L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

samedi 28 janvier 2012

En âge et en sagesse

"Vous n'êtes pas si vieille, vous n'avez pas de rides...!"

merci mes enfants,
mais j'ai tout de même 37 bougies à souffler...dur dur!

jeudi 26 janvier 2012

Du jetable au lavable

La gastro nous ayant ruiné la journée par avance, j'en profite pour déposer un billet : passer du jetable au lavable

A la cuisine
- laver les éponges, préférer les lavettes  et chiffons microfibres
- recycler une vielle polaire en chiffons attrape-poussière qu'on peut accrocher d'ailleurs à un balai type swif**r
- essui-tout : on recycle un vieux drap fatigué et déchiré. On découpe des rectangle, un petit point zig-zag de couleurs tout autour et voilà.On recycle aussi une serviette de toilette fatiguée de la même manière. Et vous voilà avec de l'essui-tout de deux épaisseurs en fonction de l'usage pour pas un centime!
- mouchoirs en papiers : mouchoirs en tissus
- on augmente la pile de torchons qui servent aussi à conserver le pain, la salade lavée, le reste de tarte de la veille etc...on peut faire des torchons dans des draps fatigués lin/coton.
- serviettes en papier : serviettes en tissu.On peut en faire dans des draps (oui je sais , je suis une vraie maniaque!) et des bavoirs dans des serviettes éponge avec un joli biais fait maison dans des chutes de tissus. On peut même les habiller un peu si on a plus de chutes de tissu !
-une vieille chaussette en laine pour faire briller les meubles, les chaussures ou l'argenterie.
- une brosse à vaisselle en bois dont on ne change que la tête (qui passe dans la cheminée)
et bien sûr on fait un joli sac à linge sale dans la cuisine pour stocker tout ce petit monde avant de pourvoir lancer une lessive...mieux deux sacs, un qui va, un qui vient pour faciliter le lavage et la logistique

A la salle de bain
- couches lavables
- serviettes lavables
- lingettes pour bébé : gants de toilettes
- coton demake-up : on recycle une serviette de toilette fatiguée (oui, encore).On découpe des petits carré, on surfile de couleurs et hop !
- mouchoirs en papier: mouchoirs en tissu

On recycle tout ce qu'on peut !
les courriers et impressions sont découpés et agrafer pour devenir des blocs pour le téléphone, pour les listes de courses, pour faire des cahiers de brouillon, des blocs de dessin....
on favorise les sacs durables et les paniers, on refuse le sac en plastique du commerçant quand ce n'est pas indispensable.
on garde des contenants en verre pour ses cosmétiques, ses restes alimentaires (plus sains qu'un contenant plastique), ses confitures, ses laits etc...
les boites métalliques sont peintes et deviennent des pots à crayons, à pinceaux, à ustensiles, des chamboule-tout...

Ce ne sont pas les idées qui manquent, faites marcher votre imagination !

mercredi 25 janvier 2012

Le sommeil

Lundi a été une très bonne journée. La semaine commence toujours en douceur puisque depuis quelques temps, nous démarrons toujours la semaine par le catéchisme auquel nous consacrons une grande partie de la matinée ainsi qu'à des jeux.L'après midi, Très Petite Poulette et Petite Poulette(malade) faisant la sieste, Jeune Poulette a travaillé vite et bien et Jeune Poulet, toujours réticent au travail, a finalement accompli un nombre de tâches en une heure impressionnant avec une motivation rare !
La nuit précédente, j'avais veillé à ce qu'il se couche à l'heure habituelle des petits (19h45) car il a tendance à resquiller si je n'y prends pas garde. Il a donc fait  une grosse nuit. Son travail et son humeur s'en sont tout de suite ressentis.
Les jours se suivent et ne se ressemblent pas : la nuit de lundi à mardi, Je me suis aperçue à 21h00 qu'il ne s'était pas couché. Et bien la journée de mardi a été catastrophique !!!

Il ne faut pas négliger le sommeil des enfants, il est fondamental pour leur construction. Et indispensable pour la bon déroulement de la journée de toute la famille !

mardi 24 janvier 2012

Se démaquiller simplement

Je ne sais pas si vous avez un jour été attentives, mesdames, à la quantité de démaquillants que l'on peut trouver enn rayon que ce soit dans la grande distribution ou dans les enseignes bio... C'est affolant !
Je vous donne ma recette, elle est simple et efficace. En tout cas elle me convient :

étape 1 : de l'eau chaude, pain d'alep (20% de laurier minimum) et un gant.On frotte mais sans récurer quand même !
étape 2 : on essuie en tamponant avec la serviette
étape 3 : on se passe quelques gouttes d'une huile végétale de son choix sur le visage, le contour des yeux et le cou. on laisse pénétrer, on passe une débarbouillette pour le surplus et ...voilà ! Vous êtes démaquillée et vous avez passé votre crème de nuit et votre soin contour des yeux en prime !

Mes huiles végétales bio : nous en avons toute une réserve car elles nous servent aussi à fabriquer tous nos soins traitants pour la bobologie familiale. Sachez que tout ce que vous avez comme huile dans votre cuisine ou presque peut servir pour la peau : noisettes, noix, olives, sésame, avocat, coco.
Sinon j'utilise au gré des envies et des possibilités :
- jojoba (plutôt pour les soins capillaires),
- millepertuis,
- bourrache,
- calendula (indispensable pour les crevasses, les brulûres, les gerçures, les irritations)
- avocat (le meilleur contour des yeux que je connaisse !)
- germe de blé (pour la peau de crocodile des jambes épilées, parfait !)
- noyau d'abricot (anti âge et puis ça sent bon !)
- rose musquée (ma préférée contre la peau du visage qui a tendance à virer au rouge...)
- onagre

Bon évidemment je ne les utilise pas toutes en même temps ! J'essaie de faire un roulement dans les achats au fur et à mesure de manière à ce que nos peaux soient nourries en alternance et bénéficient des vertus de chacune. Et si vraiment, vous êtes arrivées au stade du désencombrement suprême : une bonne huile d'olive peut suffir !

liniment oleo-calcaire

Dans ma série home-made, c'est à dire acheter uniquement les matières premières: le liniment oléo-calcaire

Comment faire un liniment sain et bon marché?
- verser un verre d'eau de chaux (en pharmacie ou chez bébé-au-naturel) dans un flacon, avec précaution. Je mets mes gants de vaisselle pour cette opération.
- ajouter un verre d'huile d'olive première pression à froid si possible bio.
- fermer, secouer bien . Il faudra secouer avant chaque utilisation. Dans ma dernière bouteille j'ai ajouté un d'huile de calendula et de noyaux d'abricots. Le prix de revient est alors un peu plus élevé.
et... et....voilà ! Ben oui, c'est tout ! un soin bio multi-usage pour moins de 4 euros.

A quoi ça sert ?
- nettoyer et protéger les fesses de bébé
- nettoyer le visage en douceur des enfants
- démaquiller le visage de maman
- hydratation légère des mains sèches

Temps de fabrication : 5 minutes

Se laver en morceaux

chez nous se laver en morceaux consiste à :
installer le tapis de bain, remplir (pas complètement) le lavabo d'eau bien chaude et de se laver à l'eau et au pain d'alep (je projette de faire mes savons mais pas encore outillée !) dans l'ordre suivant (il a fallu expliquer aux enfants que l'ordre est important...)
1. figure, cou, nuque et on rince bien, on essuie
2. bras, troncs, on rince bien, on essuie
3. jambes, pieds, on rince bien, on essuie
4. fesses et reste..., on rince bien, on essuie.

On n'a jamais été aussi propre ! Pour ce qui est de la détente qu'offrait la douche, j'ai opté pour ma part pour un peu d'étirements avant la toilette et surtout un brossage à sec de la peau. Je ne me suis jamais aussi bien portée !

dimanche 22 janvier 2012

Entrez en résistance !

Après une longue phase d'analyse, de dépouillement progressif, de lectures nourrissantes, de discussions en couple, avec les enfants, avec des amis,  nous marchons définitivement et assurément vers la sobriété heureuse. Cette simplicité qui remet l'humain au centre de la vie terrestre, qui nous replace dans la longue chaîne de l'humanité, qui nous rapproche de la nature ; celle qui permet le rappochement avec Dieu, celle qui laisse du temps pour la vie spirituelle, pour les échanges, les amitiés loin du flot des images et des bruits, loin de la consommation et l'inutile, de l'agitation et du futile.
Je trouve la maison encore encombrée. Le désencombrement est progressif mais réel.Je n'ai parfois pas assez de temps mais l'obstination...nous y arriverons donc !
Notre résolution pour cette année est donc d'entrer en résistance contre notre système de plus en plus inhumain et destructeur à tous points de vue.
Notre vie matérielle doit être simplifiée et répondre aux besoins essentiels de la famille, pas de superflus inutiles et couteux. Si l'on ne peut gagner plus (et pourquoi ?), on peut en revanche dépenser moins ! 
Ma première résolution de l'année est donc de contourner la grande distribution et les grands groupes chaque fois que cela est possible. Nous venons donc à bout des derniers "jetables" de la maison pour les remplacer par du lavable.Tout économie d'énergie est bonne à prendre. Et nous privilégions les achats chez les producteurs et le fait maison. Nos investissements se tournent donc vers des outils qui le permettent et seront vite rentabilisé. Nous simplifions les menus mais consommons de la nourriture saine et si possible bio.
Tout ce qui peut être réutilisé, recyclé à la maison l'est. Chaque fois que je le peux je remplace "acheter par faire soi-même". Ce qui suppose du temps et de la patience, donc nous avons moins et nous en prenons soin.
Et c'est le bonheur ! Quelle satisfaction à la fin de chaque journée ! Faites vous un petit bilan quotidien et mensuel de la résistance, que du bonheur !

Des exemples :
- du jetable au lavable : couches (et oui finalement je ne les ai pas vendues et j'en suis bien contente !), essuie-tout, serviettes de tables, mouchoirs, débarbouillettes, lingettes (gants de toilette), lavettes en tout genre, chiffons
- faire soi même : vêtements (couture, tricot), pain, lait d'amandes, de noisettes, pâtes à tarte, bonbons pour les enfants, cosmétiques, produits ménagers, meubles, petits bricolages, petits soins pour petits bobos, yaourts, fromages blancs, vinaigre, tous les plats cuisinés
- produire soi même : fruits, légumes, oeufs (ça va venir...ça va venir...)
- contourner le système :  pas d'emprunts, pas de découverts, pas de chéquier, on en donne le moins possible à sa p..... de banque ! Je vais chercher mon lait cru bio à la fontaine de lait, ma farine au moulin, mes fruits et légumes chez le maraicher et ma viande chez le producteur. Je fais recharger mes cartouches d'encre d'imprimantes chez mon marchand de journeaux. J'achète en deuxième ou troisième main à des particuliers,chez Emmaüs et sinon je privilégie des petites PME françaises et éthiquement valables. J'achète mes livres chez ma super libraire (sinon la bibliothèque) ou d'occasion sur des sites, une fois que j'ai revendu mes livres.
- économiser l'eau, l'électricité, l'essence : grouper les trajets ; se laver "en morceaux" la plupart du temps et nous sommes devenus des adeptes car nous sommes frictionnés et plus propres et les enfants trouvent ça très drôle. J'ai moins de bazar dans la salle de bains en plus ! Limiter l'utilisation des appareils électroménager (fini le thermomix pour faire le pain, deux mains suffisent!), ne rien laisser sous tension, optimiser l'utilisation du four quand il est encore chaud...

Il y aurait encore beaucoup à écrire...! C'est un premier pas mais qui fait du bien ! En fait, nous prenons le temps de vivre, de savourer chaque moment, chaque travail, nous redécouvrons l'extérieur,  nos mains et nos neurones (et oui il ne suffit plus d'appuyer sur un bouton !). Nous en sommes pourtant qu'au début du chemin...

samedi 21 janvier 2012

l'expression écrite au cycle3

 Il y a d'abord au fil des années, les activités qui viennent nourrir le travail d'écriture :
Chez les poussins déjà :
- les cahiers de réussites, de voyage, les dessins, les courriers où l'on prend ce que l'enfant exprime sous la dictée
- la lecture d'histoire, de contes, de documentaires
- les exercices de verbalisation en tout genre : livret rouge, vert, photo, livret de sciences, géo, géométrie.Tout le matériel montessori s'y prête en somme ! Mais aussi les discussions en famille, en fratrie, les sorties, les visites. Il faut faire feu de tout bois !!
- avec la découverte de la lecture, il faut mettre l'accent sur les questions orales de compréhension (de ce qui vient d'être lu). L'enfant peut ainsi faire du lien, poser des questions s'il n'a pas compris, restituer, faire des remarques etc...

puis vient chez le poulet :
- la découverte de la littérature avec son travail de compréhension, de vocabulaire, d'observation de la syntaxe et de l'expression. Ceci se fait essentiellement à l'oral : comment l'auteur arrive à rendre un texte drôle ? vivant ? qui parle? qui le héros? comment sais tu que c'est un conte ? etc...Il faut varier les natures d'écrits, les périodes, les auteurs.
Tout ce travail peut aussi se faire en histoire, géo, sciences, art ...
- le  travail d'analyse d'un texte : faire ressortir les idées essentielles en vue d'un résumé par exemple.Ce type d'exercice se fait très facilement dans toutes les matières d'éveil.
- le travail de vocabulaire : fabriquer des mots avec suffixes, préfixes, chercher des synonymes, des antonymes, des homonymes. Faire des fiches de vocabulaire : tout ce qui peut exprimer la peur, les sons, le goût, l'été. Une banque dans laquelle l'enfant pourra puiser, compléter au gré des lectures.
- le travail de niveau de langues : soutenu, familier
- se constituer un cahier de lecture qui lui donne envie de lire et d'écrire aussi. Relever les passages préférés, les belles phrases etc...
-apprendre des poésies, du théâtre. Déclamer des textes
- les jeux : mots croisés, inventer des poésies, des rébus, des anagrammes, des slogans publicitaires.Les jeux de société sont aussi de bons alliés.

Il faut en effet entretenir et encourager un goût du texte, du mot et du beau.

puis ou en même temps, l'enfant se voit proposer des exercices d'écriture
- inventer la suite d'un texte
-inventer plusieurs suites d'un même texte
- mettre des bulles à des dessins
- faire un roman photos
- rédiger des recettes, notices, résumé, description de tableau
- observer des textes, remettre les passages dans l'ordre et trouver ce qui indique l'ordre.
alors on peut expliquer à l'enfant comment faire un plan avant d'écrire : il faut un  début, un milieu et une fin.
On lui demande de prévoir des plans avant de se lancer dans l'écriture. Un peu plus tard, quand il est prêt on affine la notion de plan qui devient un plan détaillé.

A ce stade, que fait l'éducateur-observateur que je suis ?

étape 1 : il donne un sujet parfois associé à des contraintes (longueur, temps, personnages, style ...) puis il demande à l'enfant de commencer par écrire toutes ses idées, puis de les organiser en plan. Je pose beaucoup de questions mais n'apporte que rarement des réponses. Par exemple : penses tu que ton plan est cohérent ? t'es tu assurée que le lecteur peut bien te comprendre?

étape 2 : l'enfant retravaille son brouillon : les fautes d'orthographe ont été soulignées, il va lui falloir proposer une autre orthographe, chercher dans le dictionnaire, dans la grammaire...Je recorrige cette fois ci définitivement sinon l'enfant s'épuiserait. C'est aussi à ce moment que je souligne des problèmes d'incohérences, d'incompréhension, de syntaxe en essayant toujours de respecter mon jeune auteur, donc je ne corrige pas. Cela donne des réflexions du genre :
 ici, ton lecteur ne voit pas qui tu es, trouve une solution pour qu'il comprenne mieux ce que tu voulais dire. Tu as changé les verbes de temps, c'est voulu?
Ton paragraphe est très court, ne voudrais tu pas essayer de décrire davantage le paysage? Pioche dans tes souvenirs, tes lectures, tes fiches de vocabulaire. Emmène ton lecteur avec toi.
C'est une étape très importante qui dure plusieurs scéances

étape 3 : saisie du texte, travail de la mise en page. Je profite de cette étape pour faire travailler l'informatique. J'essaie donc d'introduire un nouvel enjeu informatique à chaque nouvelle rédaction. Il arrive aussi que j'associe l'écriture avec l'art (illuster, écrire une musique...)

étape 4 : présenter son texte si on le désire.

J'espère que ce billet aura pu en aider certains. Comme toujours vos réflexions et vos questions sont les bienvenues !

la petite question philo...

Qu'est ce que c'est que grandir ? Quand est ce que je suis grand ? Comment je sais que je suis grand ? Est ce que je veux grandir ?

Voilà la philo de la semaine qui a été riche en réflexion et discussions entre "les grands poulets " et les "petits poussins" du poulailler...!

Et vous qu'en dites vous ?

lundi 16 janvier 2012

La vertu du mois de Janvier

LA PERSEVERANCE

Lors de notre séance hebdomadaire, nous avons réfléchis avec Jeune Poulette et Jeune Poulet au sens que l'on peut donner à la persévérance. Après discussion, nous en sommes arrivés à ceci : aller au bout de ce que l'on entreprend sans relâche. Plusieurs ingrédients sont nécessaires pour persévérer, c'est ce que nous avons mis en évidence : le courage, l'enthousiasme, le travail, la patience et surtout à l'origine un projet ou un rêve. Il a fallu donc décider d'un petit projet à réaliser dans le mois : un tableau pourJeune Poulette et une maquette d'avion pour Jeune Poulet.
Attention toutefois de ne pas confondre persévérance et entêtement !

Les vertus ne s'annulent pas d'un mois sur l'autre, elles s'ajoutent !
octobre : le contrôle de soi
novembre : l'application
décembre : la sobriété

lundi 9 janvier 2012

Contrôle

Nous l'attendions pour 10h00. Il nous avait averti par téléphone 15 jours avant et confirmé par un courrier. Nous avions inscrit sa visite sur la frise. Il était à l'heure et bizarrement, j'étais relativement détendue, me répétant que c'était essentiel pour ne pas communiquer de stress à Jeune Poulette et Jeune Poulet.
Dans l'encadrement de la porte un bon sourire, un regard franc, un manteau gris et un attaché-case.
Nous l'avons invité dans la classe, il a laissé Jeune Poulet " tranquille pour cette année car il n'a pas encore 6 ans". Il a laissé travailler Jeune Poulette sur son fichier de maths, l'a laissée me poser des questions, attentif aux réponses que je lui apportais. Il a regardé les différents supports sur lesquels on travaille, m' a demandé comment je structurais le travail de Jeune Poulette. Je lui ai présenté mes programmations, notre façon de procéder tout en expliquant que les délais n'étaient pas toujours respectés. Il m'a rappelé que je n'étais pas obligée de suivre les programmes de l'EN.
Il a proposé à Jeune Poulette de faire une dictée-comprenez deux phrases d'une dictée qu'elle avait faite-lui a demandé de citer les 5 continents, des océans, les différentes périodes historiques, m'a demandé comment l'art était abordé. Et puis voilà ! Il nous a félicité, nous a dit que son rôle était de constater qu'il y avait bien instruction, qu'il avait trouvé une instruction très structurée, cadrée et que Jeune Poulette avait un bon niveau.
Comme quoi, il est possible qu'un contrôle se passe bien ! Il faut aussi parfois savoir s'en donner les moyens et faire quelques concessions mais cela vaut vraiment le coup !

dimanche 8 janvier 2012

apprendre par coeur

Ce billet fait écho à cette question que beaucoup de mamans m'ont souvent posée : "tu lui fais apprendre par coeur ?".Voici donc ma réponse, mes éléments de réflexion :

1) Tout apprentissage doit d'abord faire sens pour l'enfant. Apprendre par coeur n'est pas une fin en soit si ce n'est de faire travailler la mémoire. Auquel cas, de nombreux jeux existent et suffisent. Il est donc, à mon avis, primordial que l'éducateur s'attache surtout soit à partir des demandes de l'enfant, soit, lorsque cela est nécessaire, à bien expliquer à l'enfant pourquoi il est important pour lui de mémoriser telle date, leçon, règle, conjugaison, table etc...car l'apprentissage ne peut aller sans motivation.

2) Cela demande donc à l'éducateur, une profonde réflexion sur ce qu'il veut pour l'enfant, sur ce qui lui est nécessaire et donc se libérer du formatage scolaire dont il a fait l'objet pendant de nombreuses années. Je donne un exemple pour que vous compreniez. Voici une discussion que j'ai eue il n'y a pas longtemps:
Une maman me dit :
- mon fils ne veut pas apprendre sa leçon d'histoire. Il est d'accord pour analyser un texte, un document, il sait répondre aux questions, raconter ce qu'il a lu (donc restituer la leçon), là il n'y a pas de problème
- alors, où est le problème ?
- c'est quand il s'agit d'apprendre le résumé de la leçon par coeur, il refuse
- pourquoi lui faire apprendre par coeur le résumé d'une leçon qu'il connait ?
- il faut bien qu'il apprenne par coeur !
- pourquoi et  pour   quoi ?
Selon moi, c'est un apprentissage inutile et même bloquant pour l'enfant. Il sait sa leçon puisqu' il est capable de faire le lien entre des observations, il sait répondre à des questions et restituer. Apprendre par coeur n'a aucun sens pour lui ! Il refuse, c'est normal !
Doit on forcer à apprendre par coeur parce que ça se fait ou parce que le cpc le demande ?!

3) mais il y a bien des choses qu'il faut mémoriser me direz vous ! En effet ! Mais jamais sans avoir expliquer d'une part tout le sens de ce qui doit être mémoriser et d'autre part la nécessité de la mémoriser.

4) et la poésie me direz vous ? Ici, on apprend de la poésie parce que très tôt, je m'attache à donner aux enfants le goût des textes déclamés. MAIS : je n'ai jamais imposé un texte à apprendre ; ce sont les enfants qui choisissent le texte qu'ils souhaitent. Ce qui soit dit en passant, les obligent à lire bien des poésies pour pouvoir choisir. Mon rôle se borne à vérifier qu'ils ont compris le sens du texte qu'ils ont choisi, à tempérer quand ils choisissent trop souvent le même auteur ou le même style poétique, à leur apprendre à mettre le ton. Puis en fin de primaire viennent quelques leçons de versification. Enfin, pour leur plaisir, ils écrivent aussi des poèmes (nous voici dans l'expression écrite), qu'ils apprennent.Nous alternons aussi avec du théâtre.
Voici donc une tout autre façon d'envisager la mémorisation !

5) et les règles de grammaire, alors ? Les règles de grammaire et d'orthographe sont expliquées, parfois accompagnées de moyens mémotechniques pour les retenir. Puis viennent les exercices d'application variés, les dictées, les rédactions. Lorsqu'il n'y a plus de fautes sur la notion vue, c'est qu'elle est acquise sinon il faut la retravailler avec des exercices. J'ai vu bien des enfants connaitre des règles par coeur, mais, ne faisant pas sens pour eux, ils ne savaient pas les appliquer. Elles n'étaient pas intériorisées.

6) dans le cas de l'orthographe et de la grammaire, il faut savoir qu'avant 14-15 ans un enfant est encore immature dans ce domaine, c'est très long à acquérir. Donc pas de pression.
Devant un refus d'apprendre une conjugaison par exemple, je démontre à l'enfant lors d'un travail d'écriture qu'il ne peut pas se faire réellement comprendre de son lecteur si la conjugaison ou l'orthographe (et même la ponctuation) n'est pas respectée. Avec un ou deux exemples parlants, il réalise très vite que c'est d'abord dans son intérêt. J'ajoute toujours qu'apprendre une conjugaison pour elle même n'a aucun intérêt. C'est uniquement pour comprendre ce que l'on lit et pour se faire comprendre des autres.
Comme pour le reste, l'ancrage de l'apprentissage se fait dans le concret .

Conclusion : mes enfants apprennent très peu par coeur, souvent ils mémorisent sans s'en rendre compte, et pourtant ils savent !

2012



Le poulailler vous souhaite
 une sainte et heureuse année !



Le 31 décembre, nous avons ouvert la boite 2011, nous avons déroulé les bandes de chaque mois, nous les avons mis dans l'ordre en nous remémorant les événements inscrits

puis nous avons compté les mois de l'année en marchant dessus : 12 mois. Nous avons fait aussi le tour de l'ellipse en nous rappelant les saisons, le temps que met la Terre pour faire le tour du Soleil, le nom du premier et du dernier mois de l'année.


Toute l'année 2011 a enfin été rangée dans sa boite,nous avons installé la boite 2012 et les nouvelles frises (annuelle et mensuelle). Nous voilà repartis pour un tour !