Je réponds #2

Grandir au nid a dit :

"Parce que ces tests, il faut bien l'avouer, sont complètement inadaptés. Parce qu'ils ne prennent pas en considération les différences de contenus dans les apprentissages. Parce qu'ils sont très scolaires (et que mes enfants ne font pas d'exercices scolaires, ils vivent) et formulés avec des consignes très scolaires."
Dans ce cas, je vous invite, avant de rebouillir à nouveau, à lire ce que j'ai écrit dans la proposition 12 à savoir que les contrôles devraient s'appuyer sur les acquisitions réelles de l'enfant, j'y expose aussi une proposition de déroulement-type. Un déroulement-type clair et écrit permettrait de supprimer une bonne fois pour toutes les disparités qui existent dans les contrôles et qui sont une injustice avérée faite aux familles. Il permettrait également qu'aucune des deux parties puissent interpréter librement les textes, petites phrases et autres virgules. Il y aurait donc moins de démagogie, de passages en force, d'apriori positif ou négatif du côté des inspecteurs comme du côté des familles.
"On nous avait parlé d'un décret (c'est l'annonce faite le 30 mai aux associations). il n'a pas encore été publié car il n'est pas conforme à la loi."
Un décret d'application vient toujours après le vote de la loi, il ne la précède pas.
"Alors oui, le gouvernement a prévu de consulter les associations pour la rédaction de la circulaire. Il n'en fera rien. déjà, les circulaires sont des documents internes au ministère donc théoriquement ne nous concernent pas"
Dès lors que la circulaire est publiée au JO, elle nous devient opposable et applicable au même titre qu'une loi. Ce n'est plus seulement un document interne. C'est aussi pour cette raison que vous avez pu refuser les tests qui seraient illégaux, que vous exigez d'être informée un mois à l'avance de la visite de l'inspecteur etc...oui, ça marche dans les deux sens. Vous ne pouvez pas prendre la circulaire quand cela vous arrange et la rejeter quand ça vous dérange!
Si aujourd'hui j'écris aux sénateurs, si j'ai contacté des journalistes, si j'essaye de retarder les choses, c'est parce que tout cela suit une logique : nous allons, doucement, lentement, tranquillement, vers une interdiction de l'IEF.
En effet nous voyons la même issue malheureuse...mais nous avons choisi des chemins différents pour éviter que cela n'arrive.
Et malheureusement, je ne pense pas que Madame Vallaud-Belkacem soit prête à négocier quoi que ce soit.
Il s'agit là de supposition et de procès d'intention. Mais dans le fond, ça me rassure. Au moins, les lecteurs pourront voir que je ne suis plus la seule à qui on peut le reprocher...

Sandrine a dit
Je suis d'accord avec vous dans les grandes lignes sur les raisons de l'EN.
Mais je voulais réagir à votre dernière phrase : "Notons que je ne connais aucun lycée qui prenne en seconde un élève n'ayant pas eu son DNB"
Il n'y a pas obligation de décrocher le brevet pour intégrer le lycée. Si le conseil de classe a prononcé le passage en seconde, le principal ne pourra pas revenir sur sa décision au prétexte qu'on ne l'a pas obtenu. 
À l'inverse, si le conseil de classe s'est prononcé pour le redoublement, le fait que l'on soit titulaire du DNB ne changera rien à sa décision. 
Les textes sont clairs : "Le DNB est un diplôme qui atteste des connaissances acquises à la fin du collège et qui ne conditionne pas l'accès à une classe supérieure". (Sauf pour certains concours de la fonction publique)
Pour les enfants en IEF ou en établissement privé hors contrat, il faut passer un examen "de vérification des connaissances".
Je vais être plus précise, vous trouverez difficilement un lycée privé sous contrat qui prendra votre enfant IEF ou sans brevet en classe de seconde sans un test d'entrée (souvent plus difficile que le DNB...)

Lilou dit

Vous proposez "autre chose pour les autres" donc vous excluez volontairement une partie des enfants en IEF.
Les associations se battent pour faire respecter les choix de TOUS. Y compris les vôtres.
Ah oui? vraiment? les associations ne sont pas capables de s'entendre entre elles! La proposition de livret de l'UNIE a été accueillie par une fin de non recevoir par LED'A, LAIA, collect'IEF. Le collect'IEF milite, sans rire, pour l'absence de déclaration! Allez sur leur site vous y lirez des choses étonnantes...un article de Camille Buissonnière raconte son refus que l'inspectrice pose la moindre question orale à sa fille parce que ça s'apparente à un test ou un contrôle! Je vous invite tous à lire cet article, c'est très parlant. Et après c'est moi qui affabule, qui accuse à tort, qui amplifie un phénomène qui ne toucherait qu'une poignée de familles? Enfin la poignée est suffisamment large pour former un collectif  et organiser des actions!!!!!!
Les associations ne se battent pas pour mes choix. Elles ont une réelle action intéressante pour faire connaître l'IEF, pour y sensibiliser les gens. Pour le reste c'est plus discutable de mon point de vue. Ce que je constate c'est que pour l'heure : quelles soient leurs actions, cependant les contrôles ne sont pas unifiés sur l'ensemble du territoire, les vides juridiques demeurent et laissent place à des interprétations douteuses d'un côté comme de l'autre,  de ces faits il y a une très grande injustice de traitement des familles: certaines par exemple doivent se déplacer quand d'autres non, et quand elles sont ok pour des tests (qui ne sont pas illégaux) suivant les inspecteurs les temps sont très différents. Le statu quo ne permettra pas de gommer ces injustices.
Nous savons tous que les associations sont plus représentatives de l'informel que du formel ou des cpc, ce n'est pas un scoop et ce n'est même pas un reproche. Les familles "IEF formel" peuvent avoir une autre vision des choses, d'autres souhaits portés par d'autres personnes ou instances. C'est exactement comme la politique. Un parti politique défend des valeurs, des idées, un programme, il ne défend pas toute la population. Il oeuvre pour elle, pensant que c'est bien mais chacun est libre d'adhérer à un parti plutôt qu'à un autre pour faire avancer sa façon de voir les choses.

Pour le reste, je ne répondrai pas. Je suis un peu lasse...que ça déplaise à certains n'est plus mon propos. J'aurais pu ne rien publier, ne pas réfléchir, ne pas proposer et jouer la carte de l'indifférence. Mais ce n'est pas mon genre ! Je crois en ces propositions et je vais les pousser autant que je le peux. Je crois réellement qu'il manque un courant représentant ouvertement l'instruction en famille formelle qui souhaite un juste encadrement des contrôle et des rapports apaisés et durables avec l'EN. Je crois sincèrement que l'IEF est sur un siège éjectable et que si nous ne faisons rien pour stabiliser, nous irons à la catastrophe. Je n'ai pas besoin de l'approbation de tous, de savoir que nombreux sont ceux qui se retrouvent dans les idées que je défends me suffit pour tenir le cap! Je ne classe pas sans suite, bien au contraire!
Tous ces remous des derniers jours m'ont donné une quantité phénoménale de sujets à traiter dans des billets! J'en ai pour deux ans!!
Je tiens aussi à signaler que dans le désordre, sur les réseaux sociaux, j'ai eu à entendre que : 
j'étais complètement folle, que je jugeais, que j'étais intolérante et malveillante, que c'était des bêtises, que j'étais à la botte de l'EN, que forcément c'était une prof, que je n'avais pas réussi à me déformater, que j'étais sans doute trop vieille et que je ne connaissais pas les pédagogies alternatives (sic!), que je n'y connaissais rien puisque je ne pratiquais pas (oui, c'est comme l'héro, faut vraiment que je m'y mette pour vérifier si c'est dangereux ou pas...), que je n'avais certainement jamais lu John Holt (ben si, tous!), que je n'étais pas au courant des avancées de neurosciences, qu'elles n'avaient pas besoin de lire les autres articles du blog pour me cerner, que je ne respectais pas les familles unschooling etc etc... tout ces propos quasiment exclusivement par des mamans qui font du unschooling, qui refusent toutes les tests et qui, cynisme merveilleux, parlent de bienveillance et de tolérance dans les mêmes fil de discussion...

Commentaires

Sandrine a dit…
Il semble en effet grand temps que "l'ief formel" fasse entendre sa voix. Le post de Camille Buissonnière me consterne. C'est du pain béni pour tous ceux qui veulent limiter ou supprimer l'ief. Les critiques et les insultes, dont vous faites les frais, montrent à quel point la tolérance et le respect d'autrui ne sont que des postures pour certains.c'est une idéologie qui les guide et non pas le bien des enfants. Vous êtes lasse et je vous comprends parfaitement mais gardez courage car nous sommes nombreux et nombreuses à soutenir votre action.
Enid a dit…
Je n'arrive même plus à commenter, j'ai une sale sensation d'écho. L'argumentaire contre, on le connait, on a le même (à peu de choses près). L'argumentaire pour, on l'a entendu, on l'a défendu, je le défend.
Mais c'est vrai que ça demande de s'engager dans une voie où je ne pensais pas devoir mettre les pieds, museler mes instincts libertaires pour tenter de tisser un filet de sécurité dans lequel on puisse tous retomber sans se faire trop de mal quand loi+décret+circulaire vont nous être imposées à tous, quand le "trop scolaire" et les consignes "scolaires" seront imposés faute d'y avoir mis notre grain de sel. Quand les bons inspecteurs vont devoir faire de la merde et quand les connards et les boulets seront confortés dans leur pratique. AAaaaaaaaaaahhhh je me répète ! (et je n'aime pas ça).
Anonyme a dit…
Maman de 5 enfants, je suis agnostique et plutôt de gauche.
Mais comme Laurence, je tiens à sauvegarder mon droit à l'IEF.
J'adhère complètement à tout ce que dis Laurence et à ses propositions. C'est clair, intelligent, bien écrit.
Moi aussi j'en ai assez d'entendre et de lire certains propos, et je n'ai plus envie d'être politiquement correct.
je ne me reconnais pas tellement dans les associations, ni dans les gens confits de bienveillance et de tolérance mais dont les propos sont à peine compréhensibles tellement leur syntaxe et leur orthographe laissent à désirer.
Je ne veux pas être "défendue" ou "représentée" par des gens qui ne savent pas écrire, tiennent des propos approximatifs et jettent le discrédit sur toutes les familles IEF.
Un de mes enfants a été déscolarisé pour phobie scolaire en tout début de CP, pourtant elle était très à l'aise dans les apprentissages, elle était très appréciée des autres enfants. Comme pour tous les enfants non-sco, elle a eu a rencontrer des inspecteurs académiques et des conseillères pédagogiques chaque année, parfois sous forme d'entretiens informels, parfois avec quelques exercices (elle était étonnée à chaque fois de leur simplicité), avec des adultes plus ou moins bienveillants. Je lui faisais confiance et elle me faisait confiance.
Cette année, elle a choisi de passer le DNB. Nous n'avons pas pris de CPC et elle n'a donc jamais eu de notes de sa vie. Elle n'avait pas non plus bien sûr le bénéfice des notes de l'année. Elle a obtenu son DNB avec une mention bien. Ce qui rejoint ce que disait Laurence : ce serait un sacré pied de nez à l'EN si les enfants non-sco réussissaient leur brevet.
Arrêtons de croire les enfants incapables de faire trois exercices ou de répondre à quelques questions une fois par an. Sauf cas exceptionnel, on est en pleine idéologie. Les propositions de Laurence rendront les contrôles plus clairs, plus homogènes et il y aura donc logiquement moins de place pour l'arbitraire.
Comme l'a souligné Brune, qu'est-ce qui est pire : un contrôle une fois par an ou l'école obligatoire jusqu'à 16 ans ?
Non mais réfléchissez !
Soutenons Laurence dans ses propositions de bon sens, sa modération, sa bienveillance et son respect pour toutes les familles IEF.
Bénédicte

cindy a dit…
ah toi aussi tu es malveillante , ça nous fait encore un point commun mdr

J'ai eu exactement les mêmes réactions,commentaires et j'en passe sur mon blog et j'en suis arrivée à la même conclusion que toi , se sont toutes les familles "bienveillantes" qui balancent les vacheries .

Ces familles qui prônent "la liberté" d'apprentissage , ne tolèrent pas nos choix . Pourtant la liberté c'est bien de faire ce qu'on veut, non ?
Clotilde a dit…
Ce que ça peut faire du bien de voir que je ne suis pas seule ! Je baigne dans la "bienveillance" sur tous les groupes IEF, rien que le mot me donne de l'urticaire maintenant. J'ai remarqué que c'est souvent un pack "bienveillance" + unschooling + vegan, et ce sont probablement les gens les plus intolérants que j'aie connus.

Je fais du formel type Charlotte Mason, et je fais aussi partie des "malveillantes", puisque j'impose des choses à mes enfants, et je vais même jusqu'à les punir s'ils le méritent (je suis vraiment horrible).
Je ne peux pas parler pour les associations en France puisque j'habite en Belgique, mais j'ai constaté le même problème de sur-représentation du unschooling dans les groupes de partage et associations belges.

Accrochez-vous, il y a du monde derrière vous, et j'espère que vous ferez des émules.
Merci Clotilde ! Pourriez me contacter en mp, j'ai une petite proposition à vous faire

Articles les plus consultés