L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

lundi 26 octobre 2015

La narration orale



« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Et les mots pour le dire en viennent aisément. » (N. Boileau)
Dans cette citation tout est dit : si j’ai compris, je suis capable de restituer et d’expliquer facilement.
C’est aussi ce que défendait comme précepte Charlotte Mason dont la pédagogie tend à se développer en France de plus en plus. Sa pédagogie s’appuie notamment sur la littérature et la narration orale. Ainsi l’enfant lit puis raconte ce qu’il vient de lire. Il ne s’agit pas ici, de vous faire une formation accélérée de la pédagogie de Charlotte Mason mais bien de voir comment utiliser la narration orale au quotidien.
Afficher l'image d'origine
photo ici
L’expression orale permet en effet d’organiser sa pensée, de mémoriser, de synthétiser et en cela prépare à l’expression écrite mais aussi à exposer un point de vue en public (et le défendre!). De plus, c’est beaucoup de temps de gagné surtout lorsque nous avons plusieurs niveaux à gérer : une leçon est lue par l’enfant, puis restituée oralement et correctement ; nous pouvons alors la considérer comme sue et passer à son application. Car la narration orale ne concerne pas uniquement la littérature mais bien tous les domaines d’apprentissage.

Comment s’y prendre ?
Dans le domaine de la littérature, nous pouvons pour tous les âges, distinguer les lectures offertes, des lectures personnelles. Mais dans les deux cas nous pourrons demander une narration.
Dans les autres domaines, nous pouvons faire une leçon à l’enfant ou bien lui demander de lire la leçon lui-même dans le manuel (tout dépend de la leçon et de l’âge de l’enfant) puis nous lui demanderons de refaire la leçon à l’oral, au tableau, debout si possible,  à vous-même, aux autres membres de la famille ou à des élèves imaginaires.
La narration orale peut cependant prendre des tournures plus ou moins variées en fonction de l’âge et de la matière étudiée. Nous pourrons nous éloigner de la simple restitution du texte. Ainsi nous pouvons demander à l’enfant :


Dans le domaine de la littérature :
  • Peux-tu me raconter ce que je viens de lire (ou ce que tu viens de lire) en respectant l’ordre chronologique et sans oublier aucun détail ?
  • Peux-tu me raconter ce que je viens de lire en respectant l’ordre de l’histoire sans donner trop de détails ?
  • Peux-tu me parler de tel personnage ? Que penses-tu de son attitude ? Que sais-tu de son caractère ? Comment ? Pourquoi ?
  • Raconte-moi le début de la lecture. La fin.
  • Que penses-tu qu’il va se passer par la suite ? Pour quelles raisons ? A quoi le sais-tu ?
  • Qu’aurais tu imaginer comme fin ? Comme cadre ?
  • Décris-moi le lieu principal ? le héros ?

Dans le domaine de l’histoire-géo
  • Peux-tu raconter la bataille de Marathon ?
  • Quand et comment a débuté la Première Guerre Mondiale ?
  • Parle-moi de la répartition de la population mondiale aujourd'hui ?
  • Parle-nous de Christophe Colomb.
  • Que sais-tu de la religion des Égyptiens dans l’Antiquité ?
  • Que sais-tu des conquêtes d’Alexandre le Grand ?
  • Peux-tu expliquer ce qu’est un climat tempéré (et où le trouve-t-on, pourquoi ?)
Dans le domaine du français
  • Explique comment conjuguer un verbe du premier groupe au passé composé.
  • Qu’est-ce qu’un adjectif qualificatif ?
  • Peux-tu expliquer ce que sont les propositions ?
Dans le domaine des mathématiques
  • Comment as-tu résolu ce problème ? Pourquoi ?
  • Comment reconnaître un triangle rectangle ?
  • Comment vas-tu t’y prendre pour tracer la figure géométrique demandée ?
  • Parle-moi du théorème de Thalès.
  • Que sais-tu sur les fractions décimales ?
Nous pourrions ainsi continuer longtemps ! Le principe est de valider la compréhension en faisant parler l’enfant. Cela n'a l'air de rien mais cette donnée est FONDAMENTALE. Ensuite et ensuite seulement, nous pouvons passer à la trace écrite et à des exercices s’il y a lieu voire même à une narration écrite (par exemple rédiger un résumé de la leçon) pour les plus grands. Lors de sa narration, l’enfant peut bien sûr utiliser un exemple pour illustrer ses propos. Charlotte Mason recommande d’attendre 6 ans avant de demander des narrations orales. Pour ma part, si enfant plus jeune demande à prendre la parole, je le laisse faire mais je ne l’exige pas.


Pour aller plus loin :
L’importance de la verbalisation : les recherches et les livres d’Elisabeth Nuyts

http://une-annee-avec-charlotte.com/

Article collecté pour les "tutoriels"

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir,

Merci pour cet article! Je faisais de la narration orale uniquement pour la lecture, et cet article me montre mieux comment faire pour les autres matières. J'avais demandé une fois à ma fille de m'expliquer sa leçon de français, et elle avait adoré !

C'est toujours un plaisir de vous lire!!

Safiya.

Pauline a dit…

Merci pour cet article, dans votre écriture je ressens la possibilité qu'à l'enfant de s'exprimer, qu'il a la parole et qu'il est écouté. Le trouve la narration, la mise en récit super, un raconte moi qui permet de voir ce qu'à compris l'enfant, compréhension, mémoire, appropriation du sujet :! En voilà une belle expérience de savoir et d'être ensemble :-D merci.

échappés du bocal a dit…

merci beaucoup c'est très intéressant .