L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

mercredi 25 janvier 2017

l'IEF une fin en soi?




De plus en plus souvent (trop?), je lis sur la toile des témoignages et des interrogations sur l'instruction en famille. Des parents se demandent s'ils ne vont pas rescolariser leur enfant car ils s'épuisent, n'y arrivent pas. Soit l'enfant soit le parent soit les deux ne s'épanouissent plus. Interrogation saine me direz-vous? Absolument.

Ce qui me gêne ce sont les réponses...car alors c'est trop souvent un déferlement de:
"non, tiens bon", pourquoi?
"il ne faut lâcher, l'école à la maison, c'est que du positif", oui, ben là tout de suite et depuis 6 mois, je ne le vois pas le positif, moi
" le bien de ton enfant, c'est ça qui doit compter, donc tiens bon", pourquoi? les enfants scolarisés sont tous malheureux?
"l'enfant avant tout!" et le parent? Il n'a pas le droit à son comptant de sérénité?
"pourquoi t'essaie pas d'autres méthodes? Il faut que tu passes au unschooling, c'est plus cool plus fun"...soupirs...
"ton enfant ne veut plus rien faire? Prenez des vacances ! avec la tv et la tablette il apprend aussi bcp"...soupirs...gros gros soupirs...
" et puis au collège, il va être en souffrance. C'est très violent le collège. Les profs sont nuls. Les enfants sont durs. Harcèlement, phobie scolaire etc..." euh...généralisation outrancière, non?

Cet acharnement à vouloir convaincre que l'instruction en famille est LA solution miracle, la panacée m'agace. C'est une aventure formidable, indéniablement! Mais cela ne devrait pas devenir un dogme comme c'est le cas aujourd'hui! L'instruction en famille ne devrait pas être une fin en soi et pour tout le monde!
  Quand je vois des parents qui se demandent s'il est possible de concilier un job à l'extérieur au minimum à mi-temps et instruction en famille avec un enfant de primaire et qu'on leur conseille de se lancer, je trouve cela totalement irresponsable!
  Quand je lis des parents qui demandant quelle solution pour se lancer en instruction en famille "parce que ça les tente" mais ne se sentant ni capable d'enseigner ni de dépenser une fortune en cours par correspondance (ou préceptorat) et qu'on leur conseille d'y aller, je trouve cela totalement irresponsable! Si tu ne peux pas enseigner ni payer, tu laisses tes enfants à l'école
  Quand des mamans se retrouvent au bord du burn-out et qu'on leur dit de poursuivre pour le bien de l'enfant...je frémis! Où est le bien de l'enfant si la maman est au bord de l'épuisement?? Les parents sereins font des enfants sereins. La sérénité du parent instructeur est un préalable à l'instruction en famille, un préalable au bien de l'enfant, un préalable à la bienveillance.
  Quand je lis que l'instruction en famille est plus économique qu'une maman au travail et ses enfants à l'école...c'est faire fi de nombreux critères! C'est aller un peu vite en besogne! Tout dépend du job de la maman, du salaire, du nombre d'enfants, du lieu de vie, trajets ou pas trajets, des horaires de travail, des activités des enfants instruits à la maison, des investissements en matériels et livres que l'on fait dans sa classe-maison, du salaire du parent qui travaille quand l'autre est à la maison, vacances ou pas vacances, études supérieures des enfants, permis de conduire des aînés etc...Non l'instruction en famille n'est pas forcément plus économique ! Et parfois il devient nécessaire d'avoir deux salaires.
  Quand je lis des parents qui sous-entendent qu'une maman qui n'est pas à la maison est égoïste et qu'elle ne cherche pas le bien de son enfant, cela me met hors de moi! D'ailleurs je connais de nombreux adultes qui déplorent aujourd'hui que leur mère n'ait pas travaillé quand ils étaient enfants...eh oui, les situations ne sont pas binaires!

L'instruction en famille n'est pas une solution magique! Elle ne convient pas à toutes les familles ni à tous les enfants. Elle ne répondra pas aux besoins de tous les âges et de tous les profils. L'instruction en famille n'est pas une secte avec des adeptes qui recrutent toujours plus de monde par dogmatisme.
Opposer de manière outrancière l'instruction en famille-qui-serait-formidable et la scolarisation-qui-n'est-pas-bienveillante est stupide et totalement irrespectueux des parents qui font un choix autre que l'instruction en famille et irrespectueux de leurs enfants. Il n'y a pas les parents formidables d'un côté et les bourreaux d'enfants de l'autre!
Les parents qui s'interrogent, attendent de nous de la réflexion, des arguments sensés, une écoute et une prise en compte de leur vie propre et de celles de leurs enfants. Il ne s'agit pas de chercher, tels des témoins de Jéhovah, à les convaincre de l'extrême nécessité de passer l' instruction en famille pour les sauver. 
Il s'agit de les conseiller au mieux, en vérité,  en fonction de leur situation! Et leur situation peut nous amener à leur conseiller l'école, un cours par correspondance ou l'instruction en famille. Et ce n'est pas parce que nous avons choisi l'instruction en famille qu'il faudrait vivre comme un échec de conseiller autre chose à une famille.

L'instruction en famille ne devrait jamais être une fin en soi. C'cst un choix de vie pour un temps donné long ou court. Il devrait d'ailleurs être interrogé chaque année avec objectivité et en tenant compte de tous les membres de la famille: on continue ou pas? Pourquoi?
Et si l'on ne parvient pas à faire cette remise en question régulièrement, parce qu'on a par exemple peur de la réponse des enfants ou du conjoint, alors il faut sans doute faire un petit travail sur soi...

Vérifier que l'enfant a compris

Robert Doisneau

Comment vérifier que l'enfant a compris?
Voilà une question essentielle...ce n'est pas parce que l'enfant vous répond qu'il a compris que c'est le cas! 
1. A-t-il compris la consigne? Avant de lancer un enfant dans un exercice, il est bon de vérifier qu'il a compris ce qu'on attendait de lui, ce qu'il devait faire...trop souvent l'exercice est faux non pas parce que l'enfant n'a pas compris la notion mais parce qu'il n'a pas compris ce qu'il fallait faire. Quelques petits trucs simples peuvent vous aider:
- lorsque la consigne est donnée oralement-et surtout se elle est complexe ou longue- doublez la d'une consigne écrite (tableau, ardoise, feuille de brouillon). Ainsi l'enfant peut s'y référer s'il a oublié dans quel ordre faire les choses, s'il faut souligner ou encadrer, s'il est plus visuel qu'auditif (comme moi par exemple!)
- lorsque la consigne est écrite : demandez à l'enfant de dire avec ses mots ce qu'il a compris qu'il devait faire. Dans le cas d'un problème, demandez lui de lire en silence puis de venir "raconter l'histoire". Cette narration vous permettra de bien situer la compréhension de l'enfant. Parfois, l'enfant ne comprend pas un problème parce qu'il n'a pas su lire le nom de famille de personnage...rien à voir avec la notion de maths en jeu!
- lorsque l'enfant est dyslexique : il est nécessaire de mettre en place des stratégies adaptées. Ici, mon dys surligne au fluo les verbes puis nous comptons combien d'action il aura à effectuer. Je remets au tableau la consigne sous forme de liste et il peut aller cocher quand chaque tâche est exécutée. L'objectif est qu'à la fin de l'année, il parvienne à se débrouiller simplement avec l'étape du fluo.
2. A-t-il compris la leçon?
- La narration est le moyen le plus simple et le plus rapide de s'assurer que l'enfant a compris et de ce qu'il a compris et de ce qu'il faut réexpliquer. La narration peut se faire sous forme de récit, de questions/réponses, de restitution écrite (texte, schéma, dessin), de "cours imaginaire" où l'enfant devient l'enseignant.
- une fois l'étape de la leçon acquise franchie, il reste l'étape ultime de l'application. En donnant des exercices ciblés avec des difficultés progressives, vous pouvez valider que l'enfant a bien compris et qu'il maîtrise (ou non) la notion. Là encore vous pouvez profiter de l'occasion pour travailler l'expression orale: "explique moi le chemin que tu as pris dans ta tête", "dis moi comment tu as fait", "explique moi ton choix"...
- s'appuyer sur la fratrie: lorsque les enfants sont plusieurs, il peut être vraiment enrichissant de s'effacer et de les laisser faire entre eux. "échangez vos exercices", "invente une opération pour ta sœur mais attention, il faudra que tu la corriges" (donc il faut que tu saches l'effectuer toi aussi et voir les fautes), "demande à ton frère de t'expliquer" ainsi vous pouvez observer ce que chacun a compris.

Pour vérifier que l'enfant a compris, il faut mettre en place des moyens tant oraux qu'écrits. Ainsi chacun peut y trouver son compte !


 
Article rédigé dans le cadre des Tutoriels du Collectif l'Ecole est la Maison

mardi 17 janvier 2017

Fanette et Filippin

Je voulais vous parler depuis longtemps de cette revue...et puis le temps a passé...nous les avons reçues trop peu de temps avant Noël pour que je puisse faire un billet. C'est dommage parce que j'aurais voulu vous conseiller de mettre un abonnement au pied du sapin...

Je ne maîtrise aucunement la pédagogie Steiner dont cette revue se revendique mais l'esthétique me parle. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de suivre la pédagogie Steiner pour l'adopter! 

Que dire de Fanette et Filippin?
A peine arrivés à la maison, les 4 numéros de l'année 2016 ont été dévorés par les enfants ! Le meilleur des signes non? Ils ont adoré ! 4 numéros pour les 4 saisons...de quoi ponctuer l'année, relier à nos observations de la nature...
C'est beau, c'est poétique, les illustrations font rêver les enfants! J'y trouve un écho réel avec la littérature enfantine traditionnelle suédoise sur fond de magie de la forêt, lutins...un régal !
Des contes et des histoires La vie des animaux et les secrets des plantes 

Comme il n'y en que 4 dans l'année, chaque numéro est dense:pas moins de 50 pages dans un format adapté aux petites mains

La saison se partage en 4 rubriques:
- Raconte moi une histoire : l'enfant y lit les aventures de Fanette et Filippin, des contes (inédits ou traditionnels), une grande histoire et un poème (n'est ce pas là une source d'inspiration pour vos lectures offertes, poésies à mémoriser?). J'insiste vraiment sur la qualité des illustrations ET des textes. 
"Le son guttural fait à nouveau trembler la forêt comme s'il rebondissait à chaque arbre. Fanette, apeurée, se cache derrière le tronc du vieux chêne et sort sa tête pour observer"(extrait du numéro 14)
 
- Je m'amuse : des jeux (des différences, mots reliés, jeux de plateau etc), chanson, comptine, etc...
- Je fais avec mes mains: des bricolages de saison, l'enfant apprend par exemple à fabriquer ses jouets en laine cardée d'après es histoires lues. Une recette (végétarienne) est proposée dans chaque numéro.

Des bricolages de saison amusants

- Je découvre la nature : la vie des animaux et des plantes est mis à l'honneur sous forme de textes et illustrations plaisantes à lire à tout âge.

Il y a aussi la danse des formes (typique de la pédagogie Steiner) et un supplément pour Noël. 

Vous trouvez enfin Le coin des parents: cette petite rubrique guide les parents dans leur réflexion éducative, toujours en lien avec les histoires du numéro (on n'est pas obligé d'adhérer aux réflexions proposées). 
Petit bémol pour moi, cette partie n'est pas détachable, l'enfant y a donc accès, c'est dommage...

Et comble du luxe, leur catalogue permet de se fournir en matériel pour réaliser les bricolages proposés, des tutoriels sont disponibles sur le site...bref, aucune excuse pour ne pas faire !
La revue est destinée au 3/7 ans mais ça plait encore beaucoup à ma 9 ans...! Et comme la revue est bien conçue, il y a un repère pour chaque tranche d'âge au sommaire.

Vous l'aurez compris : la nature, des contes, des poèmes, des chants, des bricolages...hum, tout de même très Charlotte Mason tout ça...!

Pressez-vous sur leur site pour découvrir la revue mais aussi les livres, le matériel...les histoires du soir...les ressources web...
http://www.fanette-et-filipin.com/
http://www.belle-emeraude.com/


Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec le Journal de Fanette et Filippin car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.

samedi 14 janvier 2017