Et si on relativisait un peu...

Afficher l'image d'origine
breizh-info.com

Bien entendu, je ne me suis pas réjouie de l'absentéisme des députés, du vote du décret, des conséquences qu'il sous-tend.
Mais je n'ai pas non plus envie de me mettre la rate au court-bouillon, pas plus que de m'avouer vaincue (j'y reviendrai dans un autre billet).
Alors, simplement, si on relativisait un peu...

1. Le taux d'absentéisme des députés est révoltant !
En effet, ça l'est. Mais est-ce une découverte? ? Sommes-nous réellement représentés et défendus ? Et bien, non. Que pouvons-nous y faire là tout de suite, maintenant...et bien rien ! Oublions, et retournons au jardin, profitons de notre vie, de notre famille, de nos amis, voilà bien la seule chose à faire.
2. Le décret est un déni de la Constitution et de la démocratie. C'est affolant !
Oui ça l'est. Le cynisme de la situation est inouïe : NVB nous rebat les oreilles avec sa République mais s'assied sur le Constitution et le débat démocratique. Il y a certainement des actions à mener dans le sens de l'anti-constitutionnalité. Gageons qu'elles le seront. Que pouvons-nous faire? Adhérer à une association pour contribuer à l'action, communiquer chacun à son niveau. 
Mais relativisons: l'IEF n'est cependant pas interdite, les gouvernements passent, les décrets changent.
3. Notre liberté est morte.
Ce décret nous met en face d'une réflexion profonde à laquelle beaucoup d'entre nous n'avait encore peut-être jamais pris le temps de réfléchir: quelles libertés individuelles sommes-nous prêt à sacrifier au nom de la vie en société?
En découle une autre question : si nous refusons au nom de nos liberté individuelle, les contraintes collectives de la vie en société, nous devrons accepter beaucoup de moins...moins d'aides de l'Etat, moins d'allocations, moins de RSA, moins de Sécurité Sociale car la vraie liberté est à ce prix. Y sommes nous prêts?
Relativisons: notre liberté d'instruire nos enfants est-elle vraiment morte? non. Nous pouvons encore instruire nos enfants à la maison. Ce n'est pas interdit comme ça l'est dans de nombreux pays.
4. Nous serons obligés d'aller dans leurs locaux pour les contrôles.
Et alors ? D'abord ce n'est pas une nouveauté, c'était déjà possible et écrit dans la circulaire encore en vigueur. Rien de nouveau sous le soleil. Est-ce un problème? En tout cas, ça ne devrait pas l'être. Et rien ne nous empêche de "jouer les imbéciles" et d'arriver, comme je l'ai fait cette année, avec une valise à roulette d'affaires et d'insister pour que tout soit vu. Pour eux la phrase "nous vous invitons à venir avec les supports de l'enfant" est une formule de politesse ; je leur ai appris qu'on réfléchit avant de parler et qu'on assume ce qu'on écrit. Il faut aussi les mettre en face de leurs responsabilités.
Mais relativisons: ce n'est jamais que quelques heures dans une année...
5. Nous serons obligés de suivre les programmes de l'EN. Nous ne sommes plus libres de notre pédagogie. Les pédagogies dites actives en prennent un coup.
Relativisons: nous serions tenus d'atteindre les compétences à la fin de chaque cycle. Premièrement, ça nous laisse 3 ans pour y arriver à chaque fois. Il n'est donc pas question que l'inspecteur s'y réfère chaque année et c'est là-dessus qu'il faudra se battre. Deuxièmement, cela ne posera un réel problème qu'aux familles ayant fait le choix de l'informel pur ou des apprentissages autonomes ou aux enfants ayant une difficulté avérée, un handicap, une phobie. Pour tous les autres, bon an mal an, nous sommes à peu près dans les clous de l'EN. Les enfants montessoriens sont même souvent très en avance sur les programmes EN. Troisièmement, la plupart des inspecteurs savent encore s'adapter aux difficultés des enfants. Oui, ils ne sont pas tous idiots et méchants.
Relativisons: la proportion de cons et de gens bien est la même dans tous les secteurs, c'est aussi vrai pour le corps d'inspection.
Relativisons: nous avons à chaque fois des périodes de trois ans pour atteindre les compétences du cycle, nous sommes totalement libres des moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir. Et c'est là l'essentiel absolu.
Relativisons: les nouveaux programmes sont d'une telle médiocrité qu'il ne sera pas très difficile de les dépasser pour la majorité de nos enfants. On ne peut pas à la fois pester contre le niveau scandaleusement minable des nouveaux programmes et nouveaux manuels et craindre que nos enfants ne puissent pas les atteindre tous les 3 ans !
Relativisons:les nouveaux programmes ont tellement ouvert le champs au ludique, au concret, au transversal, qu'il y a vraiment moyen de le reprendre à son compte en IEF! soyons malins!
6.S' ils n'ont pas le niveau ils seront rescolarisés
C'est écrit nulle part! Il y a niveau et niveau.Aucun inspecteur ne demandera de rescolarisation si votre enfant maîtrise dans leur grande majorité les compétences dire-lire-écrire-compter. Si tel était le cas, ce sera facile à démonter! On ne demande pas un second contrôle parce que l'enfant ne connait pas la Marseillaise, ne dessine pas assez ou ne travaille pas suffisamment sur l'ordinateur !
Relativisons: en leur donnant un minimum de ce qu'ils veulent voir et entendre, nous repartons pour une année tranquille...un peu de saupoudrage bien amené de programmation informatique sans déroger à vos principes pédagogiques suffit à avoir la paix!
7.Nos enfants seront obligés de répondre à des tests.
Et alors? Est-ce si scandaleux que nos enfants aient à répondre à des questions écrites et/ou orales une fois par an? Ne sont-ils pas (dans leur grande majorité, je mets les cas particuliers type phobie à part) capables de surmonter l'appréhension de l'inconnu quelques heures? N'avons-nous pas confiance en eux? Pas confiance en nous? Nos enfants nous observent, nous pouvons facilement leur transmettre nos peurs, nos craintes, notre haine du système, notre détestation de l'inspecteur ! Mais l'inverse est tout aussi vrai !
Plutôt que de lutter vainement pour qu'il n'y ait pas de tests, luttons pour qu'ils soient bien conçus, adaptés et nos enfants préparés.
Relativisons:le droit existe, les procédures et les recours en cas d'abus sont possibles et dans leur très grande majorité, ils ne donnent pas raison à l'EN.
Relativisons:il y a des enfants qui vivent des situations bien pires que de répondre à des tests une fois par an ! Faut quand même rien exagérer!


Commentaires

cindy a dit…
je suis entièrement d'accord avec toi , il n'y a pas mort d'homme non plus .
Il faudra apprendre à lire ,bah oui mais bon je trouve qu'au contraire c'est très bien de forcer les familles sur ce point .

Les plus pénalisé seront ceux qui ont des petits chéris (souvent très mal poli) , élever dans la bienveillance pure et dure , qui tomberont face à des inspecteurs qui ne seront pas là pour se prosterner à leurs pieds .

Car c'est en devenu un sport national, bienveillance = je me prosterne aux pieds de mes enfants, ne vais jamais leur imposer quoi que ce soit!!

Eh bien, ces charmants enfants apprendront que dans la vie, il ne sont pas les rois et que répondre à des questions durant 1h ,ne tue personne
Lol .... moi je suis pour la généralisation nationale de ces tests et pourquoi on ne les feraient pas passer à tous les petits françai. Un bon moyen de valider ou non la compétence des parents à instruire leurs enfants ainsi que celles des profs. C'est clair que ce décret vise les unschooler ainsi que ce qui descolarise pour des questions culturelles.
Sandrine a dit…
Ce qui fait peur à beaucoup de familles IEF,c'est l'interdiction pure et simple du droit d'instruire ses enfants ou sa limitation à quelques situations bien précises (handicaps, ...)et je pense que l'on n'en est pas loin.
@Sandrine : la peur dans ce domaine est entretenue et amplifiée.Elle est irrationnelle et ne correspond à rien de tangible.Il n'y a pas d'interdiction et si restriction il y a, elle est en fait pas si grave que cela ! On peut tout à fait s'en accommoder et s'arranger avec leurs attentes sans faire tant de dégâts que cela et sans se trahir.
On n'a jamais été aussi près de l'interdiction en effet. C'est bien pour cela que les réactions excessives, le refus de compromis sont de grossières erreurs! Et je maintiens que l'augmentation des familles en unschooling, refusant les tests, (grève de contrôle et autres âneries) n'a rien arrangé voire même a conforté le ministère dans son dogmatisme. Il faut aussi se mettre un peu à la place d'un inspecteur qui arrive dans une famille qui accepte à peine qu'il parle à l'enfant, qui ne peut lui poser aucune question, que peut-il en penser? La famille qui avait été filmée en même temps que nous pour M6 est emblématique pour cela! C'est formidable fiston fait des avions en papier à partir d'un tuto sur sa tablette. Non mais franchement !! Le reste de sa journée? Il regarde des dessins animés !
Aurore Valantin a dit…
C'est toujours bien d'apporter un autre angle de vue, de relativiser et donc d'être plus dans la dynamique: je n'aime pas telle décision. Quels sont les leviers que je peux actionner à mon échelle ? S'il y en a, je les active. Ça évite de grogner non stop et de transmettre du négatif à nos enfants.
Myriam, gros bémol pour la généralisation des tests à tous les petits Français car ce ne serait pas du tête-à-tête avec l'inspecteur dans une ambiance informelle mais de l'écrit pur et dur bien codifié. Les petits Anglais en bouffent en year 2 (équivalent du CP ou du CE1) et en year 6 (équivalent du CM2). Et cette année, Michael Gove en a rajouté 1 concernant l'orthographe, en year 1 (GS ou CP). Et bien, c'est une catastrophe car ils sont mal fichus, orientés selon une réponse unique à laquelle l'adulte qui a pondu le test, s'attend. Sauf que bien des fois, il y a 2 réponses possibles. Il n'y a rien de mieux que les tests nationaux écrits pour 1/ bousiller toute une année d'apprentissages car les profs et les élèves n'apprennent que dans la perspective des tests et dans le format du test (horrible pour le développement de la pensée personnelle, l'ouverture d'esprit et la créativité!!!); et 2/ pour dégoûter d'apprendre. Je te dis ça car mon 2nd est en train d'essuyer la réforme de l'école anglaise, cette année avec liste de mots à apprendre par coeur (en GS !!!)du type "creature, treasure, position, high, etc...")chaque semaine, quizz (=test) chaque semaine. Comme il y a la perspective du test, au lieu d'aborder un nouveau sujet d'apprentissage en explorant sur plusieurs semaines différentes méthodes, seule 1, voire 2 méthodes, ne sont possibles. Bref, les tests, c'est bien si c'est fait avec un inspecteur pour un enfant avec papa ou maman à côté, mais c'est une catastrophe si c'est seul devant une feuille, comme au Bac, et ce dès la GS !
Martine42 a dit…
Bonjour,

Je suis à 100% d'accord avec Cindy et "Les échappés du bocal" !J'aime beaucoup la réflexion sur le petit chéri qui ne verra pas l'inspecteur se prosterner à ses pieds , et l'idée de la généralisation des tests aux petits français (le résultat ne devrait pas être terrible, terrible ).

Il y a "plus pire" comme dirait les enfants !
Martine42
Sandrine a dit…
C'est sûr que les familles qui prennent le prétexte du unschooling pour laisser leurs enfants en "jachère" font beaucoup de mal à l'IEF. Je me souviens parfaitement de la famille du reportage de M6. C'était lamentable et dans des cas comme celui-ci, l'Etat devrait intervenir. Le comportement hystérique de certaines familles face au moindre contrôle jette la suspicion sur toutes les autres.
Véronique a dit…
Ton point n°4 m'a fait sourire : j'avais deux gros sacs "de courses" pleins à craquer de supports, l'inspecteur les a portés... Et il en a eu tellement à voir ! Au bout d'un moment, il a jugé en avoir assez vu...je lui ai fait remarquer qu'il avait encore beaucoup de choses à voir, qu'il n'avait pas vu l'éducation civique...et je lui ai tendu tout le reste. (En réalité, il a survolé beaucoup de choses) mais on a bien échangé !
Et il a même pris des références de livres qu'il trouvait sympas !
Mais il m'a dit: inutile de vous charger comme ça l'année prochaine, je me souviendrais de vous... Un seul cahier suffira !

Mais tu sais quoi ? L'année prochaine je serai peut être encore plus chargée!!!
Anonyme a dit…
J'ai eu un coup d'humeur sur la façon dont s'est déroulé le procédé du vote. Je suis certaine que les coulisses politiques sont complexes, et que les absents de l'Assemblée sont sans doute occupés ailleurs, et non en train de se prélasser les pieds en éventail... Mais tout de même, un décret adopté par moins de 6% des députés, cela me pose question... Tout comme l'adoption de la Réforme des collèges s'est opérée contre les voix les plus éclairées de ce pays... Cela aussi pose question...

Je ne me mets pas la rate au court bouillon ;) J'ai par contre eu un mouvement d'humeur à chaud après le vote...

Je ne redoute pas du tout les conséquences du décret. Je réponds à l'inspection toujours comme un bon petit soldat et m'adapte toujours aux contrôles (chez moi ou à l'Académie, je dis oui) J'ai confiance en mes enfants. Mais, je redoute davantage la proposition de loi Ciotti.Celle-là verrait la disparition de l'IEF... Alors, quand je vois ces décrets adoptés dans ces conditions, je ne peux m'empêcher de frémir un peu...

Il faut voir ce qu'on impose aux profs de collège et le massacre en dépit du bon sens que l'on fait du collège, et ce malgré les mobilisations diverses... je vois mal en quoi une poignée de petits gaulois irréductibles seraient mieux entendus quand on sait que ce gouvernement aimerait trop arracher les enfants au déterminisme familiale. Alors, rester mobilisé? Moui, bien sûr...Mais j'ai perdu l'illusion que cela changera quoique ce soit, bien que je ferai tout ce qu'il faut...

Je suis bien loin de vouloir défendre bec et ongle une liberté de l'enseignement sans contrôle... Les contrôles me semblent une procédure saine et normale.

Après, je suis passée à autre chose... L'été est là. Je prépare mon année en toute sérénité...

Brune
Anonyme a dit…
En réponse à la peur entretenue, je dirais que le danger existe bel et bien ... Lisez la loi Ciotti: l'autorisation de l'IEF se ferait à la façon du CNED réglementé: pour des raisons médicales ou sport de haut niveau...
L'interdiction d'IEF en Europe existe déjà: l'Allemagne, la Suède...

Brune
Anonyme a dit…
Je suis désolée de polluer ainsi tes commentaires mais j'apporte ici l'article 4 de la proposition de loi de Ciotti pour bien rendre compte de ce qui nous attend, sachant qu'il y a deux ans, le Sénat a déjà approuvé ces mesures:

"En 2010-2011, en France, 18 818 enfants étaient instruits à domicile, dont 5 063 en dehors d’une inscription réglementée au Centre national d’enseignement à distance (Cned). Cela représente une augmentation de 54,6 % en trois ans.

Ce phénomène a été rendu possible par les nombreuses lacunes dont souffre notre législation. L’article L. 131-1-1 du code de l’éducation se borne à prévoir que « l’instruction obligatoire est assurée prioritairement dans les établissements d’enseignement ». Cela apparaît largement insuffisant : le renforcement de l’obligation scolaire est indispensable pour assurer le droit de tous les enfants à l’instruction, à l’éducation et pour favoriser l’épanouissement de leur personnalité. Dans un contexte de menace terroriste inédite couplée à un développement sans précédent du communautarisme, il est indispensable que le contrôle de l’État sur l’éducation de tous les enfants soit renforcé.

Aussi, l’article 4 soumet l’instruction à domicile à l’autorisation préalable de l’inspecteur d’académie qui ne pourra y donner droit que dans l’une des hypothèses suivantes :

– l’exigence de soins médicaux,

– situation de handicap en attente de scolarisation dans un établissement médico-social,

– activités sportives ou artistiques,

– parents itinérants,

– éloignement géographique d’un établissement scolaire."
Une fois n'est pas coutume je ne partage pas ton avis Laurence.

C'est extrêmement grave au contraire.

Ce décret donne les pleins pouvoir à l'inspection académique pour organiser les contrôles.

-Absolument rien ne dit que le lieu du contrôle sera dans l'académie. Ils peuvent parfaitement décider demain de faire passer les tests à Paris, trifouillais les oies ou je ne sais où. Ce serait bien commode d'ailleurs. Et non, les familles n'ont pas "qu'à s'organiser", nous ne sommes pas à leur service (ce n'est pas moi le "service public" ;-) ). S'ils veulent vérifier la réalité de l'instruction ils sont les bienvenus, mais c'est sur le lieu de l'instruction, surtout quand ils prétendent vouloir lutter contre les dérives sectaires (ça, ça se voit in situ)

-non je ne me ferai pas une joie de me rendre avec mes quatre enfants et quatre valises de documents juste pour voir leur tête. J'ai autre chose à faire.

-Absolument rien ne précise que ce sera en présence de papa-maman (Aurore Valentin, tu sembles convaincue que ce sera le cas. Or aujourd'hui de nombreuses familles se battent pour que les tests se fassent en leur présence, cela génère déjà d'énormes conflits. Maintenant que l'IA a les pleins pouvoirs quant aux modalités, qui vous dit que vous serez acceptés durant le contrôle?)

-Rien ne précise non plus que ces contrôles seront informels. c'est à eux de définir les modalités, de manière unilatérale. Ils peuvent proposer un quizz, un devoir sur table de 4h pour un enfant de 7ans, un grand oral à la chaîne devant une commission de "spécialistes". Absolument tout cela s'est déjà produit, sauf que c'était illégal. Si ce décret passe, ce sera tout à fait légal.

-non, les familles qui assurent ne sont pas à l'abri. Elles sont au contraire encore plus vulnérables qu'avant. Je crois Laurence que tu fais partie du sérail, et que tu as à leurs yeux la plus parfaite légitimité. Si le reportage sur ta famille reflète la réalité tu as une véritable salle de classe chez toi et tu es totalement dans ton rôle de maîtresse. Comment te reprocher de ne pas être qualifiée alors que l'éducation nationale t'a elle même formée? Ce serait un comble! Tes inspections ne peuvent pas mal se passer. Je ne suis pas sûre que cela reflète la réalité des familles home-scolarisantes. La condescendance à l'égard des parents "non diplômés de l'éducation nationale" est bien réelle ;-) . Beaucoup d'inspecteurs ont un côté "c'est un métier, il faut être formé pour ça, on ne s'improvise pas enseignant..."

-enfin j'aimerais avoir ta confiance en notre justice et en notre système éducatif, et croire qu'une personne qui n'a rien à se reprocher peut dormir tranquille. Ce décret n'a évidemment pas pour objet de limiter le taux d'illettrisme (si c'était un problème pour le gouvernement il serait résolu depuis longtemps) ni de limiter la montée de l'islamisme (sinon on commencerait par fermer certaines mosquées ouvertement radicales). Il s'agit de remettre un maximum d'enfants à l'école. En dissuadant les familles qui hésitent et en emmerdant les autres.

Bref, entièrement d'accord avec Myriam Dubocal: plus de contrôles? Pourquoi pas! Mais avec des modalités définies à l'avance et pour tous les enfants. Par exemple un examen national à 10 ans pour vérifier que tous les enfants savent lire, écrire et compter, et éviter qu'on se retrouve avec des analphabètes au collège.

En attendant non, je ne me réjouirai pas, et je ne dédramatiserai pas non plus.
Carine a dit…
Méconnaissances et préjugés concernant les apprentissages autonomes quand vous dites " cela ne posera un réel problème qu'aux familles ayant fait le choix de l'informel pur ou des apprentissages autonomes ou aux enfants ayant une difficulté avérée, un handicap, une phobie", c'est sûr que c'est plus simple de nous mettre dans le même sac nous qui faisons du unschooling! En informel, les enfants apprennent énormément et durablement, notre inspecteur a été très impressionné et ravi, et en acceptant sans soucis notre refus des tests, car pour lui " cela n'avait plus de sens"!!! Ce serait bien de ne pas donner son avis et juger quand on ne connait pas ;-). Carine
Carine Riegel a dit…
Merci Petits Homeschoolers pour ton message qui est si juste, je partage entièrement ton point de vue! Carine
Aurore Valantin a dit…
Juste pour éclairer 2 points en réponse au commentaire de Laura (Petitshomeschoolers):

- pourquoi appuyer, ici et sur FB, que Laurence fait partie du sérail (en gros, elle est prof comme à peu près la moitié des parents IEF!)? Pour lui donner moins de légitimité ? Et t'en donner plus ?
Toi aussi, Laura, tu as fait partie du sérail. Tu as été formée par l'EN. Tu es professeure des écoles même si tu t'es vite échappée du "sérail" comme tu dis. Alors pourquoi ne pas l'assumer ?
Je trouve que les propos de blogueuses comme Laurence ou Émilie (Poule ou coq) gagnent en légitimité car elles avancent à découvert sur la blogosphère et connaissent les qualités et les défauts de chaque parti en n'hésitent pas à pointer ce qui ne va pas dans chaque parti et en essayant de trouver des solutions pour y remédier.

- au sujet de ta proposition de tests nationaux pour tous les enfants à 10 ans. Suis-je partie depuis si longtemps ? Les tests nationaux du CE1 et du CM2 n'existent plus ?

Et, réflexion personnelle, à toujours regarder ce qui ne va pas et ce qui est négatif, on attire le marasme et le négatif. ;-)
Merepoule a dit…
Martine42 et Aurore Valentin auriez vous la gentillesse de me contacter par mail svp?

Articles les plus consultés