L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

mardi 10 mai 2016

Le trépied



Tabouret en bois 3 pieds 33cm x 22cm

Comme un tabouret stabilisé avec trois pieds, je m'appuie sur un trépied efficace pour permettre aux enfants de mémoriser chaque notion.
1. la narration orale
2. l'écrit
3. le dessin


La narration orale : une fois la leçon dite ou lue, je demande aux enfants de me dire ce qu'ils ont retenu. Demander simplement à un enfant s'il a compris est inutile et insuffisant. Ce n'est pas parce que l'enfant vous répond oui -souvent de bonne foi- que ce sera réellement le cas.
Suivant les domaines, je peux proposer à l'enfant de se rendre au tableau pour expliquer avec un schéma ou bien lui demander de partir d'un exemple si cela lui est plus facile ou encore lui demander "quel chemin il prendra dans sa tête pour résoudre". Cette première étape permet d'identifier s'il reste des petits recoins sombres, incompris, flous... Les enfants n'étant pas des clones, dans le cas où plusieurs enfants assisteraient à la même leçon, il faut demander une narration orale à chacun. Ce n'est pas parce que Zébulon a compris et bien expliqué que ce sera la même chose pour Gudule.

L'écrit : partant du principe que je peux avoir des enfants à mémoire auditive, d'autres à mémoire visuelle, et d'autres enfin aux deux...je fais suivre la narration orale d'une trace écrite. Elle installe encore un peu plus la notion. Par ailleurs, si l'enfant a un trou de mémoire dans les semaines qui suivent, il peut retrouver seul la réponse à sa question. Il est donc important de bien réfléchir aux supports écrits que l'on fait utiliser à l'enfant- il faut qu'il soit simple et facile d'utilisation pour lui- mais aussi à la qualité de la trace écrite.
Suivant les domaines, cela peut être très rédigé (un résumé par exemple) ou très peu (un schéma de synthèse)

Le dessin : peut-être que je me trompe mais je suis persuadée depuis très longtemps de l'intérêt du dessin dans la mémorisation. Pendant que l'enfant dessine, il pense à la leçon qui vient d'être faite, il prend le temps de se remémorer tout ce qui a été dit. Lui demander de dessiner ce qu'il a retenu de la leçon l'oblige à faire un tri dans les informations reçues ou au contraire l'amène à faire figurer le plus de détails possible. Il intériorise et s'approprie la leçon qui restera durablement en mémoire. On mémorise toujours mieux les leçons bien écrites, bien présentées, bien illustrées.
Pendant que l'enfant illustre sa leçon, des questionnements peuvent surgir et il approfondira alors la leçon.

Mais un tabouret tient aussi très bien avec 4 pieds !
Afficher l'image d'origine
Quel serait ce 4ème pied de la mémorisation ?
La répétition !
En effet, il est important pour que les notions restent en mémoire et totalement intégrées de les répéter souvent, d'y revenir. Comment ? En posant une question au détour d'une lecture, d'un exercice, en croisant les documentations, en multipliant les living books et les lectures offertes sur un même sujet, en consacrant des séances à la révision des notions déjà vues, en laissant l'enfant feuilleter ses jolis cahiers illustrés et en lui posant des questions "tu te rappelles...?" 
Article collecté pour les "Tutoriels" du Collectif l'Ecole est la Maison

10 commentaires:

Brigitte Fromion a dit…

Bonjour Laurence
Cela vaut il pour toutes les disciplines?
Amicalement

Laurence Fournier a dit…

oui Brigitte, tous les domaines ou presque peuvent se prêter à cette façon de faire.

Véronique a dit…

Je suis convaincue mais souvent je zappe la 3 ème étape car Hugues n'aime pas trop dessiner....quoique il s'améliore. J'applique cela même à minima pour l'histoire, la géo, les sciences, mais pour les autres matières?

Anonyme a dit…

Même procédure chez nous! :)

Brune

Au petit bonheur a dit…

Merci pour le rappel du trépied, et je dirais même que tu utilises la théorie des intelligences multiples. Dans ta démarche il y a bien plus que les 4 biais que tu cites, d'où une très vraisemblable réussite dans ta transmission !
Tu le présentes de manière si limpide que cela semble évident !

les2Koalas a dit…

Je trouve l'idée du dessin très interessante mais j'ai du mal à conceptualiser ce que ça peut donner notamment en grammaire par ex?

Laurence Fournier a dit…

Bien entendu, il y a des matières où c'est plus évident que pour d'autres.
En grammaire, nous privilégions des petits croquis dans le cahier-outil, par exemple une tête de bonhomme (mais avec les cheveux, les oreilles etc...) de laquelle va partir une bulle "comment trouver l'infinitif du verbe?" avant de schématiser la réponse.On peut aussi dessiner un objet pour le singulier et plusieurs fois le même pour le pluriel etc...
Parfois le schéma remplace le dessin proprement dit.
D'autres matières s'y prêtent bien mais on n'y pense pas toujours : illustrer le texte de dictée, terminer l'écriture par une frise qui reprend la forme de la lettre etc...

les2Koalas a dit…

Merci pour le complément!! Je garde précieusement l'idée pour dans quelques mois!

Martine42 a dit…

Bonsoir,

J'adore votre concept du trépied (voire même du tabouret à 4 pieds) !

Je pense qu'il me sera bien utile .

Merci pour ce partage , merci aussi pour avoir une rubrique "couture" ce qui est rare dans les blogs IEF mais qui revient au goût du jour.

Bien cdlmt !
Martine42

Monique a dit…

C'est intéressant, on procède de la même manière dans le cadre d'une leçon en pédagogie Steiner : relation de la leçon par l'enfant, synthèse écrite, illustration de la leçon, et révision le lendemain et surlendemain !
Cela fonctionne très bien.