L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

samedi 20 février 2016

Je réponds


"Ici, IEF commencé depuis les vacances de Noël, avec 3 petits de moins de 4 ans, c'est assez sportif et je suis encore à la recherche d'une organisation optimale. 
C'est difficile de trouver du temps pour chacun, surtout pour ma 4 ans qui a besoin que je sois beaucoup à côté d'elle pour avancer, faire une activité... D'où ma question: Comment aider un enfant "pot de colle" à travailler en autonomie ? Je pratique Montessori et Mason et essaie de lui proposer des activités courtes qu'elle peut faire seule, mais elle recherche sans cesse mon approbation, mon regard, mon avis, ma présence... et concrètement c'est très lourd avec les deux plus jeunes à gérer en même temps."

Merci Anonyme pour cette première question (la prochaine fois, une petite signature ?....).
Je vais tâcher de répondre au mieux en espérant ne pas trop vous heurter...
Trois petits de moins de 4 ans...Voilà de quoi vous occuper !! Voici comment je vois les choses - sachant que je ne détiens pas la vérité, loin de là et que je ne brigue aucun mandat de gourou !

1. Un enfant de moins de 4 ans n'a pas à "travailler en autonomie" ! Il est si petit !!! Il a tant à faire et à découvrir par lui même ! C'est le règne de la liberté, de la découverte, du jeu, de l'informel ! Un petit n'a pas besoin constamment de nous pour vivre sa vie d'enfant que nous avons devoir de lui laisser vivre.

2. Charlotte Mason, que vous dites pratiquer, s'est exprimée à ce sujet : rien de formel avant 6 ans. Cela m'a d'ailleurs amusée de lire que vous aviez commencé l'IEF depuis Noël ...aucun de vos enfants n'a l'âge de l'instruction obligatoire, PROFITEZ EN !! Vous avez peut être parcouru ce blog et vu que mes plus petits faisaient des activités bien avant 6 ans. Cela pour deux raisons : la première est que je ne connaissais pas Charlotte Mason, la deuxième est que j'ai des plus grands qui "font classe", ils veulent donc s'associer et imiter. Les choses ont évolué au fil du temps et de mon expérience. Mes plus jeunes aujourd'hui ont des fichiers en libre accès s'ils veulent faire comme les grands mais la plupart du temps, ils jouent !

3. Mais alors comment faire avec vos enfants ?
  • Tout d'abord, vivez normalement, faites ce que vous avez à faire. Ils vous observeront, ils vous suivront, ils s’intéresseront à ce qui vous intéresse, ils vous imiteront, ils vous abandonneront pour repartir jouer dans leur coin. Ils aimeront les livres parce qu'ils vous voient lire, ils demanderont à écrire parce qu'ils vous voient écrire, ils voudront apprendre le piano parce que vous en jouez etc...
  • Appuyez vous sur la vie quotidienne : les chaussures ne sont pas cirées, montrez lui comment faire et laissez le faire la fois suivante ; les mains sont sales, installez un marche-pied dans la cuisine et montrez lui comment se laver les mains ;  montrez lui comment pendre ses vêtements et demandez lui de le faire quand il s'est mis en pyjama etc...inutile d'imaginer des activités, des ateliers de nouage de chaussures ou de mise sur cintres, la vie suffit ! Et c'est tellement plus naturel !
  • Ensuite, ayez à cœur, de maintenir un environnement riche pour les enfants. Lisez leur des histoires, rencontrez vos amis, visitez des musées, allez au parc, en forêt, au marché, faites du sport ...que sais je encore ! Ouvrez les au monde !
  • Laissez suffisamment (mais pas trop non plus) de matériels, jeux en libre accès : crayons, papier, jeux, puzzles etc...mais aussi gant et savonnette, vêtements, brosse à dents ...
  • Ouvrez les à la nature. Cela ne demande pas grand chose. La plupart du temps, ici, s'ouvrir à la nature, signifie, "mettez vos bottes, votre manteau et allez un peu dehors" En général, je ne les revois que tard dans l'après-midi même s'ils sont sortis en maugréant ! Quand ils rentrent, je leur demande à quoi ils ont joué, ce qu'ils ont vu etc...
  • Apprenez leur ce qu'ils ont besoin de savoir quand vous sentez que c'est le moment pour eux : nouer ses lacets, enfiler son manteau, se laver seul, se coiffer seul etc...apprenez leur à faire seul quand vous sentez qu'ils sont en demande. Il ne s'agit pas d'anticiper mais de les laisser venir.
  • Proposez leur de temps en temps une activité, un jeu avec vous. Il n'est pas utile que cela soit systématique ! Je le fais avec mes plus jeunes quand j'ai le temps. Je les encourage à aller jouer seuls, à s'occuper entre enfants, à se débrouiller, à jouer dans le jardin - qui reste une mine de trouvailles pour les petits. Ils deviennent autonomes, débrouillards parce qu'on ne s'occupe pas tout le temps d'eux.  Ils apprennent en douceur à faire sans nous ! (bien entendu c'est à adapter en fonction de l'âge et du caractère de l'enfant !)
  • Autrement dit l'équilibre est : un peu avec moi et beaucoup sans moi ! Vous devez aussi vous ménager, respirer et ne pas tout faire en fonction de vos enfants exclusivement. N'oubliez pas que votre équilibre, votre zen est une donnée fondamentale dans l'éducation et l'équilibre de vos enfants. A maman calme, enfants calmes.
  • Enfin, il faut savoir rester ferme quand nécessaire. Et ce n'est pas facile de dire "non, non, je n'ai pas le temps de lire une histoire maintenant. Trouve toi quelque chose à faire. Tu peux par exemple faire ceci, ou bien encore cela (d'où l'importance du matériel et des jeux  et jouets en libre accès) etc..." Non, vraiment ce n'est ni facile ni agréable sur le moment. Il faut prendre réellement sur soi. L'enfant part bouder dans sa chambre, répond "mais je ne sais pas quoi faire !" Et c'est parce qu'on a tenu bon qu'au fil des jours et des semaines, il viendra de plus en plus tard réclamer parce qu'il aura développer son imagination. Nous verrons que l'enfant se construit. Il s'agit bien d'Education.


lundi 15 février 2016

Le partage des rôles- En réponse à vos questions

Afficher l'image d'originetrouvée ici



On pourrait croire que toutes les mamans qui instruisent leurs enfants sont une sorte de wonder women. Elles sont à tous les postes, 24h/24, 7j/7j....!!! Il faut bien avouer qu'il y a des jours où j'ai un peu l'impression d'avoir endosser cet affriolant costume...!!!!
Mais la plupart du temps, de manière calculée ou spontanée, les rôles se partagent entre les membres de la famille proche ou éloignée, voire avec des personnes totalement extérieures à la famille.

Il y a bien entendu les responsables des activités sportives des enfants. Il n'est pour moi, absolument pas question d'intervenir dans ces domaines réservés. Mon intervention se fait en amont lorsque nous choisissons le club, le cours etc...

Il y a les amis, les inconnus, les rencontres d'une journée, d'un voyage, le personnel de supermarché, bibliothèque, mairie, musée etc..

Il y a les tantes, les grands-parents par qui tant de choses sont découvertes, apprises, enseignées, pourquoi ne pas se reposer sur eux de temps en temps ?

Il y a aussi et surtout le reste du poulailler. Le papa, dans l'ombre mais bien présent. D'un commun accord, il n'intervient pas directement dans nos journées de classe-maison. Son rôle est pourtant primordial. Pour moi en premier lieu ! Il est d'abord mon garde-fou, ma sonnette d'alarme quand ça dérape. Il me rappelle à mes devoirs, mes objectifs, mes convictions quand je n'ai plus le recul suffisant pour voir que je fais fausse route. 
Mais il est aussi force de proposition pour les sorties, les visites, les activités de week-end. Il est un véritable complément d'enseignement en histoire, géographie, économie, analyse politique, philosophie lors de nos discussions familiales lors des repas. 
Il est un guide pour tout ce qui touche à l'artistique. 
Il est le conseiller-expert des enfants dans certains domaines : la peinture, l'équitation, la chasse, le sport, la forêt, l'aviation, la navigation etc...

Il y a le reste de la fratrie. Il se passe beaucoup d'apprentissages entre eux qui m'échappent totalement. Et tant mieux! Ils sont tous deux par chambre : des échanges constants se créent, des liens forts se tissent. Celui qui sait aime partager ce qu'il fait. 
Il y a aussi mes demandes : je peux demander à l'un de montrer à l'autre, d'aider un plus petit, de faire réciter un plus grand, de s'interroger mutuellement, d'expliquer ce qu'il a compris à celui qui n'a pas compris, de faire réviser etc... Une forme de tutorat de circonstance se met alors en place pour quelques minutes, une heure, une journée, une semaine. Cela est vrai pour les apprentissages scolaires autant que pour tous les apprentissages de la vie (coudre, cuisiner, repasser, changer une couche, nettoyer, tricoter, jardiner, planter un clou, laver ses oreilles, faire un lit...).

Wonder woman peut alors remiser son costume, ses poulets sont entre de bonnes mains...



Ce billet vient en réponse (qui pourrait être bien plus développée, j'en conviens) aux questions de :

Enid "quel est le rôle ou la place des aînés dans les apprentissages des plus jeunes?"

Eiream "quel soutien vous apporte votre conjoint? Qu'attendez vous de lui?"

Anne "les rôles respectifs, selon ton expérience, du papa et de la maman dans l'éducation et l'instruction des enfants?"

lundi 1 février 2016

Résultats

Résultat du déménagement : plus de portable! Big bazar mais un grand plaisir d'être dans cette nouvelle maison confortable.

Résultat du tirage au sort : pas de photo puisque plus de portable...il va donc falloir me faire confiance et me croire sur parole...la gagnante est Enid !! Bravo et merci Enid d'avoir joué le jeu en publiant un article publicitaire sur ton blog !

Résultat des résultats précédents : il va falloir être un peu patiente pour recevoir ton lot...

J'ai pris note de toutes vos questions qui seront traitées dans le courante de l'année 2016. Belle journée à tous !