoi, penser au 0, il se sera déchargé d'un poids.

Ainsi, nous permettons à l'enfant d'atteindre une compétence attendue et programmée en mettant au point un moyen pour lui d'y parvenir.

Mon enfant est gauche

Afficher l'image d'origine
photo R Doisneau
Ah ça, pour être gauche, il est gauche...il est même gaucher!
Petit détail amusant, c'est certainement le poulet qui a fait le plus d'activités montessori (en bonne et due forme) depuis l'âge de 3 ans, celui qui a le plus fait travailler la main...! Je ne sais pas s'il faut y voir un lien de cause à effet mais c'est tout de même amusant à noter!

Il dessine très bien mais a des difficultés à tracer un trait droit et propre à la règle. Il grimpe aux arbres mais est incapable de découper ou coller proprement. Son écriture n'est pas très régulière, pas très "belle" pourtant il est bon cavalier, or monter à cheval demande une main assurée, fine, précise, des gestes sûrs...

Comment l'aider en classe-maison ?
- Tout d'abord lui donner les bons outils : bons crayons, bons stylos, bonne plume, ciseaux et taille-crayons pour gaucher, compas robuste, tube de colle maniable etc...
- Ensuite, lui témoigner ma confiance et l'encourager, ne jamais manquer de féliciter, saluer les progrès aussi infimes soient-ils, désamorcer les crises, les pleurs et les cris.
- Accorder un temps adapté pour réaliser le travail
- Imaginer pour lui des procédures particulières, des étapes, des outils pour l'aider. 
Par exemple, faire des points intermédiaires avant de tirer un trait ;  faire une petite croix au crayon là où poser la colle ; repenser les étapes pour poser une addition etc...
- prévoir des activités qui l'aident peu à peu à affiner son geste : origamis et pliages, géométrie ludique, petits bricolages et travaux manuels, coloriages, frises à terminer et à colorier, pages d'écriture, petits travaux de couture (apprendre à recoudre son bouton par exemple) et de repassage, insérer du découpage dans des travaux d'arts plastiques etc...
- l'observer et être derrière lui dans d'autres occasions soit pour l'encourager, soit pour l'aider à trouver des solutions : jeux de plein air qui demandent de la dextérité (badminton, tennis, pétanque, tresser des couronnes etc...), certains jeux de société qui demandent de l'adresse, des tâches de la vie quotidienne (laver, lacer, étendre etc...)

Peu à peu, je suis confiante, les progrès seront là. Ce qui compte avant tout, ce ne sont pas les résultats, mais bien que nous nous attelions au problème. 



jeudi 16 juin 2016

Nouveaux supports en sciences

Je les attendais ceux-là ! Comme je l'ai expliqué j'ai scindé ma programmation de sciences en 3 types de séances :
- les leçons de choses
- l'histoire des sciences et des inventions
- l'expérimentation
Ensuite pour ces 3 sous-rubriques, mes critères de choix sont :mes envies !! le programme EN? non ! J'ai décidé d'y coller davantage en fin de cycle 3 c'est à dire en 6ème. Cette année, je conduirai des séances CP-CE-CM sur des thématiques qui me plaisent et qui sont adaptables aux 3 niveaux (pas mal hein mon argumentation pour l'IEN !).

J'ai donc reçu hier les nouveaux livres des éditions usborne tant attendus pour terminer ma programmation.
Je ne suis vraiment pas déçue et à en juger par le fait que mes livres ont déjà disparu dans les chambres des enfants, les poulets non plus !

J'ai donc choisi d'utiliser, cette année, uniquement les expériences proposées dans celui-là. Et il y a tellement de choses à la fois simples à mettre en place, bien expliquées et réjouissantes que je n'irai pas chercher plus loin pour l'expérimentation. C'et un grand format tout cartonné et à spirales, parfait pour résister au temps ! Il est organisé de la façon suivante : un thème pour une double-page (par exemple, la force du vent) et plusieurs expériences sont proposées ainsi que des encadrés pour des explications scientifiques courtes et simples.


Ma difficulté pour le moment, c'est que les poulets n'aient pas expérimenté ce qui est prévu l'année prochaine!J'aimerai bien ne pas avoir à refaire ma programmation! 

Pour l'histoire des sciences et des inventions, je cherchais des livres abordables, accessibles aux plus jeunes (si je prédigère un peu le texte), pas trop longs et pas trop complets mais pas vides non plus. Je ne sais pas vous, mais je trouve que les livres qui traitent des sciences sont parfois un peu indigestes ou inexploitables si on a peu de temps. Et bien ceux-là ne sont pas mal. Leur format est de la taille des fichiers Singapour, donc ils ne prennent pas de place (oui, c'est un peu mon obsession du moment...!). Les dessins ne sont pas formidables mais pas repoussants non plus. Je comprends les explication, c'est l'essentiel ! J'ai donc pu piocher à loisir pour construire une programmation qui me plait



J'ai même pu y trouver quelques infos pour certaines de mes leçons de choses...!