L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

jeudi 28 février 2013

Fin du congé parental ?

A faire circuler le plus largement possible et faire signer la petition jointe
logo mmmf

A tous ceux qui pensent que le congé parental fait partie des atouts de la politique familiale française,

Najat Vallaud Belkacem veut présenter une "grande réforme du congé parental" le 8 mars prochain. Elle a répété plusieurs fois qu'il s'agissait de permettre aux femmes d'être indépendantes et que pour cela, il ne fallait surtout pas leur permettre de s'arrêter de travailler pour s'occuper de leurs enfants ce qui briserait leur carrière.
Elle veut donc réduire le congé parental pour le limiter aux 1 an du bébé avec "réservation" de la moitié du congé pour le papa au nom de la parité professionnelle...ce qui pourrait vouloir dire 6 mois de congé maximum pour les mamans (et même 3 mois maximum au 3eme enfant !).
A noter qu'en parallèle elle envisage de surtaxer le travail à temps partiel pour "arracher" les femmes au "piège" du temps partiel.
Et comme il s'agit aussi "d'arracher les enfants au déterminisme de leur milieu familial, social et culturel" comme l'ont dit récemment plusieurs ministres au sujet du projet de loi de mariage pour tous, vous voyez qu'il est temps de réagir.

De très nombreux parents en congé parental commencent à se mobiliser. Des dizaines de blogs commencent à se faire l'écho de cette réforme.
Une maman blogueuse a mis en ligne une pétition qui à ce jour réunit déjà plus de 3000 signatures.
Le Mouvement Mondial des Mères que je préside a écrit aux différents ministres concernés ainsi qu'aux partenaires sociaux (Medef, CGT, CFTC, FO,...) qui négocient actuellement avec le gouvernement sur ce sujet.
Je suis reçue par un conseiller à Matignon ce mardi. Très prochainement par le Medef et la CFTC.
Nous allons rappeler que le congé parental fait partie des atouts de la politique familiale française. Il ne s'agit pas de pousser des parents à le prendre mais bien de permettre à tous ceux qui le souhaitent de pouvoir le faire aussi longtemps qu'ils le souhaitent jusqu'à l'entrée en maternelle de leur enfant.
Quand on sait en outre qu'on verse à un parent en congé parental environ 350 € par mois alors qu'une place de crèche coûte près de 1.200 € par mois à la collectivité.... nous avons quelques arguments pour nous faire entendre dans un pays qui a plus besoin de faire des économies que de nouvelles dépenses.

Mais pour être entendu, il faut représenter "du monde". Plus vous serez nombreux à signer la pétition ci-dessous et à la relayer, plus nos chances de succès sont grandes.
Peuvent signer tous ceux qui veulent le maintien du système actuel...pas seulement les parents actuellement en congé parental.

mardi 26 février 2013

Citation

Afficher l'image d'origine
"Fleuris là où le Seigneur t'a planté"

Saint François-Xavier

dimanche 24 février 2013

Je réponds #4

Pourquoi il vaut mieux une méthode syllabique plutôt que globale  ?

Je dirai qu'il vaut mieux une méthode pluri-sensorielle que globale. Le global et le semi-global ont fabriqué des générations entières de pseudo dyslexiques et ont fait la fortune des orthophonistes...! L'explication est à chercher d'abord du côté de la science, de la neurologie, des études du cerveau.
Je ne suis pas suffisament calée pour en faire ici un exposé, je vous propose donc de lire  l'article suivant http://dr-wettstein-badour-etude-2006.blogspot.fr/.
Il en existe bien d'autres...!!
 
Prochainement j'éditerai des posts sur l'apprentissage de la lecture mais cela demande beaucoup de temps pour la rédaction, ne m'en veuillez pas d'être un peu longue.

jeudi 21 février 2013

Je réponds #3

Comment réussissez vous à convaincre vos enfants de passer autant de temps dans la salle de travail? J'ai beaucoup de mal à obtenir 1h de travail quotidien avec mon petit de 7 ans, et cela tourne systématiquement au conflit.

1) Pour les plus jeunes, les horaires de classe sont en général : 9h-11h / 13h30-16h00 soit 4h30 par jour. Ce n'est pas énorme !
Je pense qu'ils sont heureux d'y rester parce qu'ils y sont habitués depuis toujours d'une part et d'autre part parce qu'elle est agréable, spacieuse, bien garnie et qu'ils y dessinnent, peignent, bricolent, jouent, cousent etc...bref c'est LEUR pièce.
 
2) Ils rechignent à y aller le matin surtout quand ils ont commencé des jeux dans leur chambre mais ils savent aussi qu'il n'est pas question de discuter! Une fois lancés, ça roule, ils connaissent le programme et les horaires et savent que s'ils finissent vite et bien c'est tout bénef pour eux ! Les activités ritualisées sont importantes à cet âge, elles ponctuent leur journée et leur permettent de savoir où ils en sont.
 
3) la matinée se termine toujours par une lecture offerte qu'ils espèrent avec impatience mais ils savent que s'ils n'ont rien fait de la matinée, ils n'auront pas le temps d'en profiter. Jeune Poulet est maintenant capable de lire son programme de journée et de me dire : je vais faire ça et ça le matin et garde telle activité plutôt pour cet après midi. Mais je le conseille parfois de manière à ce qu'il ne garde pas tous les exercices écrits à faire à la suite parce qu'il y aurait lassitude et le travail serait mauvais.
 
4) la nature des exercices jouent beaucoup : il faut des activités "réalisables" en 15/20 minutes au départ ( l'enfant peut mettre plus de temps que prévu mais ce n'est pas grave) tantôt français, tantôt maths, tantôt éveil, tantôt manipulation, tantôt mémorisation, tantôt orale, tantôt écrite etc...
 
5) Il est parfois nécessaire de commencer par des programmes à échéances courtes- c'est ce que je fais avant 5/6 ans : je donne le programme du matin en début de matinée puis en début d'après midi le programme de l'après-midi. Cela parait moins "indigeste" à l'enfant.
 
6) Suivant les jours et l'enfant, j'ai appris à m'adapter mais je refuse de "perdre" la journée. On peut alléger mais on va jusqu'au bout tout de même. Une journée n'est pas tout à fait perdue si, pour mon CP, il a fait une activité de lecture, une d'écriture, une de maths, une d'éveil. Il va de soi qu'il ne faut pas que ce soit ainsi tous les jours sinon le programme de CP ne sera pas couvert ! Mais ainsi tout le monde, à commencer par moi, reste de bonne humeur et confiant pour la suite.
 
7) Autre solution qui fonctionne si on n'en abuse pas (comme toujours) : tu finis ton écriture et après on pourra passer à la science. Comme il aime et qu'il sait qu'il est prévue une expérience, il ne rechignera pas. Et peu à peu, en tous cas au poulailler, le pli se prend.
 
8) Enfin, plus en profondeur, il faut toujours s'attacher à entretenir la curiosité de l'enfant, sa soif de découvertes, sa satisfaction de connaitre, son emerveillement au beau ; mettre en valeur ses réussites, le valoriser et lui montrer combien c'est agréable pour lui de savoir de nouvelles choses et de les maitriser et que le mérite lui en revient totalement. Cela ne se fait pas seulement dans la cadre de la salle de travail mais tout au long de son éducation quotidienne, pour toutes sortes de choses et c'est encore mieux si le papa peut rajouter une couche !

Je réponds #2

Comment réussissez vous à être présente pour plusieurs "petits" en même temps. Comment accompagnez vous les apprentissages de deux à trois enfants de 3 à 7 ans,en restant calme, souriante et efficace ?

1) Je ne suis pas toujours calme, souriante et efficace. Il m'arrive de m'impatienter, de me fâcher aussi et même d'être totalement inefficace. En règle générale, je suis d'humeur assez égale...!
Pour bien accompagner les apprentissages des petits, il me faut :
- bien préparer leur programme, de cette façon, j'évite les temps morts au moment de se mettre au travail. Ils savent ce qu'ils ont à faire et s'y mettent rapidement. Cela évite les dispersions, les énervements.
- prévoir une alternance dans la journée d'activités autonomes, de réinvestissement, et des découvertes, de l'écrit et de l'oral, des applications variées et des répétitions pour consolider etc..ils peuvent ainsi se raccrocher à des choses plus faciles ou plus agréables et la journée passe plus vite!
- nous commençons par la prière et le calendrier.C'est très ritualisé mais rassurant et calmant. Puis vient la "mise en route" où chacun prend connaissance de ce qu'il a à faire.
- j'ai exigé peu à peu des enfants qu'ils apprennent à attendre leur tour, à se déplacer en silence, à parler pas trop fort.Tout ceci maintient une harmonie dans la classe qui est essentielle avec des petits.
- et plus personnellement : je me couche tôt, j'ai identifié mes périodes efficaces et moins efficaces dans une journée (voilà pourquoi je douche mes enfants le matin, plutôt que le soir par exemple), et surtout je me ménage des temps pour moi dans la journée, des journées off dans le mois.Tout ceci permet de se ressourcer et rester disponible et souriante. Enfin la prière est une grande aide.
- la maison est très organisée cela me permet de dégager du temps pour moi facilement sans culpabilité et sans stress.
- quand je sens que la journée ne sera pas bonne, je mets tout le monde en vacances ou improvise des activités tout autres que la classe. Le lendemain est souvent particulièrement efficace.
 
2) Je ne suis pas présente pour plusieurs en même temps, j'alterne les activités autonomes et celles qui necessitent ma présence. Les enfants savent aussi s'occuper quand je ne suis pas disponible. Quand je suis déjà avec un enfant, les autres se dirigent vers une activité autonome en m'attendant.
 
3) Le fait d'inscrire au fur et à mesure personnellement le travail effectué et sa propre évaluation est encourageant pour eux : ils voient l'avancée de leur travail, leurs progrès  et permet un lien régulier dans la journée avec moi. Je passe à la table ou sur le tapis et viens voir ce qui est fait, est en cours ou rappelle ce qu'il faudrait faire rapidement. Je commente aussi leur évaluation que je valide ou invalide.
 
4) Un enfant ne doit pas rester trop longtemps seul sans que nous nous intéressions un minimum à ce qu'il fait. Concrètement, c'est simple et rapide à mettre en place : pendant que je suis en lecture avec Jeune Poulet, je jette un coup d'oeil sur ce que font les autres et j'envoie un petite phrase du style, "attention de ne pas dépasser, X", " tu n'oublies pas de demander si ça ne va pas, Y" etc.. L'enfant sent alors qu'il n'est pas ignoré ou oublié.
 
5) Enfin, jusqu'à 4 ans, j'en demande peu aux enfants dans la classe.Mon objectif est davantage de leur laisser intégrer les règles de vie : la concentration, la gestion du bruit, de l'autonomie, ranger/déranger.Ils alternent des périodes de travail et des périodes de jeux dans leur chambre ou des activités ludiques (type puzzle, dessins) dans la classe.

mercredi 20 février 2013

Vertu de Février

La disponibilité


Que signifie être disponible ?
Quand sommes nous disponibles? Doit on le décider ?
Que veut dire avoir l'esprit disponible ?
Que faire de cette disponibilité? A quoi sert elle ? Disponible pour qui ? pour quoi ? pour moi ?
Est elle un frein à l'efficacité ?
Devons nous être disponible ?
En tant que maman, suis je suffisamment disponible? Que devrais-je faire pour l'être davantage ? (suggestions des enfants...!)
En tant qu'enfants ? (suggestions de maman ..!) En tant que frère ou soeur? En tant qu'épouse ? En tant que chrétien ? En tant qu'élève?

Bonne Réflexion

Rubrique : Je réponds

Pour ceux et celles qui auraient une question à poser et qui souhaiteraient un éclairage de Mère Poule mais aussi des visiteurs de ce blog pour les accompagner dans leur réflexion,
Vous pouvez envoyer votre / vos question(s) par mail : fredericfournier22@orange.fr
Je me ferai un plaisir d'alimenter régulièrement cette rubrique.

lundi 18 février 2013

Je réponds #1

"pourquoi ne laissez vous pas les enfants compter avec leurs doigts ?"
et question sous-jacente : "avec les doigts, un boulier, ou des barettes de perles, c'est pareil !"

1) Et bien non, ce n'est pas la même chose. Dans le cas du matériel, l'enfant doit d'abord se donner le mal d'aller chercher puis ranger le matériel. Si bien qu'il cherchera d'abord à trouver sans matériel et n'ira le chercher que si besoin est. Ensuite il sait aussi inconsciemment que le matériel ne sera pas toujours là pour l'aider, c'est temporaire. Dans bien des situations, il ne disposera de rien pour calculer si ce n'est son esprit. Peu à peu, très progressivement, il apprend seul ou avec de l'aide à développer des stratégies de calcul mental rapide. Dans le cas des doigts, il comprend vite que, par essence, ils seront toujours à sa disposition sans fournir d'efforts. Il ne cherchera jamais à développer des stratégies de calcul mental rapide.
 
2) Dès lors qu'on laisse un enfant compter avec ses doigts  au lieu de s'appuyer soit sur des tables apprises, soit sur des stratégies, il le fera systématiquement et ne fera pas l'effort ni de réfléchir ni de mémoriser.
 
3) Viendra ensuite la maitrise des techniques opératoires. L'enfant pose alors systématiquement les opérations et si l'on n'y prend pas garde (ou s'il est à l'école ...! Lol), il ne cherche plus à calculer rapidement, il cherche à poser l'opération dans sa tête ! On observe alors des comportements du style : 13-4 = ? Et l'enfant vous dira alors "3 - 4 c'est pas possible, il faut mettre une retenue "...!!!
 
3) par stratégies, j'entends par exemple :
- regrouper pour faire 10 parce que c'est plus facile, par ex : 7+5+3+1, je regroupe 7 et 3 qui font 10 et 5 et 1 qui font 6 donc cela fait 16
- décomposer dans sa tête les nombres, puis procéder à des regroupements, par ex : 34+22 = 10+10+10+4+10+10+2=50+6=56
- inverser les opérations, par ex 8-2, je sais par coeur que si 6 et 2=8 donc 8-2=6
- ajouter 9, c'est ajouter 10 et ôter 1
- ôter 9, c'est ôter 10 et ajouter 1
- diviser par 2, c'est prendre la moitié. Ainsi je peux décompser et diviser, par exemple 54:2, la moitié de 50, c'est 25, la moitié de 4 c'est 2, donc la moitié de 54 c'est 27. Vous n'imaginez pas le nombre d'enfants qui ont poussé des cris effrayés "han,il faut que je pose la division dans ma tête ! Mais je n'y arriverai jamais...!"
Je ne vous donne là que quelques exemples très simples, la liste est longue et plusieurs stratégies sont possibles pour un même calcul.
 
Quand l'enfant compte sur ses doigts, son esprit n'est  jamais disposé à faire l'effort de mémorisation (du style 5 et 4, 9) ni celui de réflexion, l'enfant n'en prend pas l'habitude et ses compétences en calcul mental ne progressent pas. Voilà pourquoi, il faut lui demander de ne pas compter sur ses doigts et lui montrer comment faire autrement.

dimanche 17 février 2013

Les maths pour les 4-7 ans

Pour ma part, n'ayant pas la formation, pas l'intégralité du matériel, pas toujours le courage pour des présentations soignées et une progression "normée", pas l'envie non plus de passer l'intégralité de ma journée dans la classe (et les poulets non plus !), j'ai opté pour un mix Montessori/conventionnel intelligent. Un peu comme l'agriculteur cale devant les exigences du label bio et opte pour du raisonné ....
Nous entrons dans les mathématiques avec du Montessori pur : (entre 3 ans 1/2 et 5 ans)
les barres rouges et bleues
les jetons rouges
l'escalier des perles colorées
la table de Seguin I
Le serpent positif et négatif
additionner et soustraire de petites collections d'objets
présentation du système décimal et premiers échanges à la banque
Une fois tout ceci bien en place (vers 5 ans), nous poursuivons avec Montessori (les chaînes, le tableau de 100, les opérations avec les perles, les timbres, la table de SeguinII etc...enfin la progression habituelle) et un fichier CP qui permet à l'enfant de travailler seul plusieurs fois par jour, d'avoir une trace écrite à présenter, de consolider les connaissances et de les mettre en application, de développer des techniques de calcul mental. L'enfant a ici, l'âge d'être en GS.
J'utilise ce fichier de la manière suivante : aucune nouvelle notion n'est directement abordée par le fichier. J'ai anticipé avec du matériel concret et lorsque (et seulement lorsque) l'enfant maîtrise ou est en voie d'acquisition, il peut travailler en parallèle avec le fichier.
L'autre avantage du fichier est de me permettre de ne pas oublier certains types d'activités : dictée de nombres, calcul mental dans des situations diverses, tracés géométriques, la monnaie etc...
Ce fichier est bien fait et permet un approche concrète des notions.Par ailleurs, s'il est bien utilisé, il développe très vite les capacités de calcul mental des enfants notamment grâce aux groupements pour faire 10. La répétition des exercices aident à la mémorisation.
Arrivé à 6 ans, en CP donc, mes enfants poursuivent ce fichier qu'ils n'ont généralement pas terminé à l'issue de l'année précédente, avec Montessori et nous introduisons alors la méthode Singapour qu'ils suivront jusqu'à la fin du primaire.
Le niveau de ce fichier est au dessus de Picbille, voilà pourquoi j'attends que l'enfant ait acquis un peu de maturité et de connaissance avant d'entrer dans cette méthode. J'y affectionne particulièrement le travail de réflexion qu'il suscite chez l'enfant. Dès les premières pages, l'enfant devra résoudre des problèmes. De la même façon que précédemment, nous entrons toujours par le concret Montessori.
Les enfants aiment beaucoup travailler sur ces fichiers. Et il arrive que le passage à l'abstraction se soit fait rapidement, et qu'ils voient parfois dans le matériel une contrainte inutile. Dans ce cas, je ne m'éternise pas. Ce fût le cas pour Jeune Poulet et les tables d'addition avec les réglettes. Arrivé à l'étape 5, la mémorisation était partiellement faite et pour les tables d'addition, Jeune Poulet a préféré les écrire et les apprendre par coeur, il trouvait ça plus simple et plus rapide, moins contraignant que la manipulation. Par ailleurs, Picbille revenant dessus à peu près à toutes les pages, la mémorisation se fait progressivement et sans douleur !

vendredi 15 février 2013

Réaménagements

Comme j'en avais assez de coudre dans un demi-placard sombre, j'ai squatté le fond de la salle de classe. Pendant les vacances de Noël, j'ai donc aménagé un atelier pour moi et pour mes grandes filles qui ont reçu une machine à coudre pour Noël.
Pour gagner de la place, il a fallu vider! J'ai donc fait du tri dans le matériel car je me suis aperçue qu'un certain nombre de matériels nous servait très trop peu et qu'il prenait la poussière sur les étagères... Cela ne devrait en principe pas être le cas mais je ne fais pas du 100% Montessori avec mes enfants et certains matériels que je pensais leur être utiles ne les ont pas aidé, sans doute présentés trop tard ou mal présentés...Dorénavant ils prennent la poussière au grenier !
 
Le coin a réduit de moitié mais c'est en fait suffisant !



Tous les livres de la classe ont été regroupés sur un même pan de mur, notre CDI à nous !
 
 
 Mère Poule et ses poulettes peuvent coudre dans de bonnes conditions !

 
Maintenant je peux raccomoder le linge pendant qu'ils travaillent seuls !

jeudi 14 février 2013

L'indispensable du matin

Quelle que soit le timing du matin, jamais une journée de classe ne commence avant que les tâches suivantes ne soient effectuées. Si bien que parfois nous commençons à l'heure (vers 9h00), parfois en retard, et très rarement en avance.Qu'importe, il faut que ce "dossier" du matin soit mené à son terme pour que je sois VRAIMENT disponible:

1) à la cuisine :
petit déjeuner débarrassé, table essuyée, lave-vaisselle lancé, plan de travail essuyé, balai passé
2) les enfants :
douchés, habillés, coiffés, dents brossées, nez lavés, oreilles et ongles contrôlés et nettoyés au besoin
3) les chambres :
volets ouverts, lits faits, jeux rangés, vêtements de la veille triés
4) à la salle de bains :
lavabos et wc nettoyés, balai passé, linge sec plié, linge mouillé étendu, lessive lancée
5) au bureau:
les mails lus

Voilà....on respire....la classe peut commencer !

Pour en finir avec la culpabilité

Peut être vous êtes vous dit un jour la même chose que moi : tu ne montres pas le bon exemple en tant que maman et en tant que catholique, tu ne donnes pas de temps aux autres, pas de bénévolat, pas d'investissement dans la paroisse, tu devrais trouver du temps, en consacrer aux autres...
Et puis ce matin, en étendant mon linge, j'ai compris ! Le Bon Dieu fait décidément toujours bien les choses ! 8 kg de linges à étendre et seulement 1 chemise et 2 culottes pour la Mère Poule ! Ben oui, en fait, les 3/4 de mes journées et de mes activités ne sont tournées que vers les autres : pour qui je range? pour qui je lave? pour qui je me lève? pour qui je cuisine? pour qui j'enseigne? soigne? habille? dépense? repasse? m'instruis? me forme continuellement ? conduis ? écoute ? explique ? ...? Ben pour les autres ! Il se trouve que ces autres sont avant tout ma famille proche et un peu plus élargie mais ce n'est pas plus light, pas moins noble que de le faire pour les membres d'une association ou d'une paroisse.
La Mère Poule que je suis connait le sens de la gratuité du service et du don de soi parfois jusqu'à l'épuisement !
Evidemment que dans la plupart de ces tâches, j'y trouve aussi de l'intérêt et de la satisfaction mais ni plus ni moins que le membre actif d'une ONG ne les trouve dans ses missions !
Cette prise de conscience a rendu mes tâches du jour plus lumineuses et oserais-je le dire ? Sans doute plus faciles qu'à l'accoutumée ! C'en est fini de ma culpabilité !
Bon début de Carême

mardi 12 février 2013

Petites emplettes

chez Papillon&Mandarine...
 


 Est sorti juste après ma commande, le patron de la jupe en 10-20 ans ! bouh...Je vais y retourner le mois prochain !


Ben y'a plus qu'à ...!

Le poulailler au complet

En ce début d'année, je réponds à quelques questions qui m'ont été posées concernant la composition du poulailler...les nouveaux venus sur ce blog ne nous connaissent pas très bien ...

Mère Poule et Père Poule sont donc les  heureux parents de :
Poulet, 13 ans 1/2 (1999), en 4ème au collège, hum...!
Poulette, 12 ans1/2 (2000), en 4ème au collège, re-hum ...!
Jeune Poulette, 10 ans 1/2 (2002), CM2 en IEF
Jeune Poulet, 7 ans (2006), milieu de CP, en IEF
P'tite Poulette, 5 ans (2007), début de CP en IEF
Très P'tite Poulette, 3 ans 1/2 (2009), pourquoi travailler, je vous le demande ?
Mini Poulet, 2 ans bientôt (2011), zou au dodo...!

et un poussin sortira de l'oeuf en juillet ...

Bricolettes d'hiver

 Un pull pour Mini Poulet, laine Fonty pour un patron tricot Citronille qui décidemment a des problèmes avec les manches : non mon fils n'est pas un chimpanzé...D'où lestrois tours aux manches !
Et desssous une petite chemise en coton écru Toto ( au poids), patron "Augustin&Augustine" de Citronille pour lequel j'ai dû reprendre les emmanchures...ça devient lassant !
 
 Un deuxième pyjama pour Mini Poulet, le haut "Oslo" de C'est dimanche, le bas, Citronille, tissu Toto (au poids)
 Une petite broderie avec ma machine à coudre, ce n'est pas une brodeuse mais on s'en contentera...

 La Mère Poule ne s'est pas oubliée pour une fois : une chemise de nuit pour ranger son ventre et plus si besoin...c'est qu'il n'y a pas que le ventre qui grossit ...!!! Patrons pris dans les "Intemporels pour futurs mamans" de Citronille, tissu Toto (au poids)

 Une petite "Galway" de C'est dimanche pour P'tite Poulette, coton écru Toto (au poids), ruban de velours pour les noeuds

 petite broderie à la machine à coudre pour les fnitiions

 Et ma grande fierté du moment : un col roulé irlandais pour Père Poule !! Il est parfait, pas un défaut, je n'en reviens toujours pas ...!



Notre calculatrice Montessori

P'tite Poulette a dans une boite deux jeux de barettes de perles de 1 à 10, et 1 jeu de perles grises pour les soustractions, elle peut ainsi faire seule tous ses calculs aussi bien qu'une calculatrice quand elle n'y arrive pas de tête.
Avec ce coloriage magique, elle met en application ludiquement ce qu'elle a appris : il fallait ici trouver combien font 12 + 3

Lectures offertes de Février

Parce que les contes ne finissent pas toujours bien...

Parce que j'ai des petits passionnés d'histoire de France...

Le 15 janvier 2006

Naissait un jeune poulet...