L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

vendredi 9 décembre 2016

L'épuisement maternel

Afficher l'image d'origine
Comme je l'ai expliqué dans un précédent billet, il serait illusoire de penser l'instruction en famille comme une panacée. Si tel était le cas, nous serions bien plus nombreux...Il faut avant tout voir l'instruction en famille comme une solution d'instruction-éducation parmi d'autres (école traditionnelle, école innovante, cours par correspondance etc...) et comme toutes ces solutions, l'instruction en famille a ses points faibles et ses points forts.
Nos blogs parlent beaucoup des avantages et peu des inconvénients. Bien souvent nous sommes en rupture avec nos choix précédents. Nous sommes donc tout heureux de faire part de nos sensationnelles découvertes en terme d'apprentissages, de relations familiales, d'organisation de vie. Mais croire que l'instruction en famille serait LA solution est tout à fait illusoire. C'est UNE solution ou LA solution PENDANT un temps donné, rien n'est jamais garanti sur la durée.

Ainsi, après avoir parlé d'un premier aiguillon dans le talon d'Achille de l'instruction en famille, en voici un deuxième : l'épuisement maternel.
En effet, l'instruction en famille, aussi joyeuse et sereine qu'elle soit, ne peut pas totalement gommer le fait que tout part et revient au parent instructeur, la plupart du temps, la mère
Bien souvent reposent sur nous: 
- le bon fonctionnement de la classe-maison. Ce qui induit sa préparation, la pédagogie que nous approfondissons en dehors des heures d'apprentissage, l'achat du matériel, la gestion des petits conflits entre les enfants, les râleries de ceux qui ne veulent pas s'y mettre, l'impatience devant celui qui ne comprend toujours pas comment poser sa division, l'exaspération devant celui qui renverse son verre d'eau sur son cahier...vous voyez? Soupirs...
- le bon fonctionnement de la maison. Ben, oui, ce n'est pas parce qu'on fait classe, que la maison se met à tourner toute seule...: les repas, les lessives, le rangement, les courses, le ménage, les conduites...toutes ces tâches doivent se faire...avec un double effet pervers: comme vous êtes tout le temps à la maison, il apparaît normal à tous que cela vous revienne (effet 1) et comme vous êtes tout le temps à la maison, vous avez peut être du mal à supporter que votre maison soit en désordre (effet 2).Gros soupirs...fatigue...
- les enfants : ils sont avec vous toute la journée, toute l'année. Et dès que vous devez vous absenter, vous les emmenez. Vous êtes leur interlocuteur principal. Vous êtes aussi l'arbitre des disputes, le censeur des gros mots, l'inspecteur des chambres rangées...pffff...

Si vous ajoutez à ces emplois du temps bien chargés, un blog, un engagement, un jardin, et l'isolement dont nous avons déjà parlé...vous finissez quand même par fatiguer...
Alors là, vous vous dites : et bien, prends du temps pour toi!
Oui, mais quand? Comment? Avec quel argent? Je n'ai pas la voiture! Je n'ai pas de baby-sitter disponible en pleine journée! Et puis pour faire quoi? Mes copines travaillent! Je suis sûre que vous voyez de quoi je veux parler...Grosse fatigue...

Pour peu, qu'en plus, vous ayez pris des engagements qui ne font pas l'unanimité, et là, c'est la cerise sur le gâteau ! Le déchaînement de critiques acerbes, de paroles blessantes, le lynchage facebookien, la mauvaise foi dégoulinante,  la méchanceté brute...enfin..bref...gros gros soupirs...
En même temps, que suis-je allée faire dans cette galère, mon bon Scapin?

Donc, oui, l'instruction en famille est une aventure formidable! Mais c'est une aventure! Avec tout ce que cela comporte! L'épuisement, comme la déprime (*dépression même parfois), le burn-out ou l'isolement social arrivent. Il importe de le savoir et il importe de réfléchir aux moyens que l'on peut mettre en place pour éviter ces écueils. Lesquels?
- Programmer des moments pour soi en fonction de ses moyens pécuniers. Cela va de prendre une journée, loin de chez soi à faire du shopping à prendre 30 minutes dans son canapé avec un bonne tasse de café et des écouteurs....L'essentiel est surtout de les programmer et de s'y tenir
- Faire du sport
- Programmer des échanges avec ses amis chaque semaine. Programmer ses appels téléphoniques, essentiel pour ne pas se sentir isolée (sauf si on aime ça...!)
- Accepter les jours sans instruction, les jours où on n'a pas envie, comme une bénédiction!
- S'organiser pour avoir une vie saine et équilibrée (sommeil, nourriture)
- Se mettre au tricot...oui, ça évacue le stress, il parait...pour les allergiques, faire quelque chose de ses 10 doigts quotidiennement...




10 commentaires:

Fargo a dit…

Et bien voilà un très beau descriptif de ma vie depuis 2014 lol!
Les journées sont très très chargées, l'école doit être faite et la maison tenue et bien évidemment les réflexions : ah bon tu es fatiguée mais dis-moi c'est bien toi qui voulais te lancer dans cette aventure!
J'en passe et j'en passe mais j'en aurais des kilomètres à dire ...

Non tout n'est pas rose en IEF, non tout ne roule pas tout seul (ah bon?) et parfois on se demande quand la journée va enfin être terminée. Pour moi le remède anti-stress : un bon livre en soirée (ah littérature!), les copines le mercredi après-midi et hier une heure chez le coiffeur, une heure rien que pour moi😉

Anonyme a dit…

Oh oui.... gros soupirs.........
Tout gérer, ne pas avoir le droit de se plaindre (on l'a choisi!), et pire : devoir sans arrêt se justifier, s'expliquer, raconter... et dire que "tout va très bien mme la marquise" en pensant "si je pouvais avoir une heure au calme ça irait quand même mieux"

Anonyme a dit…

Je signe des deux mains... ça s’exprime aussi dans le corps, comme le blocage qui t’empêche de te retourner dans ton lit ou d’en sortir (on comprend tout de suite mieux l’expression en avoir plein le dos). MERCI Laurence pour cet article, je ne ferai pas classe la semaine prochaine, C’EST DIT ! On va préparer Noël paisiblement, se recharger de bons moments partagés, finir le tricot du bébé que j'espérais lui mettre à Noël et qui n’avançait plus... goûter la joie d’être ensemble.
Un moment qui m’aide bien, c’est ma soirée lecture mensuelle où chaque amie apporte un livre qu’elle a envie de faire connaître aux autres.
Amaëlle

Vanou a dit…

Bon nous ne sommes pas encore vraiment en IEF puisque ma grande n'a que 4 ans mais je vois bien de quoi vous parlez ! Mon mari a un travail très prenant (médecin hospitalier) donc beaucoup de chose repose sur moi. Cette année j'ai trouvé un rythme qui me permette de me ménager un peu.
Le mercredi la grande va au bricolage et je fais donc les courses avec seulement le petit (2ans). Et le jeudi, je les dépose à 11h chez les parents (ça va qu'ils ne sont que 2 pour le moment), je peux aller faire 1h de sport, puis je mange dans la voiture et je vais 1 h à l'église pour mon créneau d'adoration, puis je rentre pour 2 h à la maison. En général, j'ai une liste d'envie longue comme le bras et au final je me pose sur la canapé pour lire ! Et je vais prendre le goûter chez les parents et récupérer les enfants. (En pratique mes 2 h sont régulièrement prises pour emmener la grande chez le dentiste).
J'ai beaucoup de chance d'avoir mes parents à proximité (10min à vélo) mais lorsque les enfants seront plus nombreux je ne sais pas comment je ferais. Déposer 2 voire 3 enfants chez des copains ça passe encore mais au delà c'est difficile effectivement, le risque étant d'en avoir toujours un avec soi.
Beaucoup de courage à toutes les mamans qui n'ont pas cette chance d'avoir un relais.
Servane

Papillons et libellules a dit…

Très bien résumé ;)

Anonyme a dit…

Article qui résume ma vie.Personnellement ce qui me manque c'est de ne pas être continuellement interrompu dans ce que je fais et "le silence". Le soir, quand ils sont couchés, je suis bien trop fatiguée pour en profiter. Pas le droit de se plaindre car on nous envoie tout de suite pourquoi tu ne les mets pas à l'école?

Mes enfants sont épanouis, j'aime à les voire partir à la chasse avec les arc qu'ils ont fabriqué, faire des expéditions dans la forêt à la recherche d'un trésor perdu ou jouer à Robinson crusoé en construisant leur cabane. ( j'ai la chance d'habiter en face d'une petite forêt). Ramasser, au fil des saisons, fruits, herbes et fleurs comestibles...pour en faire leur goûté ou leur repas...

Il faut que je vous laisse,mon fils de 5 ans a regarder un dessin animé "il était une fois l'Amérique", il est en train de se préparer pour partir à la chasse aux bisons et ses flèches sont un peu trop affutées à mon goût.

Bon courage à toutes, mon petit conseil,ne perdait jamais de vu pourquoi vous l'avait fait, ça m'aide à tenir les jours de grosse fatigue.

Aurait t-il eu le temps de partir en expédition s'il était à l'école? Aurait t-il été aussi enthousiasme à cette idée?

Gurmulette a dit…

Vous lire me fait du bien, je me sens moins seule dans ce quotidien choisi mais parfois lourd à porter.

Maman Griotte a dit…

Tout pareil ici!
;-)
Et surtout LE TRICOT! = le médicament anti stress et déprime pour moi!!!
6 enfants en IEF, et oui pas le droit de se plaindre.... j'ai choisit!
.... mais celle qui a aussi "choisit" d'en n' avoir "que" 3, et scolarisés, celle là ....a le droit de se plaindre! Et de tout! Et tout le temps!
Merci!

Fargo a dit…

Sainte et heureuse année à vous aussi.

Ophélie a dit…

Oh la la!
J'ai l'impression que vous avez écrit ce post pour moi! :)
Merci beaucoup, vous m'avez remonté le moral, je me sens moins seule!

C'est toujours un plaisir de vous lire . . .