L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

jeudi 8 octobre 2015

Comment tout a commencé ?

"Allez, dépêchez-vous ! C'est l'heure !" ...Réfléchissez : combien de fois prononcez-vous cette phrase? Combien de fois par jour vos enfants vous entendent-ils prononcer ces mots à leur intention?
C'est comme ça que tout a commencé...
Un matin, j'ai prononcé le "dépêchez-vous" de trop...celui qui résonne sans fin pendant que nous faisons le trajet. 20 minutes à pieds, 2 écoles à desservir, soldées par un "au revoir maman, à ce soir" tristounet même si je veille à toujours  leur dire "amuse-toi bien".
C'était Eloi, 6 ans, qui avait fait sa rentrée au CP quelques mois auparavant...sans moi...je faisais, moi aussi, ma rentrée dans ma classe de moyenne section...La baby-sitter s'était chargée de le déposer dans sa nouvelle grande école où pour la première fois, en plus de découvrir une nouvelle classe, une nouvelle maîtresse, un nouvel établissement, une nouvelle cour de récré, de nouveaux enfants, il lui avait fallu découvrir la cantine et l'étude du soir. Le tout dans la même journée car maman travaillait...elle était maîtresse...il fallait qu'elle accueille ses nouveaux petits élèves...les enfants des autres...Mais depuis quelques jours, plus de baby-sitter, maman est en congé maternité, elle accouchera bientôt.

" Dépêchez-vous !"
Eloi s'ennuie au CP. Il sait déjà lire, écrire, compter. Les enfants lui parlent peu ou pour se moquer. Il n'aime ni le foot ni les jeux vidéos. Il aime la littérature, la forêt, les chevaliers, les pirates, l'imaginaire, jouer avec ses playmobils. Il est loin des préoccupations des enfants de son âge dans la cour de récréation.

"Dépêchez-vous !"
Maman aussi se dépêche ! Se dépêche de se lever, se dépêche de ranger, de partir, de rentrer, de faire les courses, pas le temps...! Pas le temps pour les enfants le mercredi ni le soir...il faut faire les "fiches de prép" pour la classe..."mes enfants? Je les adore ! Mais pas plus de 2 heures par jour !"

Et puis il y a eu le "dépêchez-vous" de trop...A quoi bon? Quelles relations familiales voulons-nous ? Où est passée l'enfance ?
Dépêche toi d'aller t'ennuyer à l'école-mais si tu verras, c'est chouette- pour que maman puisse travailler ; gagner les 200€ qui lui restent quand elle aura régler la baby-sitter du matin, la garderie du soir pour les plus petites, l'étude du soir pour le grand, les cantines, les surgelés et autres plats préparés (ben, oui, quand cuisiner ?) ...

"Dépêchez-vous !"
Le fichier de mathématiques était bien rempli, les notes étaient excellentes. Je me suis aperçue en milieu d'année qu'il était incapable de m'expliquer ce que signifiait additionner ou soustraire. Il savait exécuter la tâche, appliquer le modèle...on avait fait de mon fils un bon technicien...mais il était incapable de donner du sens à ce qu'il apprenait!

"Dépêchez-vous!" 
...Non....!!! Ce n'était plus possible...!! Avant les enfants des autres, je devais m'occuper des miens. J'étais une bonne nounou...je voulais être pleinement mère.

En cherchant bien, nous avons tous de très bonnes raisons de vouloir nous lancer un jour dans l'instruction de nos enfants.
Pour nous, c'était :
- l'ennui et les difficultés relationnelles de notre aîné
- le niveau scolaire des 2 aînés, en avance, ils allaient s'ennuyer ferme
- l'impression de leur voler leur enfance
- le besoin de passer plus de temps ensemble pour mieux se connaitre et s'apprécier, être une famille.
Pour d'autres ce sera :
- la vie à l'étranger
- le handicap
- la phobie scolaire
- les difficultés d'apprentissage
Enfin, l'enfant peut se sentir bien à l'école mais on peut trouver qu'il n'y apprend pas grand chose ou d'une manière qui ne convient pas.
Dans tous les cas, c'est l'envie de proposer autre chose, de faire autrement qui nous unit.




15 commentaires:

floremo a dit…

oh comme j'ai l'impression de nous entendre avec mon mari face à nos 5 enfants
chez nous des enfants en avance voire EIP , un enfant différent (dyspraxique avec des troubles de l'apprentissage, on a bientôt la confirmation )un enfant qui ne voit pas le sens des choses, qui me semble manquer de curiosité pour les apprentissages
j'essaye actuellement de pallier par mes diverses proposition maison un peu masonnienne
je m'interroge de plus en plus, vraiment quand je vois les difficultés de notre zébre face à une instit qui fait ce qu'elle peut mais qui n'adapte pas
mon cher mari est contre l'IEF....................

cindy a dit…

oh les dépêchez vous , combien nous avons eu . Dès le levé 7h30 jusqu'au départ 8h30 , je ne passais pas une minute sans le dire, puis trajet, retour à la maison, et 11h30 vite il fallait aller les enfants à l'école, attendre sous la pluie que la maitresse les fasse sortir etc....

Aujourd'hui, je demande encore de presser le pas, le matin car sinon le petit dej pourrai durer 2h ( c'est le cas parfois en été) mais si nous commençons à 9h10 au lieu de 9h, personne ne sera dérangé .

Ce midi le meilleur moment, durant le repas, discussion entre les deux grands,sur Ramsès 2, livre lu la veille . Ça avant , cela n'arrivait jamais , d'abord il n'est pas au programme de primaire mdr

Anonyme a dit…

Comme vous avez raison !
Il est vrai qu'on dit souvent aux enfants de se dépêcher.
Il faut se dépêcher pour être à l'heure à l'école, pour être à l'heure au travail. Je crois que c'est pour cela que les vacances sont tant appréciées : nous n'avons plus besoin de nous presser.
Je suis enseignante et parfois un peu frustrée de ne pas pouvoir accompagner mes enfants lors de la rentrée ou du voyage scolaire.
J'avais la chance d'être à temps partiel mais c'est fini. J'ai beaucoup apprécié cette période où j'avais le sentiment de gagner plus qu'une journée.
Mes enfants se plaisent à l'école (ouf !) et j'adore mon métier. Nous n'envisageons pas l'IEF car nous ne pourrions pas financièrement mais je trouve que c'est chouette et cela nous plairait certainement.
Mon fils aime être dehors. Il ne connaît pas les dessins animés à la mode et nous n'avons pas de jeux vidéos. J'avoue avoir un peu peur qu'il subisse des moqueries plus tard mais je n'ai aucune envie de mettre mes enfants devant la télé ou les jeux vidéos. Ils ont beaucoup d'imagination, adorent les livres, passent des heures dehors et j'espère que cela durera encore fort longtemps.
Profitez bien de votre famille et de votre mode de vie.

Anonyme a dit…

Ici pas d ief mais je ne travaille pas, mon fils aîné est en maternelle dans une toute petite ecole alors je ne vis pas cette pression. Mais je pense surtout parce que je ne nous met aucune pression. Le plus important pour moi est de respecter son besoin de repos, d'évasion.. Possible bien sur parce que je n'ai aucune obligation!
Justine

Anonyme a dit…

Très chouette de lire tes débuts Laurence :) Et je pense que tu ne dois pas regretter ce changement !!!

Brune

Marie-Hélène a dit…

Comme je te comprends et comme je me reconnais dans un bon nombre de choses que tu racontes!
Pourtant, j'adore mon métier et je trouve ça bien q'une femme travaille et ait sa vie en dehors du foyer. Mais je trouve que nos enfants ont droit à avoir une vie de qualité avec leurs parents. Et malheureusement, c'est difficile dans la société actuelle de pouvoir donner à nos enfants l'environnement dont ils ont vraiment besoin en terme de présence affective et attentive quand la maman travaille.
Je sens nettement la différence entre cette année et l'an dernier.

Emilie Oum Kalthoum a dit…

Ça me parle tellement !
Comme j'aimerais pratiquer l'IEF !
Mais : je ne suis pas du tout organisée, nous vivons à l'étranger et je suis incapable de leur fournir les bases dans les 2 langues, et mon mari est contre l'IEF...

Unknown a dit…

Bonjour,

pour nous ce déclic c'était d'entendre une fois de trop ( comme vous le dites): "...on n'a même pas le temps de jouer ..."

cordiales salutations
patricia

Lysalys a dit…

Ah ce dépêchez-vous ! Pas nécessairement notre raison première de déscolariser, mais souvent compris dans le "packaging-raisons" de le faire.Soulagement lorsque c'est fini. :) Il fait froid ? Pas besoin de se dépêcher à demi-réveillé et d'enfiler des vêtements glacés pour mieux se dépêcher. :) Pas besoin d'avaler à toute vitesse et tant pis si le ventre est noué. L'enfant peut prendre le temps de grandir, le temps d'avoir des relations moins pressées avec ses parents.

petitshomeschoolers.com a dit…

Comme cela me parle Laurence! Tu le dis très bien! C'est pourtant tellement à contre-courant!

Alphonsine a dit…

J'ai fait ce choix durant 6 années. J'en avais toujours eu l'envie, et le refus de l'école d'accueillir notre enfant dysphasique en CP a fait basculer notre vie : les deux derniers à la maison, suivis, l'année suivante par les quatre autres, l'aînée étant en Terminale !

Mes enfants sont du matin, ce n'est pas le dépêche-toi de trop qui a fait changer la donne. Ce n'était pas facile, et pour la mère, il faut une organisation béton pour mener de front toute la maison, et les cours à dispenser. Ces 6 années ont été belles, je n'en regrette aucune, mais je suis tellement heureuse d'avoir pu, il y a deux ans, passer à autre chose. J'ai repris des études... ça me colle à la peau, l'école !!!

Bon vent, profitez bien, et surtout, faites semblant d'être d'accord avec les inspecteurs. Inutile de les braquer, ils aiment donner leur avis et des conseils, écoutez-les avec respect. Je l'ai fait, je n'ai pas toujours été d'accord avec eux, mais au final j'ai apprécié de ne pas me prendre la tête avec eux, et ils m'ont laissée tranquille.

Madame Maman a dit…

Bravo! J'aime beaucoup cet article, où je me reconnaît pleinement! Mes enfants n'ont pas connu l'école, mais même sans cela il m'arrive encore trop souvent de prononcer "dépêchez vous!" ... Et pourtant j'essaye de vivre plus "zennement"! Es ce la société qui nous rend comme Ca? :/
J'ai tout de même la sensation de préserver leur enfance en pratiquant l'IEF <3

Aurélie de la couarre a dit…

On se reconnaîtra toutes. On a beau être bien organisée et zen, c'est vrai qu'on ne peut échapper au 'depeche toi ! ' pour moi. J'en pestais dès le matin devant ma fille de 4 ans, lui expliquant que si on devait se lever si tôt et avoir ce rythme, c'est à cause de 'grands chefs ', tout là haut à paris qui décident pour nous. J'en rage encore. 27h de 'cours ' par semaine en moyenne section. Beaucoup trop. Ils gèrent la vie de nos enfants et nous on subit. Une réfléxion doit être faite effectivement. Ma fille adore l'école à cause des copains copines. Impossible de la retirer pour moi. Les gens, c'est son trésor, un trésor. C'est de là, à partir de là qu'on apprend le mieux. Et ça reste un sacré boulot d'être maîtresse et d'organiser toutes ces activités, utiles et productives ou non. Je peinerai à en créer autant, toute femme au foyer passionnée par l'éducation de mon enfant que je suis. Bonheur à vos enfants partout dans le monde. N'oubliez pas d'être zen. Bon courage.

Gwen a dit…

merci pour ce très bel article; il reflète parfaitement ma principale motivation (à côté de beaucoup d'autres) pour l'IEF à la place de la scolarisation de mon aîné l'an prochain.
En même temps, c'est une lourde responsabilité : au lieu de laisser à l' "extérieur" le soin de remplir nos journées et celles de nos enfants, nous prenons la responsabilité de ce qu'elles soient belles et riches, sans pouvoir nous cacher derrière "pas le temps"

Anonyme a dit…

Quelle belle aventure vous avez la chance de vivre!
Certainement parce que vous avez les moyens financiers et intellectuels de pouvoir rester à la maison...
Je suis enseignante en maternelle depuis quelques années déjà, je n'ai pas l'impression d'ennuyer mes élèves parce que j'ai la chance de pouvoir faire diverses activités et d'accompagner les enfants dans leurs apprentissages...par contre je constate et ce quels que soient les lieux où j'ai enseigné,que les parents ont beaucoup à dire sur l'école,sur les enseignants, ils se reposent sur nous pour aussi éduquer leurs enfants...alors qu'eux même n'en sont pas capables et même avec des petits...pourquoi ? la faute à la société? au système qui veut faire entrer les familles à l'école? au nouveaux rythmes scolaires?
En tout cas je n'ai pas le sentiment de léser mes propres enfants( 10 ans, 15 ans et 17 ans)je suis présente et mon mari aussi, nous avons fait des choix professionnels moins rentables, nos enfants sont épanouis ( sport, musique, culture) mais parfois leurs goûts nous échappent et ça ce n'est pas la société mais plutôt l'adolescence et ses soubresauts!!!