L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

lundi 31 octobre 2016

Vers l'expression écrite

Afficher l'image d'origineRobert Doisneau

Il y a d'abord au fil des années, les activités qui viennent nourrir le travail d'écriture :

Chez les plus jeunes déjà :
- les cahiers de réussites, de voyage, les dessins, les courriers où l'on prend ce que l'enfant exprime sous la dictée
- la lecture d'histoires, de contes, de documentaires
- les exercices de verbalisation en tout genre:livrets photo, livres de sciences, géo, géométrie, histoire. Tout se prête à la narration orale en somme!Mais aussi les discussions en famille, en fratrie, les sorties, les visites. Il faut faire feu de tout bois !!
- avec la découverte de la lecture, il faut mettre l'accent sur les questions orales de compréhension (de ce qui vient d'être lu). L'enfant peut ainsi faire du lien, poser des questions s'il n'a pas compris, restituer, faire des remarques etc...

Puis vient chez le plus grand :
- la l'entrée personnelle dans la littérature avec son travail de compréhension, de vocabulaire, d'observation de la syntaxe et de l'expression. Ceci se fait essentiellement à l'oral: comment l'auteur arrive à rendre un texte drôle ? vivant ? qui parle? qui le héros? comment sais tu que c'est un conte ? etc...Il faut varier les natures d'écrits, les périodes, les auteurs.
Tout ce travail peut aussi se faire en histoire, géographie, sciences, art ...
- le  travail d'analyse d'un texte : faire ressortir les idées essentielles en vue d'un résumé par exemple.Ce type d'exercice se fait très facilement dans toutes les matières d'éveil.
- le travail de vocabulaire:fabriquer des mots avec suffixes, préfixes, chercher des synonymes, des antonymes, des homonymes. Faire, par exemple, des fiches de vocabulaire : tout ce qui peut exprimer la peur, les sons, le goût, l'été. Une banque dans laquelle l'enfant pourra puiser, compléter au gré des lectures.
- le travail de niveau de langues : soutenu, familier
- se constituer un cahier de lecture qui lui donne envie de lire et d'écrire aussi. Relever les passages préférés, les belles phrases etc...
-apprendre des poésies, du théâtre. Déclamer des textes
- le cahier de recopie:recopier des extraits de textes littéraires enthousiasmants, des citations, des proverbes imprime dans l'esprit de l'enfant les belles lettres, les belles tournures de phrases, les belles idées.
- les jeux: mots croisés, inventer des poésies, des rébus, des anagrammes, des slogans publicitaires.Les jeux de société sont aussi de bons alliés.

Il faut en effet entretenir et encourager un goût du texte, du mot et du beau.

puis ou en même temps, l'enfant se voit proposer des exercices d'écriture
- inventer la suite d'un texte
-inventer plusieurs suites d'un même texte
- mettre des bulles à des dessins
- faire un roman photos
- rédiger des recettes, notices, résumé, description de tableau
- observer des textes, remettre les passages dans l'ordre et trouver ce qui indique l'ordre.
alors on peut expliquer à l'enfant comment faire un plan avant d'écrire: il faut un  début, un milieu et une fin. Tout ceci est parlant pour lui puisque depuis qu'il est petit, il raconte oralement et de manière construite ce qu'il a lu.
On lui demande de prévoir des plans avant de se lancer dans l'écriture. Un peu plus tard, quand il est prêt on affine la notion de plan qui devient un plan détaillé.

A ce stade, que fait le parent que je suis ?
étape 1 : il donne un sujet parfois associé à des contraintes (longueur, temps, personnages, style ...) puis il demande à l'enfant de commencer par écrire toutes ses idées, puis de les organiser en plan. Je pose beaucoup de questions mais n'apporte que rarement des réponses. Par exemple:penses tu que ton plan est cohérent ? t'es tu assurée que le lecteur peut bien te comprendre?

étape 2:l'enfant retravaille son brouillon:les fautes d'orthographe ont été soulignées, il va lui falloir proposer une autre orthographe, chercher dans le dictionnaire, dans la grammaire... Je recorrige cette fois ci définitivement sinon l'enfant s'épuiserait. C'est aussi à ce moment que je souligne des problèmes d'incohérences, d'incompréhension, de syntaxe en essayant toujours de respecter mon jeune auteur, donc je ne corrige pas. Cela donne des réflexions du genre :
ici, ton lecteur ne voit pas qui tu es, trouve une solution pour qu'il comprenne mieux ce que tu voulais dire. Tu as changé les verbes de temps, c'est voulu?
Ton paragraphe est très court, ne voudrais-tu pas essayer de décrire davantage le paysage? Pioche dans tes souvenirs, tes lectures, tes fiches de vocabulaire. Emmène ton lecteur avec toi.
C'est une étape très importante qui dure plusieurs séances

étape 3:saisie du texte, travail de la mise en page. Je profite de cette étape pour faire travailler l'informatique. J'essaie donc d'introduire un nouvel enjeu informatique à chaque nouvelle rédaction. Il arrive aussi que j'associe l'écriture avec l'art (illustrer, écrire une musique...)

étape 4 : présenter oralement son texte si on le désire.

Article collecté pour les "tutoriels" du Collectif l'Ecole est la Maison





samedi 29 octobre 2016

Pour une mise en perspective

Il est intéressant de connaitre un peu l'histoire de l'Instruction En Famille ou IEF. Elle permet une mise en perspective et un éclairage sur les dispositions actuelles...

Afficher l'image d'origine
Le décret 14 bis prévoit un amendement à la loi actuelle en prévoyant de renforcer les contrôles. Nous retournons souvent à la loi de Jules ferry de 1882 pour évoquer ce droit qui nous est si cher en instruction en famille. Mais savons-nous comment et pourquoi cette loi a vu le jour?

Aussi étrange que cela puisse paraître, l'IEF est née de l'obligation scolaire laïque de 1882. Jean-Yves Seguy explique ici:
"L’instruction dans les familles est paradoxalement intimement liée à l’idée d’obligation de l’enseignement primaire. La loi Ferry du 28 mars 1882 marque un tournant essentiel de l’histoire de l’école. Elle permet en effet de redéfinir le rôle respectif de l’État, des familles et de la religion dans l’éducation. L’article 4 précise ainsi que l’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes âgés de six à treize ans. Elle peut être donnée soit dans les écoles publiques ou privées, soit « dans les familles, par le père de famille lui-même ou par toute personne qu'il aura choisie». Ce qui est fondamentalement nouveau dans cette loi, c’est que l’État prévoit explicitement ce mode de formation et se propose de contrôler sa mise en œuvre. On organise ainsi un examen que les enfants recevant l’instruction à domicile doivent subir chaque année à partir de la fin de la deuxième année d'instruction obligatoire. Cet examen doit porter sur les matières de l'enseignement correspondant à leur âge dans les écoles publiques."

La suite de l'article à lire en cliquant sur le lien suivant :


A quoi sert le travail?

Afficher l'image d'origine

Chaque début de mois nous faisons de la philosophie. Je présente aux enfants une vertu qu'ils essaieront (enfin presque...) de mettre en application dans le quotidien et je pose une question à laquelle ils réfléchissent. Mon rôle est d'animer, relancer le débat, reformuler ce qui est dit, poser des questions supplémentaires...je ne réponds pas à leur place! Ce n'est donc pas un enseignement.

Pour octobre, une belle vertu : la persévérance. J'ai illustré les réflexions par la lecture d'un petit texte sur l'enfance de Benjamin Franklin pris dans ceci :


Persévérer c'est aller au bout de ce que l'on entreprend sans relâche. Plusieurs ingrédients sont nécessaires pour persévérer, c'est ce que nous avons mis en évidence:le courage, l'enthousiasme, le travail, la patience et surtout à l'origine un projet ou un rêve. Attention toutefois de ne pas confondre persévérance et entêtement !


La question philosophique d'octobre portait sur le travail:à quoi sert le travail?
Avant tout j'ai demandé aux enfants de définir le travail. Avec leurs mots à eux, ils l'ont défini de la manière suivante : une activité en vue de produire quelque chose de concret (comme un travail manuel) ou d'abstrait (un service).
Mais à quoi ça sert? Il s'est dégagé de leurs échanges trois finalités : 1. le travail sert à apprendre des nouvelles choses 2.le travail sert à gagner sa vie 3. le travail sert à nous relier aux autres
Tu dis que c'est pour apprendre des nouvelles choses mais quand tu joues tu apprends?...est-ce que tu travailles lorsque tu joues? Y-a-t-il une différence?
Quel bien peut on tirer d'un travail ? Faut il toujours établir un rapport entre le travail et l'argent? travailler sans gagner d'argent ? Le travail des enfants ? 
Vous dites que le travail sert à gagner sa vie mais quand tu rends un service dans la maison, travailles-tu? Quand quelqu'un fait du bénévolat, travaille-t-il? Pourtant il ne gagne pas d'argent...
Les enfants ont d'eux mêmes fait une distinction entre travail manuel et intellectuel.L'artiste travaille-t-il?
Puis nous avons évoqué la pénibilité et l'ennui. Un travail peut être ennuyeux pour certains et pas pour d'autres, m'ont ils dit.
Le travail est-il pénible? Qu'est-ce-qui peut rendre le travail pénible? Pour les enfants, un travail est pénible en raison de : la répétition, le manque d'intérêt, l'absence de changement de position (c'est du vécu?), l'environnement dégradé, la fatigue, les autres(!)



A lire aussi

vendredi 28 octobre 2016

Du côté du Collectif



Notre Collectif continue de subir attaques et soubresauts, toujours plus agressifs, toujours plus injustes...mais malgré cela, nous enregistrons chaque semaine de nouveaux membres et de nouveaux inscrits sur le forum. Un grand merci donc à tous ceux qui travaillent et s'investissent pour la pérennité de l'instruction en famille. Toutes les bonnes volontés et les soutiens sont les bienvenus! Notre Collectif et ses propositions ont d'ailleurs reçu le soutien officiel des Cours Griffon

Le forum:
Le forum est ouvert à tous, il n'est pas réservé aux membres du Collectif. Vous y trouverez une plate-forme pour échanger et trouver des ressources, des réponses et des accompagnements pratiques.
Pour s'inscrire, click

La page facebook:
Nous venons de créer la page publique facebook du Collectif. Elle permet de relayer toutes les publications de notre blog, de faire état de nos avancées, de nos actions, relayer des informations autour de l'instruction formelle.
Pour liker la page et nous suivre, click

Le blog :
Nous publions sur notre blog un article de fond par mois en plus des informations pratiques. 
Pour lire nos publications, s'informer sur le Collectif, click

Les tutoriels :
Nous collectons sur les blogs de nos membres des billets particulièrement éclairants pour les parents qui accompagnent les apprentissages de leurs enfants, qu'ils soient non-scolarisés ou scolarisés. Il s'agit de nos Tutoriels.
Pour accéder aux tutoriels, click
* Si vous avez un blog et que vous pensez qu'un billet pourrait faire l'objet d'un tutoriel référencé, n'hésitez pas à nous contacter.

Le groupe fermé:
Notre Collectif a depuis le début un groupe facebook fermé, réservé à nos membres. C'est un peu le "think-tank" du Collectif. Il n'a pas vocation à devenir public. Si vous souhaitez nous interpeller, il existe le forum et la page publique.
Pour savoir comment devenir membre, click

Vous voyez, le Collectif ne chôme pas! Il poursuit sa route pour le rayonnement de l'instruction formelle, pour un juste encadrement des contrôles IEF, pour le bien de tous les enfants.

A bientôt !



Le cahier de recopie

Dans notre bloc d’entraînements, tous les matins, il y a 10 minutes de recopie. Je donne un texte à chacun des enfants, ils y consacrent 10 minutes tous les matins soit à recopier, soit à illustrer. Peu importe la quantité d'écrit, on lève la plume quand le minuteur sonne et on reprend le lendemain, ainsi de suite jusqu'à arriver au bout du texte, puis on illustre en une ou deux séances.
Pour faciliter la copie, chaque enfant possède un lutrin en bois.

Le cahier de recopie (rose) fait 48 pages, afin de ne pas casser le poignet. Lorsqu'un premier cahier sera fini, ils en feront un autre. A la fin de l'année, je les réunirai pour qu'ils puissent les garder et les relire durant de nombreuses années.

En effet, mon objectif n'est pas uniquement de travailler la calligraphie et l'orthographe mais aussi le contenu. J'ai très soigneusement sélectionné les textes que je donne à chacun. Il s'agit d'extraits de textes littéraires connus et/ou défendant de belles idées, de belles personnes, et/ou faisant rêver, sollicitant l'imaginaire, des citations, des prières, des comptines...des textes qui construisent.

 


Au fil des pages, je constate une progression lente mais solide de la calligraphie, de la vitesse de recopie, de l'orthographe, de la concentration. J'ai de moins en moins à corriger les cahiers...!
Les enfants n'ont pas les mêmes textes à recopier en même temps. J'évite ainsi de faire des photocopies. Ils reçoivent chacun le livre dont ils doivent recopier l'extrait. J'adapte également en fonction des niveaux.

jeudi 27 octobre 2016

Musée d'histoire naturelle




D'ordinaire, nous essayons d'organiser des visites de préférence le vendredi mais celle-ci a eu lieu un mardi car la fin de semaine était consacrée à la préparation de l'anniversaire de papa avec son cortège de famille...
Nous sommes donc allés visiter le musée d'histoire naturelle d'Angers qui propose en ce moment une exposition sur les oiseaux et leurs œufs. Côté pratique : le musée est gratuit pour les moins de 26 ans. Nous sommes donc rentrés à 6 pour la modique somme de 4 euros...Nous y étions totalement seuls! Le rêve!

Petit inconvénient : les enfants entraînés à être curieux, à observer la nature, à prendre des notes, à croquer peuvent passer des heures dans un musée comme celui-ci...! Bien que petit, nous y sommes restés presque 3 heures! 

 
Nous avons commencé notre visite par la partie muséum d'histoire naturelle. Des dizaines d'animaux empaillés, des insectes, des chimères, une salle expliquant le travail du taxidermiste, les enfants étaient fascinés... 


     





 
Nous sommes ensuite passés dans les salles consacrées à l'exposition en cours.
  



Nous avons terminé notre visite par un détour dans la salle consacré au paléolithique.



Nous avions emporté dans un petit sac, leur carnet d'observation de la nature (type moleskine), un crayon à papier par enfant, une gomme et un taille crayon. Les enfants ont dessiné ou noter ce qu'ils souhaitaient. J'ai pris pour certains sous la dictée. Une fois rentrés, ils ont complété les couleurs grâce à leurs souvenirs et aux photos. Ils colleront prochainement quelques photos dans leur cahier de voyage ainsi que leur ticket d'entrée, le livret de visite.

 celui de Gabrielle (niveau CE1)


  celui de Marthe (niveau CM1/CM2)

  


 



   
celui d'Hippolyte (5 ans)

Ambroise (10 ans) a préféré prendre de simples notes .

mercredi 26 octobre 2016

Nouvel emploi du temps...

Notre mini-promenade du matin a chamboulé l'emploi du temps. A présent :
Le matin
- la classe commence à 9h15 et non 8h50
- la lecture offerte de début de matinée (8h50-9h00) se fait en fin de matinée avec une narration orale incontournable.
- la littérature se fera l'après-midi 
- la matinée de classe dure 2h30/35

L'après-midi
- durée : 2h30 environ
- Nous reprenons la classe à 13h30 au lieu de 14h00
-Nous commençons l'après-midi par 30 minutes de littérature. Cette matière a beaucoup évolué: nous sommes passés de 20 à 30 minutes. Nous n'alternons plus oeuvre complète et extraits. Ce temps n'est plus consacré qu'à la lecture de travail à partir d'extraits littéraires. La lecture suivie,elle, est personnelle, c'est-à-dire qu'elle se fait sur leurs temps libres ou le soir. Par ailleurs, nous avons repris nos habitudes des années passées: je n'impose finalement pas les livres, ils les choisissent.
- Nous alternons une semaine travail de dictée, une semaine travail de vocabulaire et expression écrite. Ces temps ont été bien rallongés. Nous y passons à présent 30 minutes.



- A partir du trait rouge, le temps est compté de 15 minutes en 15 minutes (et non de 10 en 10).Rien ne change vraiment mis à part le jeudi. 
- Un temps est réservé aux "exposés". Il s'agit d'un moment réservé aux présentations orales des livres lus librement notamment. Nous en profitons aussi pour nous mettre à jour des illustrations des cahiers par exemple. A l'origine, ce temps était réservé à des projets personnels mais les enfants trouvaient que cela faisait doublon avec les dîners-voyages et qu'ils ne pouvaient pas être partout!
- la philosophie à laquelle je tiens beaucoup, ne pouvant plus se faire le matin, se fera en alternance avec le catéchisme 1 fois par mois.
- Nous conservons notre lecture offerte du soir.


A lire aussi

mardi 25 octobre 2016

Carnet d'observation de la nature

carnet moleskine, format A5, papier blanc



observations d'après photographie lors des leçons de choses




mais surtout  d'après nature, lors des promenades, sorties, jeux libres




Ou d'après visite au musée
  


Le Poulailler sur les réseaux sociaux

Vous avez été plusieurs à me poser la question par mail, je le remets donc ici:

Vous pouvez suivre Chroniques du Poulailler sur Facebook

Vous pouvez suivre Chroniques du Poulailler sur Instagram

Vous pouvez suivre Chroniques du Poulailler sur Pinterest

Chacun de ces liens a sa vie propre. J'enrichis différemment chaque support indépendamment du blog même si des références sont communes.

Vous trouverez les liens permanents à droite de l'écran.

Ce moment



Encore et toujours dehors...

lundi 24 octobre 2016

Oxygéner


Fut un temps où nous marchions tous les matins avant la classe. Puis, allez avoir pourquoi, les déménagements ont eu raison de certains rituels. Il y a pourtant un enjeu de santé physique et mentale pour les enfants, mais aussi pour moi, à passer plus de temps dehors, au contact de la nature!
Nos cerveaux ont besoin d'être oxygénés quotidiennement!
Charlotte Mason recommandait de passer de nombreuses heures dehors chaque jour. Les enfants passent beaucoup d'heures dehors le week-end mais aussi après la classe (entre 16h00 et 18h00) mais nous n'atteignons cependant pas les recommandations de Charlotte Mason...autres temps autres mœurs...il faut donc trouver des compromis...
Repenser encore et toujours l'emploi du temps, les rituels...nous voici arrivés à la troisième mouture depuis la rentrée...il faut arriver à tout faire tenir sur 4 jours et demi de classe!
Nous partons donc tous les matins, tous ensemble, marcher 30 minutes avant de débuter la classe. Ce moment est extrêmement bénéfique: l'air frais nous réveille doucement, le nez pique, nous voilà à la fois sereins, calmes et boostés pour travailler! Objectif atteint!
Concrètement : à 8h45 nous devons passer la porte de la maison, retour à 9h15 précises pour être à notre table de travail à 9h20.
Ceci a demandé de repenser notre emploi du temps (prochain billet...!) et de mettre en place quelques petits trucs pour ne pas perdre de temps.
- lever 7h30 précises
- on ne traînasse pas au petit-déjeuner 
- on prépare ses vêtements la veille au soir
- je répartis les TIF la veille au soir
- je prépare la table du petit-déjeuner le soir
- les enfants installent leur chariots, leur lutrin, leur cahier de programme à leur place avant de partir
- prière à 8h30 avant de partir

les enfants partent avec leurs arcs et flèches maison au cas il y aurait du gibier...

Nous faisons de courtes ballades, 15 minutes pour l'aller, 15 minutes pour le retour. Nous ne pouvons donc jamais aller très loin. Il s'agit vraiment d'une petite oxygénation.

Même sur de petites distances, il y a toujours des choses à observer...


De tels moments avant la classe...c'est merveilleux!




Nous terminons par un chronomètre sur 60 mètres à travers les rangées de cassis. Les enfants raffolent de ce temps de course! Même mon petit 3 ans  court ses 60 mètres!