L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

mercredi 13 juillet 2011

Se désencombrer pour trouver la séreinité

L'idée avait déjà fait un bout de chemin toute seule : il fallait que j'épure notre intérieur, que je perde moins de temps à ranger, à nettoyer, que les enfants fassent un peu plus attention aux choses qui les entourent, aux jouets qui leurs appartiennent...La surabondance devenait nuisible et toxique : on se perd dans l'inutile et le superficiel, on perd de vue l'essentiel, l'indispensable, on a moins de temps pour parler, prier, méditer, souffler.
Le désordre est mauvais pour la santé : dans la classe, il empêche la concentration et la réflexion sereine. Dans la chambre, il gêne le repos et freine l'arrivée du sommeil. Dans la cuisine, il coupe toute envie de s'y mettre.Dans le salon, il coupe toute envie de s'y tenir, d'y lire, d'y bavarder. Dans les jeux, il empêche de jouer, appauvrit l'imagination....Nous avions déjà commencer à épurer les jouets (voir le post de jouer sans jouets) et ça fonctionne plutôt bien même si , pour moi, il y a encore trop...!
Et puis j'ai reçu avec mon numéro de Famille chrétienne un supplément qui semblait fait pour moi : simplifier sa vie pour conserver l'essentiel que vous pouvez consulter  . Je me suis alors rappelée d'un livre dont ma copine Charlotte m'avait parlé : l'Art de la simplicité de Dominique Loreau que j'ai lu d'une traite et que j'ai complété par l'Art du désencombrement que vous pouvez acheter ici. Je pense que je poursuivrai mes lectures de Dominique Loreau car cela me fait grand bien. Depuis, je vide, je vide et nous nous sentons de mieux en mieux.

Le salon est devenu reposant, le ménage moins long à faire, j'ai plus de temps pour moi mais je n'ai encore fait que la moitié du chemin ! Le plus dur a été de ne pas reculer devant l'ampleur de la tâche !!! Vous savez, quand c'est tellement énorme qu'on ne sait plus par quel bout prendre les choses ! J'ai opté pour des tris radicaux mais petit à petit quand le coeur m'en dit, pièce par pièce.C'est long car c'est aussi l'occasion de repenser l'organisation et les rangements car chaque chose fait l'objet d'un questionnement. Tout y passe : ustensiles de cuisine (quand ai je utilisé ce magnifique moule à tajine pour la dernière fois? 3 ans !je peux tout aussi bien utiliser ma cocotte en fonte, pourquoi une machine à pain,à la main, il est bien meilleur et ce n'est pas beaucoup plus long..), garde-robe (a-t-on besoin d'autant de pulls? Ne garder que ceux en parfait état puisqu'il y en a trop), bibelots, jouets (gardons les jeux de société bien faits et cexu avec lesquels ils aiment vraiement jouer, pour les autres, un abonnement à la ludothèque semble plus approprié), livres (cela reste mon point faible), pharmacie, linge de maison, outils, produits ménagers etc...Pourquoi amasser plus que nos besoins?

Un exemple : les chambres. J'ai pour chaque couchage : une couette et un oreiller + une couverture supplémentaire pour l'hiver (rangée dans des housses l'été), 2 housses de couette blanches (1er prix), deux draps blancs qui font office de draps- housses. Je préfère car ils s'adaptent à toutes les épaisseurs de matelas, et peuvent être utilisés comme draps si besoin.Tout est blanc car ça peut bouillir en cas de gastro, pipis ou autres réjouissances, et je peux les passer d'une chambre à l'autre. Pour donner un peu de cachet à la chambre, j'achète des taies d'oreiller blanches anciennes, toutes dépareillées, d'occasion sur eb ou dans les brocantes. Deux jeux par lit suffisent pour faire un roulement sans sèche linge. Autant vous dire que mon armoire à linge s'est bien vidée!! Bien oui : pourquoi garder ces housses de couettes que je ne mettais jamais? Ai je besoin de tous ces draps housses? Il sera toujours temps d'en racheter quand j'aurai des lits en plus, c'est à dire dans plusieurs années ! Et ce n'est pas fini, il faut que je détourne certains draps en nappes (même chose, 3 nappes me suffisent amplement), en torchons, le reste sera vendu ou donné.

La classe a, bien entendu,  été inclue dans ce processus. J'avais beaucoup de livres et matériels qui n'étaient jamais utilisés, pourquoi garder? Nous y voyons plus clair dans cette pièce importante de la maison. Le matériel indispensable est mis en valeur, son transport n'est pas entravé. Les enfants et moi même perdons moins de temps à chercher des informations, nous pouvons aller à l'essentiel, ce qui laissera une bonne partie des journées pour faire tout autre chose! Beaucoup de notions peuvent être acquises avec peu de matériel finalement. Je privilégie dorénavant le multifonctionnel, solide, simple et pratique. Moins mais mieux.

Nous avons moins de choses mais nous avons gardé les plus belles, les plus précieuses que nous pouvons maintenant les apprécier à leur juste valeur car nous les voyons !
Il reste cependant beaucoup à faire : le grenier, le garage, des aller-retours à la déchetterie, sans oublier les papiers archivés, les CD et les DVD, ma couture...
Que d'économies aurions nous pu réaliser !!! Quand j'y pense, j'ai le vertige !

 Ce qui amène une deuxième réflexion plus en amont qui est maintenant devenu un automatisme : avant d'acheter, attendre 2 ou 3 jours pour voir si l'envie est toujours là, si j'ai pu finalement tout à fait me passer de cette "affaire en or, indispensable".C'est le cas la plupart du temps. Le questionnement est le suivant : "est ce vraiment utile? Comment je faisais jusqu'à maintenant?". Car,comme dirait mon père : "la meilleure des affaires, c'est encore de ne rien acheter!"
Ceci étant dit, cette réflexion est aussi valable pour les choses qu'on me donne ou qu'on trouve : ce n'est pas parce que c'est offert, donné, déposé sur le bord du trottoir qu'il faut s'en encombrer ! Si je n'en ai pas besoin, je n'en ai pas besoin, point. Il ne s'agit pas de s'encombrer du désencombrement des autres! Il s'agit de bien analyser ses besoins.

Le fait de limiter ses besoins et s'engager dans la voie de la simplicité volontaire ne doit pas pour autant nous éloigner du beau. Je tiens à ce que les enfants soient éduqués au beau. Cela devient d'autant plus facile que l'on a moins. On peut acheter moins et donc de bonne qualité et de bonne facture, dans de nobles matériaux, pour que l'objet dure longtemps voire embellisse en vieillissant.
Pour la vie courante, on s'aperçoit que bien souvent, cela revient moins cher ! En effet, acheter par exemple une paire de sandales 58 euros mais qui sera porter par 5 enfants parce qu'elle est solide (par exemple ici), revient finalement à 29 euros par enfant (prix imbattable!). Si j'achète une paire à 10 euros chez un discounter (simili cuir, fabriquée en Chine), la paire fait 15 jours ! soit près de 40 euros pour un enfant et un été!!!
C'est aussi pour cette raison que certains objets ne disparaitront pas de la maison bien que peu utilisés.C'est le cas des services, argenterie et cristallerie de notre mariage.Ils servent peu mais c'est beau à regarder quand il y a un dîner à la maison !
C'est aussi pour cela qu'un questionnement doit se faire avant d'investir (ou récupérer) dans un meuble ou tableau : sa valeur, sa beauté, le choix de son emplacement car il faut être sûr d'en profiter pleinement avant d'acheter. Chaque probable achat est soupesé et analysé.Cette petite gymnastique intellectuelle m'a fait beaucoup de bien : plus d'achat (ou récupération) intempestif ou compulsif et plus de culpabilisation une fois à la maison !

lundi 11 juillet 2011

un bon mot

- maman, ils font quoi tous ces enfants, là?
- ils sont à l'école et c'est l'heure de la récréation pour eux
- ils sont à l'école? Mais pourquoi ils n'ont pas une école chez eux, comme tout le monde?
(Jeune Poulet, 5ans)

2 et 2, ça fait 4

A la fin de cette année scolaire, c'est à dire pour nous, mi juin....Jeune Poulet avait compris tout seul l'addition.
Un matin, il est venu me trouver "maman, 2 et 2  ça fait 4 ?", en effet. Puis il est reparti pour revenir 5 minutes plus tard " et 4 et 3, ça fait 7 ?", oui ça fait bien 7!
Je lui ai donc proposé de résoudre des problèmes comme les grands...mine émerveillée... quelle fierté !
- Mais, maman, c'est quoi, en fait, un problème?
- C'est une sorte de petite énigme à résoudre.
- Comme un détective?
- Comme un détective.
J'ai donc installé sur un set de table, la boite des billes rouges ainsi que des cartes de 1 à 10.Ce qui a été suffisant pour commencer.Mais il va falloir que je mette les vacances à profit pour augmenter la quantité de billes et de cartes puis j'utiliserai le matériel des perles du jeu du serpent quand je verrai qu'il est prêt.

- écoute bien : Jean part à l'école (je ne sais toujours pas pourquoi c'est ce qui m'est venu en premier !!! le formatage à la vie dure!) avec 5 billes dans sa poche.Il retrouve son ami Baptiste.Tous les deux décident de faire une partie de billes.Jean gagne la partie et remporte 3 billes supplémentaires.D'après toi, combien aura-t-il de billes en rentrant à la maison?
Vous pourrez trouver que mon énoncé est trop long, mais il a été essentiel.Car Ambroise est entré dans le calcul par la petite histoire.Depuis il me réclame des petites histoires avec les billes. Il avait besoin de l'imaginaire et d'une situation vraisemblable.
- j'ai répété mon histoire une seconde fois pendant qu'il installait les billes au fur et à mesure que je racontais. Le voilà donc posant 5 billes puis plus loin 3 billes.Il les a ensuite compter en me disant, "en tout, ça fait 8 billes !"

C'est à ce moment que je lui montré le signe + . J'ai placé + entre les paquets de billes en lui expliquant "quand tu ajoutes 5 billes et encore 3 billes, on dit 5 plus 3. Ce symbole se dit "plus" et veut dire qu'on ajoute".Il a répété . Je lui ai ensuite demandé "combien font 5 plus 3?", après un temps de réflexion, il m'a répondu "ben 8!".
A ce moment je lui présenté le signe = et comme précedemment, je lui ai expliqué.
Nous avons poursuivi en faisant d'autres "petites histoires" et en manipulant billes et signes.
Ensuite, il m'a demandé s'il pouvait inventer lui même les histoires et trouver les réponses. Ce qu'il a fait durant un long moment.
Plus tard dans la semaine, j'ai introduit les cartes nombres.Il résout donc maintenant des problèmes avec les billes et les cartes en dessous et nous sommes passés aux additions à 3 termes. Mais nous manquons de cartes...Nous reprendrons à la rentrée qui promet d'être riche !
Les puristes montessoriens trouveront surement à redire et à juste titre mais j'ai fait avec les moyens du bord....et ça fonctionne ...je m'attache toujours à rester dans l'esprit montessori : partir de l'enfant, du concret et de l'autonomie.