L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

mardi 15 février 2011

Apprentissage concret au collège

Même en 6ème et bien après, nous avons besoin de passage concret avant l'abstraction (pour ma part, j'en ai encore souvent besoin!). Je m'aperçois chaque jour, que la mise en place des notions avec du matériel concret est fondamental pour la compréhension et l'ancrage dans le cerveau. Il fait aussi gagner beaucoup de temps quand nous passons à l'abstraction. Tout parait alors couler de source, et la technique n'en est que plus facilement acquise.
 Il est relativement facile de s'imprégner de la pédagogie Montessori pour les petits (jusqu'à la fin du primaire).En plus des ouvrages de Maria Montessori à lire et étudier absolument, sur internet tout existe : des vidéos sur Youtube aux blogs et sites marchands. On finit avec un peu de bonne volonté et beaucoup de persévérance, et un petit budget, à faire presque du 100% Montessori.
Mais arrivé à l'entrée au collège, c'est le vide sidéral!! Je me débrouille donc comme je peux pour "garder l'esprit Montessori" sans tellement d'autres aides et supports que mon imagination.
 Pour l'histoire, je tenais absolument à ce que les enfants prennent conscience des durées et de leur place dans l'histoire de l'humanité. Nous avons donc une trèèèèès grande frise qui, bien qu'elle fasse les deux parties de la classe, ne remonte même pas jusqu'à l'apparition de l'homme! La dérouler est un vrai plaisir pour les enfants et voir que la Préhistoire fait déjà une pièce à elle toute seule et que l'histoire à partir de la naissance de JC ne prend qu'une toute petite partie de la deuxième salle est fascinant.
Ce n'est pas une frise qui permet des décorations, dessins et autres. Ce n'était pas mon objectif et je trouve que les enfants, sinon, sont plus concentrés sur les aspects esthétiques et petit bricolage, que sur le sens profond de l'histoire, des événements, de leur enchainement et du temps.
Le travail consiste donc à découper des bandes de couleurs qui représentent : les civilisations (vert), les périodes (jaunes), les règnes (bleus), les dynasties (oranges). En plus des bandes colorées, nous inscrivons au feutre les dates importantes que nous étudions au cours des leçons.
Ce système a ainsi permis à Poulet de réaliser- c'est à dire de visualiser concrètement- hier que la civilisation Egyptienne  (qu'il aurait un peu tendance à dénigrer...)avait duré bien plus longtemps que l'époque Romaine qu'il affectionne tant. Nous avons aussi pu voir qu'un règne, ce n'est finalement pas si long...!Même le long règne de Louis XIV parait court...!
Hier, Jeune Poulet cherchait, sur la frise des grands, les dinosaures. Je lui ai donc expliqué que notre frise n'était pas assez longue et que les dinosaures ne pouvaient pas y figurer. Il aurait fallu poursuivre le frise dans le jardin...
Quel émerveillement!!

3 commentaires:

Libellule a dit…

Connais-tu le Ruban Noir ou "Leçon d'humilité"? C'est un bel outil pour comprendre la durée de l'existence de la terre et le temps où la vie est apparu (animaux y compris!).

Anonyme a dit…

tu as les maths avec les frères Lyons qui peuvent te donner des idées au collège, cela concerne le primaire mais il aborde des notions du collège....
Par ailleurs j'ai bp de plaisir à lire ton blog, merci pour le partage. Je fais aussi l'école à la maison pour mes 2 filles, GS et CM1.Isa

mèrepoule a dit…

à Libellule : non je ne connais pas le ruban noir. De quoi s'agit il?
à Isa : je connais les frères Lyons, mais ni les enfants, ni moi n'accrochons. Je trouve par ailleurs que cela s'éloigne trop des programmes français.
Il faut dire qu'une fois que l'on est lancé, les idées ne manquent pas! C'est souvent le temps qui fait défaut...Je voulais juste souligner que le primaire passé, il fallait tout construire soi-même car les supports montessori sont moins accessibles. L'essentiel, pour moi, est de garder l'esprit à chaque fois que je veux faire aborder une nouvelle notion aux enfants.