P.O.S.I.T.I.F.

L’image contient peut-être : texte

Une résolution pour 2018 : l'appliquer ! J'ai commencé en 2017, mais il va falloir persévérer et progresser maintenant...Je vais donc l'imprimer et la coller à ma charte de parent-instructeur pour l'avoir sous les yeux tous les jours...Je propose à ceux et celles qui le souhaitent de s'y mettre aussi et de nous encourager mutuellement...dans quelques semaines, quelques mois, des petits bilans ?

Deuxième résolution que je propose à ceux et celles qui seraient contaminés (personnellement je n'ai jamais franchi ce cap, mouaaaah): arrêtez de dire "bon courage" à la caissière, à l'employé de la poste, à l'enseignant de votre enfant!! Je ne supporte plus cette expression à la caisse du supermarché! Dites "bonne journée"! C'est tellement plus valorisant et enthousiasmant! Pire encore : les parents qui prennent une mine déconfite en disant "bon courage" à leur enfant devant la grille de l'école...grrrr...non!! "amuse toi bien" "passe une bonne journée", "profite bien de ta journée" "à ce soir, en forme, hein?!" ...faites preuve d'imagination et inventez de belles tournures de phrase ! Que mettons nous dans la tête de nos enfants dès leur plus jeune âge avec ce triste "bon courage"...?! Quel rapport au travail nous leur transmettons? Éducateurs de tout poil, changez de lunettes, mettez des lunettes roses à paillettes!

2018 sera assurément P.O.S.I.T.I.V.E.

Et vous que proposez-vous comme résolution positive?

Lunettes, Oeil, Lentille, Cadre

Commentaires

les2Koalas a dit…
Hum c'est vrai que j'use du bon courage à la caisse, mais pour les enfants à l'école ca fait longtemps que je leur souhaite "de bien s'amuser" "d'apprendre quelque chose de nouveau" ou tout simplement de passer une bonne journée!

Allez je change de lunettes pour la caissière!
et bien voilà une caissière heureuse !
https://chouetteyaplusecole.wordpress.com/ a dit…
effectivement le bon courage , argggg , peut-être parce que j'ai été caissière, il n'a jamais franchi mes lèvres...

j'aime bien le tableau plus haut , je vais m'en servir pour ma fille
au moins elle devra rechigner au travail de façon positive lol
Olivia a dit…
Il y a ausssi le fameux compliment/encouragement  « c'est bien » pour les enfants ! Essayer de décrire, de raconter, de dire « tu peux être fière de toi » (de s’abstenir de dire « je suis fière de toi »), de mettre des mots sur leurs essais et leurs succès. Moi je pratique avec ma petite d’un an. Qu’en est il pour toi avec ta smala multi-âge?
Olivia a dit…
Désolée, je recommence depuis un ordinateur depuis lequel je peux relire et donner sens à mon message confus.
J'essaye pour ma part de NE PAS dire à ma fille d'un an que je suis fière d'elle, que "c'est bien". Autant que j'y pense, je choisis de décrire ses actions menant à la réussite ou à la tentative de faire ceci ou cela. C'est facile de lui dire c'est bien, mais c'est vague. "C'est bien que tu ne tires pas la queue du chat" se transforme en "bravo pour les caresses douces", "tu parviens à ...". En plus le cerveau ne comprends pas la négation : les petites mains restent loin du poële/de la poubelle, laissent les chaussures dans le placard et ainsi de suite. "Bravo, tu viens me voir quand je te le demande", "Bravo, tu comprends bien". Bannir le "je suis fière de toi" pour qu'elle construise son estime d'elle même par rapport à elle, et non pas seulement dans mes yeux de maman. Qu'elle puisse à terme être satisfaite de ses dessins ou de son travail scolaire pour elle et non pour faire plaisir à l'adulte référant (humhum, la professeure des écoles ne dort jamais tout à fait!)
C'est un tour de langage à prendre. C'est une attention quasi constante, et au final c'est une simple habitude à prendre...
Bonjour Olivia et merci pour ce long et double commentaire (lol)! Tu as certainement raison mais non, je ne suis pas aussi rigoureuse que toi dans mon langage aux enfants...trop spontanée? trop d'enfants? trop pressée? je ne sais pas mais oui, il m'arrive de leur dire "c'est bien", "je suis fière de toi"...mais comme je leur dis aussi "c'est chouette que tu sois parvenu à tel chose", "tu dois être contente", "tu dois être fière de toi non?" etc...je n'ai constaté aucun problème particulier d'estime de soi, de confiance en eux (et en moi) ou d'autonomie tant matérielle qu'affective...j'aime leur dire que je suis fière d'eux parce que c'est vrai et que je ne vois pas en quoi cela les détruirait. Je crois que l'éducation est un tout et qu'une parole a une portée positive ou négative en fonction du contexte dans lequel l'enfant évolue (la famille, les parents, les rapports familiaux, le cadre, son caractère propre, sa place dans la fratrie, son âge, ses activités, sa vie en dehors du foyer etc...). Il n'est pas nocif de dire à une enfant "c'est bien". Pour ma part je l'ai toujours fait et cela ne les a jamais empêché de faire et d'apprendre avant tout pour eux et en fonction d'eux et pas juste pour me faire plaisir....donc tout dépend du regard du parent, de comment c'est dit et à quel moment. Sinon cela me rappelle l'IUFM : " ce ne sont pas des enfants mais des élèves, donc mettez de la distance"...ben non ! Des enfants et avant tout des enfants...!! Pourquoi ne pas leur offrir douceur, approbation, reconnaissance? Nous avons besoin de notre propre estime mais aussi de l'estime des autres. Nous ne vivons pas comme posés les uns à côté des autres, détachés les uns des autres, chacun travaillant pour lui-même dans son coin...enfin, voilà, c'est mon avis, un simple avis. J'espère ne pas t'avoir blessée par mes propos.
Olivia a dit…
Chère Laurence,
au contraire ! J'aime ta contradiction pleine de sagesse et d'expérience. Je suis aussi passé par l'IUFM (ou du moins ce qu'il en reste, hélas) et, contrairement à certaines injonctions, j'ai "eu" mes élèves à coup de douceur et d'encouragements. Alors je te rejoins là dessus ! Ce sujet me tient à cœur, et j'y réfléchis car j'ai énormément manquée de confiance en moi jusqu'à l'âge adulte et aimerais tant éviter cette souffrance à ma fille. Je ne pense pas du tout que dire notre heureuse fierté de parent détruirait l'enfant, ou sa confiance en lui, mais plutôt je voudrais lui donner des outils pour qu'elle grandisse comme une personne heureuse et épanouie... C'est sûrement très naïf tout ça, mais c'était bien le coeur de mon objectif avec mes petits élèves aussi... Maman à temps plein à présent, j'ai les défis d'une enfant d'un an et c'est juste bien comme ça ! Grand merci de m'avoir répondu et pour ton blog si intéressant !

Articles les plus consultés